Tout les chemins mènent au Temple ! [PV Kharlya]



Sujets Communs

La soirée... - District Glitannai

Partagez | 
 

 Tout les chemins mènent au Temple ! [PV Kharlya]

STAR WARS - RISE OF THE FORCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité




Tout les chemins mènent au Temple !
Ronas et Kharlya

Quel était cet appel que je ressentais au fond de mon cœur en cette douce nuit ? Les rues de coruscant étaient toujours surpeuplées, mais je m'étais coupé de ce monde qui m'étouffait. L'air ambiant empestait la sueur, les épices et pleins d'autres choses que mon nez n'arrivait pas à décrypter. Je me faufilais à travers les badauds  qui flânaient devant telle ou telle vitrine. Ils étaient tous stupides, à vouloir toujours ce qu'il y avait de mieux et ceux à n'importe quel prix. Le ballet des navettes au-dessus de ma tête m'indiquait que la vie ici n'avait aucune interruption. Les lumières plus ou moins criardes agressaient avec véhémence les rétines de tous les passants. Après quelques heures de marche, un détour et un retour dans le labyrinthe de Coruscant pour me retrouver enfin dans le secteur du temple Jedi. Ici, tout est strictement plus calme. Pour cause, la simple présence de l'empire qui revendique le quartier. Pourquoi personne n'agit contre ce groupe ? Ils ont détruit une planète, tuer des innocents, piller, violer et on leur laisse quartier libre. Ça me désole, bande de brigand, couards de Hutt, flibustiers stellaires et j'en passe des injures qui me trottent dans la tête. Je m'enfermais tranquillement dans ma petite bulle en rouspétant après l'incapacité politique de la nouvelle République. L'architecture présente était des plus luxueuses ici. Je voyais déjà les hautes tours si chères à mon cœur. Quelques troopers patrouillaient sans buts. Leurs visages blancs me rappelaient sans aucun souci mes grands copains clones de l'ancienne République. Une envie de dévisser quelques têtes me chatouillait les doigts, on peut être Jedi et avoir des pulsions sanguinaires je vous jure. Il faut seulement savoir revenir au calme absolu après.

* Respirer, pas taper ! Respirer, pas taper !*

Chaque pas claquait le pavé avec force et concentration. Une légère brise m'indiquait être au plus haut niveau de Coruscant. J'y étais bien, avant, bien avant toutes les guerres, je me baladais ici avec mon maître. Combien d'enseignements j'avais appris au bord de cette fontaine qui n'était à présent plus en service ? Pourquoi tant de colère ? Peut-être parce que j'avais beaucoup trop perdu durant ces 20 dernières années. Je devais me calmer. La descente vers le côté obscure commençait sans nul doute par cette colère trop facile à ressentir. Je m'arrêtais donc contre un mur, le temps de reprendre un peu le contrôle. Je devais faire preuve de compassion à leur égard. Ce n'était pas de leurs fautes si leurs dirigeants avaient eu autant d'idées destructrices. Je me devais de pardonner et d'apprendre des échecs que la Force m'a fait subir. Ce déchirement et ce vide que j'ai ressentis sera comblé lorsque je rejoindrais à mon tour le grand tout. Je fus tiré de ma légère méditation par des bruits un peu plus loin dans la rue.  Pourquoi ces impérieux faisaient des barrages de sécurités ? Ah oui, ils ont sans doute peur qu'un Jedi essaye de retrouver sa maison. Les crapules demandaient les papiers de chaque rare passant. J'eu alors la sage idée de rebrousser chemin. Lorsque je me retournais rapidement, je me retrouvais dès lors face à face avec un des casques blancs. Oups !

- Qu'est-ce que vous fichez ici sale alien ?

J'eus à peine le temps de lever les mains et les épaules pour leur faire comprendre que je n'en savais rien moi-même, qu'un fusil blaster se posa sur ma tempe. Ça ne rigolait vraiment pas ici ! Ils ne vont quand même pas me demander de ...  

- Venez avec nous au poste de sécurité et sans dire un mot !

Ça je sais faire, je suis muet mon coco. Je n’allais pas partir en courant ou sortir l’un de mes sabres, j’acceptais donc de le suivre sans rien dire. La Force est mon guide dans l’obscurité.

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


An 9 - Coruscante. District Glitannai, alentour du temple Jedi
-23h10

Entrées 09467319.

Mission : reconnaissance autour du temple jedi.

Une nuit calme, enfin une nuit sans infiltrations, sans bagarre ni mission d'infiltration. Une ronde, une simple ronde non loin du temple jedi . Je le vois d'ici, un bâtiment imposant et raffiné à la fois. Un bâtiment qu'on ne peut pas, ne pas regarder. Magnifique, brillant dans la nuit et surtout vide... Très très vide. Un sourire s'étire sur mes lèvres, dire qu'il s'agit d'un ancien temple jedi, et bien ce n'est pas la modestie qui les étouffaient. On se croit puissant, on se croit important, on fait construire des monuments pour bien montrer qu'on ne peut se passer de nous, et bim, on finis dérouillé par un des leurs et par nous, les simples soldats. Ça a dû leur faire bizarre de se faire démonter par des gens normaux, sans don particulier avec la force, ils ont peut-être appris l'humilité grâce à cela non ? Difficile à savoir, la plus part son mort et les quelques jedis restant et bien, nous nous en chargeons lorsqu'on les croises.

C'est donc sur ses pensées que j'effectue ma ronde avec ma garde rapprochée. Mes favoris parmi les spectres, Jocaste, Jerik et Doom. Les meilleurs, chacun dans leur domaine. Seul Victus est meilleurs qu'eux à mes yeux, bien qu'il ne surpasse aucun d'eux dans leur domaine de prédilection. Et c'est pour cela que nous ne travaillions jamais ensemble, si ce n'est lorsque les 44 spectres sont réunis. Le but étant d'éviter au maximum que le peloton perde ses deux chefs en même temps.

Revenons à nos moutons, la tranquille garde de nuit à laquelle nous avons été affectée en guise de vacance. Car oui, monter la garde, c'est du repos en comparaisons avec nos missions habituel. Mais, évidemment, même monter la garde n'est jamais de tout repos, encore moins lorsque c'est moi qui la monte. Et pour cause, voilà un collègue qui escorte un alien et il semble venir du chemin du temple. Un ivrogne peut-être ? Aucune personne saine d'esprit ne s'approcherait du temple, la garde y est particulièrement renforcer, le site est même encore mieux défendu que certains bastions. Lâchant un soupir, je retire mon casque et me présente à mon frère d'armes.

-Kharlya Hanur, lieutenant de la 502e légion, vous pouvez retourner à votre poste, nous nous chargeons la suite.

Le troopers salua et se dirigea vers son poste. Sans lui accorder un regard supplémentairement, je dévisage notre inconnu tandis que Doom et Jocaste le tiennent en joue. Un Mirialan, et bien ce n'est pas vraiment courant dans le coin, il est plutôt âgé en plus...Que peu bien venir faire un vieux alien dans la zone du temple ? Un ancien jedi? Peu probables, ils ne sont pas assez idiots pour venir là ou nous les attendons quand même...Un fou alors ? Hum...

-Décliné, votre identité et la raison de votre présence dans le secteur, Mirialan.

Voyons ce qu'il a à répondre, voir s'il nous prend pour des buses ou s'il est simplement ivre. Dans ce dernier cas, l'affaire sera rapidement réglé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




TOUT LES CHEMINS MÈNENT AU TEMPLE !
RONAS ET KHARLYA

Quelle atroce odeur ces soldats portaient sur eux. Je pouvais ressentir leurs soifs de sang, leur brutalité et même pour certain une colère sourde. Mêler à tout ça, leur façon de parler était du vrai papier à musique militaire, aucune croche n'étaient de travers mise à part peut-être leur façon de parler à la rustre. Aucune délicatesse ces impériaux et dire qu'ils se croient permis de veiller sur mon précieux temple. Espèce de parasites, un jour je vous botterais le cul. Ils allaient m'emmener encore loin, j'ai autres choses à faire que suivre ces déchets.

Je me retrouvais alors échanger à un autre groupe de troopers. Une voix féminine se faisait entendre à travers un des casques. Je devinais sans nul doute que c'était elle le cerveau du groupe. Je projetais la Force vers les deux autres présents. Je sentais qu'ils avaient du potentiel au combat, mais ce n'étaient vraiment pas des flèches. Il sera très facile de leur retourner leurs petits pois qui servent de cerveaux à ces gungans.

Le capitaine, l'adjudant, ou je ne sais quel titre elle avait enleva son casque pour se présenter. Ah non au final c'était une lieutenant. 502 emè waa ça a la classe, ou pas ! Je n’en ai rien à faire de ton matricule poulette. Tu pourrais être général des états major, je te détesterais toujours autant. Tu vas t'occuper de mon cas ? C’est ce que l'on va voir. Je vais faire l'abrutie je sens que tu vas aimer. Et maintenant tu te soucis de qui je suis et de ce que je veux ? Et bas qu'elle est curieuse celle-là. Je faisais habituel, j'utilisais la force en bougeant les lèvres pour donner l'illusion de parler.


- Je me nomme Ronas, mais vous pouvez m'appeler maître si vous le voulez. Je suis le grand, le magnifique, le puissant Ronas Dewan. Archéologue de génie, grand intellectuel et historien spécialisé sur la philosophie Jedi qui aimerait qu'on le laisse se promener dans le temple comme bon me semble. Vous n'avez pas à m'arrêter, je suis un citoyen libre de penser et d'aller là où je veux. J'aimerais qu'on me stipule pourquoi on fait un contrôle de faciès ? De plus, j’aimerais un peu plus de respect de la part de vos camarades. Je ne suis pas un dangereux criminel.

Je montrais d'un geste de menton dédaigneux les deux soldats qui pointaient avec agressivité leurs blasters vers ma personne. Je devais peut-être en faire moins, mais j'en avais marre de ces impériaux. A peine avait-elle ouvert la bouche que je voulais partir lui faire oublier que j'existais. Tilt ! La bonne idée, mais je devais avant tout essayer de récolter de nouvelles informations sur cet empire renaissant.

- Au pire dite que je ne suis jamais venu, vous m’avez jamais vu, et laisser moi partir comme si de rien n’était. Je fais mon tour dans le temple tranquillement et hop tout le monde est content ? Non ?

Je ne savais vraiment pas négocier. J'allais sans doute encore me prendre un coup, moi et ma fichue grande bouche. Il fallait vraiment que j'apprenne à me taire.
acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


Quelle arrogance et quelle insolence ! Cette pourriture se permet de nous provoquer et de se croire supérieur à nous. Quelle arrogance et quelle insolence ! À son âge ne pas connaitre sa place ni le respect est une honte. Je vais lui apprendre moi, et par la manière forte, une droite, vive et puissante. Elle vient faire connaissance avec la pommette de l'insolent.

-Et bien "Maitre", vous apprendrez qu'on ne se fiche pas de l'Empire impunément. Depuis le temps, vous devriez savoir que le temple est interdit, en tout cas direction le poste, on vas vous rafraîchir les idées et vous apprendre le respect. Devoir faire des leçons à un "maître", si ce n'est pas triste. Les gars, hésitez pas à le descendre s'il fait un pas de travers.

Voyant mes hommes obéir sans poser de questions, le doigt sur la gâchette, prêt à transformer en gruyère ce légume sur patte. Légume qui ne semble pas savoir comment ça se passe dans l'empire.

- Et oui t'est peut-être un citoyen libre d'aller où il veut, mais dans certaine limites. La zone est sous contrôle impérial et à moins d'avoir les autorisations requissent c'est interdit d'accès. Puis même avec les autorisations, vous resteriez sous contrôle constant et toutes les zones ne vous seraient pas accessible. Bref, surpris sur un territoire impérial surveillé visiblement sans autorisation. Manque de bol, t'est bien un criminel donc, oui mes hommes vont continuer à pointer leurs jouets sur toi.

Désignant la direction d'un signe de tête, une petite allée entre deux bâtiments de taille modeste.L'un étant un ancien magasin désaffecté aux vitrines grises de poussière. Laissé à l'abandon depuis que le quartier est sous domination impériale. La vitrine autrefois éclairée n'est aujourd'hui condamnée aux ténèbres. Au-dessus de la vitrine, le nom du magasin est aujourd'hui presque entièrement éteint seul deux lettres brillent encore en clignotant faiblement, comme si le commerce essayait de s'accrocher à la vie.

À coter du commerce délabré, un bâtiment d'habitation en piètre état. Il avait été occupé, il y a quelques années par un groupe criminel qui s'en était servi de bastion quand les forces de l'ordre étaient venues faire une descente. Des traces d'impact noircirent étaient encore visible sur toute la hauteur du bâtiment. Derniers témoignages d'une bataille qui avaient déjà sombré depuis bien longtemps dans l'oublie. Aujourd'hui, le bâtiment sert principalement aux gardes comme tour de guet et lieu de détente en douce, mais également un endroit ou interroger tranquillement les personnes suspectes quitte à user de méthodes quelque peu radicales. Cependant, je ne comptais pas en arrivé là pour l'instant, peu être s'il se montrait trop suspect ou récalcitrant, ou simplement s'il continue à se montrer aussi provocateur. Enfin, on n'en est pas encore là, aussi lui ordonnais-je sèchement.

- Aller en route, face brocoli ! Tu passe devant et pas de conneries, sauf si tu veux raccourcir le peu de vie qu'il te reste.

Reste à espéré qu'il ne ferras pas plus de vagues.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




TOUT LES CHEMINS MÈNENT AU TEMPLE !
RONAS ET KHARLYA

La violence du coup que je venais de recevoir m'a rappelé que les impériaux n'étaient pas que des clowns avec des blasters. Leur formation militaire était cependant, plus qu'à refaire. Frapper un citoyen sans sommation, c'était vraiment là le signe d'un ordre dépassé. La jeune femme qui me faisait face laissait transpirer sa colère, sa violence. Ce besoin de se confronter était risible, pitoyable et surtout trop peu surprenant. Je rigolais de ce manque de sang-froid. Il était tendu ces culs blancs, dans leurs armures ils se sentent importants. Mais au final ce ne sont que des soldats oubliés par leurs hiérarchies. Cependant, je suivais leurs ordres sans broncher mais en répliquant :

- Vous n'êtes rien d'autre que des vestiges de l'empire. Un ramassis d'enfants sans parents qui essaye de survivre malgré ça. Vous vous croyez puissante mademoiselle seulement parce que vous savez frapper sur quelqu'un. Je miserais donc sur une formation bâclée de votre part. Rien de bien surprenant chez l'empire au final. Vous n'êtes que des petits pions qui cherchent à respirer sur le dos des autres. Soyons franc deux minutes, si l'un de vos chers sous-fifres avait la possibilité de vous abattre pour avoir une promotion il le ferait. Vous n'êtes que des pitoyables soldats en manques de reconnaissance. Peut-être un souci dans votre enfance, où vous avez été mal traitée ? Un passé d'esclave peut-être ? Je vous vois bien faire le tapin pour un Hutt ou un mandalorien.

Alors qu'on s'approchait d'un commerce abandonné depuis longtemps, j'insufflais la force dans la tête des deux troopers qui nous escortait. Je prenais petit à petit le contrôle de leurs cerveaux. La moindre de leurs pensées dictés par ma simple volonté. Trop facile de trifouiller dans leurs esprits. Simple et efficace, ils n'étaient au final que des pantins qui réagiraient à la moindre fluctuation de mon esprit. Que croyais-tu petite ignare, je ne suis pas ce que tu crois que je suis. Je ne suis pas qu’une face de brocolis, stupide enfant. J'entrais dans le commerce avec un soulagement intérieur. Personne d'autre que nous quatre ne se trouvait ici. Je m'installais avec plaisir dans un fauteils en cuir face à la jeune femme. Un sourire paternel s'affichait alors sur mon visage, mais pour contraster je lui dis sur un air le plus hautain et prétentieux possible :

- Je vais gentiment vous demander de vous mettre à plat ventre face contre terre. J’aimerais que tous se passe bien et sans problèmes. Vos deux amis ici présents se feront une joie de vous le faire comprendre.

Comme pour illustrer mes propos, l'un deux posa le canon de son arme sur la nuque de son supérieur. Pendant que l'autre fermait la porte et faisait le cerbère.

- Quand on ne connait pas son ennemis, il est judicieux de ne pas l’insulter ni même le frapper. Obéissez un peu, vous serez gentille. De plus, inutile de leurs donner des ordres ils sont sous mon contrôle. Hey toi le portier, tu peux actionner une charge à Ion s’il te plait.

Sans même réfléchir, le casque blanc sortit une grenade à Ion anti-droïde, l'activa. L'explosion électronique me fît quelque frisson dû à l'électricité statique. Mais de cette manière aucuns micros ou appareil ne fonctionnait. Nous allons pouvoir parler tranquillement.

acidbrain


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Tout les chemins mènent au Temple ! [PV Kharlya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars, Rise of the Force :: Le Temple Jedi-