Le péché de la colère | Ft. Lucrèce



Sujets Communs

La soirée... - District Glitannai

Partagez | 
 

 Le péché de la colère | Ft. Lucrèce

STAR WARS - RISE OF THE FORCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Il est temps de revenir à mes origines, j'ai fait mon choix de la suivre elle et je vais l'assumer. Peu importe ce qui va se produire aujourd'hui, je m'y suis préparée mentalement. J'ai besoin qu'elle me vienne en aide, je veux qu'elle stoppe mon instabilité émotionnelle avant même que celle-ci montre à nouveau le bout de son museau et prenne le dessus sur moi. Je suis assis sur un rocher qui surplombe une plaine verdoyante. Un vent agréable parcourt ma chevelure dorée, sous un soleil et un ciel bleu épousé par quelque montagne de nuage qui ne laisse ici qu'une vision magnifique d'un ciel d'été. Quel étrange sensation que d'être fiché par l'empire, que d'avoir une prime sur ma tête. Cependant, je préfère encore que cette prime soit sur la mienne que sur les autres Jedis et je serais prête, toujours pour le bien de mes camarades à augmenter cette prime afin qu'on ne voit que moi et qu'eux disparaissent des radars ennemis. J'ai peur, mais au point où j'en suis, autant que toute l'attention soit porté sur moi que sur les autres. Je ne fais pas un bon padawan, alors autant rester seul... Parcourir le monde dans l'ombre et l'illégalité s'il le faut. Alura Visiris, connu sous l'appellation d'Alma Talik, une jedi qui prend la voix du contrebandier. Je souris ironiquement à cette pensée, être contrebandier est bien que d'être une sith. Cela ne changera le fait que je suis une jedi à en devenir, je ne vais pas tourner le dos à la force et renier l'enseignement Jedi comme j'ai renié l'enseignement sith. Posée sur mon rocher et appuyée sur mes deux mains dans mon dos, je ferme les yeux légèrement penchée en arrière. Je laisse les rayons du soleil caresser ma peau de sa douce chaleur pas trop lourd ou trop inexistante. Ca change de Coruscant ou encore de Tatooine. Je laisse une bonne minute passer avant de bondir de mon rocher pour me laisser tomber en roulade sur la colline d'herbe.  

De nouveau, je ferme les yeux une fois étaler sur l'herbe chaud. Me laissant entraîner par cette tranquillité, je ne m'endors pas, mais mon esprit s'envole comme si je tombais dans un profond sommeil. Je ne veux présentement penser à rien, profiter de ce moment qui évacue en quelque sorte le poids. Je voudrais que ce moment soit figée dans le temps, ne plus être confrontée à cette réalité sans once de moral... ne plus être responsable de ma vie. J'aimerais dire à quel point j'aimerais retourner à l'enfance, mais mon enfance n'est que violence et cruauté, alors je ne le dirais pas. Je me relève, profitant d'un moment pour observer combien de temps il me reste avant de la rejoindre au point de rendez-vous. C'est avec un petite soulagement que je constate qu'il reste encore deux bonnes heures. Je me décide à gagner un peu de temps avec un peu d'entraînement au mouvement. Je commence alors une série de mouvement long des bras et des déplacement des jambes. Je suis consciente désormais qu'il va falloir que je sache me débrouiller au combat sans avoir à faire usage de la force ou de mes techniques au sabre. Alors, je me suis mise à apprendre une forme de combat à main nue. Consciente de mon petit gabarie, je tente de réintégrer à mes réflexe deux formes de combat propre au Visiris ; l'un consistant à faire usage de la force de l'adversaire et la retourne contre lui, l'autre à attaquer tout les points vitaux de l'anatomie de l'adversaire, mais pour ce dernier j'ai encore des connaissances à acquérir pour cela. Toutefois, les mouvements que je produis m'aide aussi à canaliser la force en moi et gérer ma colère. J'y passe une bonne heure avant de véritablement m'intéresser à nouveau au temps qui passe. Plus qu'une heure avant qu'elle arrive, je ramasse mes affaire et mon sac avant de me mettre en route. Pourquoi voulait-elle qu'on se voit sur Corellia ? Enfin soit, la réponse m'importe peu à vrai dire.

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sith

Age : 35 ans
Messages : 338
Occupation : Apprentie de Darth Darral
Localisation : Korriban & Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sith





Lucrèce & Alura
Frôle le néant mais ne le laisse pas refermer ses machoires sur ton âme
L'Infiltrator franchit assez aisément les barrages fort peu nombreux de Corellia. De plus mon immatriculation me garantissait un accès assez libre sur ma planète de naissance. Je n'aimais pas revenir sur celle ci, elle recelait trop de souvenirs. Trop de secrets. Parfois je me voyais encore, enfant exaltée regardant sa planète devenir une bille dans l'immensité de la Galaxie alors que l'appareil Jedi m'emmenait pour une nouvelle vie. C'était des souvenirs cruels. Doucereux. Aussi acide que le reste de mon existence. C'était pourtant sur celle ci que j'avais donné rendez vous a Alura. C'était pourtant sur celle ci que j'allais reconstruire une autre étape de ma vie. J’atterris dans un endroit reculé, connue sans aucun doute que de moi seule et de mes frères. Un terrain de jeu enfantin qui accueillait aujourd'hui l'espèce d'abomination que j'étais devenue par un choix incontournable. La pointe effilée de mon vaisseaux me garantissait la plus complète discrétion et j'avais pris soin de brouiller mon système de repérage. Je n'aimais pas être pistée et parfois je me demandais si Darral ne gardait pas ainsi un œil constant sur moi. Cette pensée était sans aucun doute arrogante mais pas impossible. Délaissant la mante qui me couvrait le plus souvent, ayant dompté la masse sauvage de mes cheveux en un chignon serré, je déposais mon sabre dans une cache du vaisseau. Je n'en aurais pas besoin pour le moment. Ma paume sur l'éclat froid du métal, je m’interrogeais encore. Quelle erreur faisais je en vérité ? Qu'espérais je ?  Peut être ne sauver qu'une âme si je perdais la mienne au cœur des rêves immondes de mon Maitre ?  Je souris, ironique, a mon reflet déformé avant de quitter mon vaisseau et de me jeter dans la foret luxuriante de Corellia.
J'étais capable de me déplacer très vite et je ne m'en privais pas, effleurant la Force qui m'entourait pour retrouver la trace d'Alura, de son énergie si unique, comme un phare sans couleur dans une nuit éternelle.  L'air sifflait à mes oreilles et je ne put m'empêcher de repenser un instant a ce jedi. Un jour viendra où je devrais le combattre mais pour l'heure, je préférais le chasser de mon esprit et me concentrer uniquement sur l'enfant qui m'attendait. Je respirais doucement le parfum de mon enfance lorsque je la trouvais, au beau milieu d'une plaine. Ma bouche s'arma d'un sourire presque amusé.

« L'hologramme qui accompagne ton avis de recherche ne te fais pas vraiment honneur Gamine. »

Parce que je l'avais vu bien sûr. Et dire que j'avais été contrariée était un euphémisme, comment la cacher aux yeux de mon maître si elle ne savait jouer de discrétion ? C'était à ni rien comprendre.

« D'ailleurs, je me demande si tu tiens tant que cela à la vie lorsque je vois tes galipettes sur Coruscant... »

il n'y avait pas réellement de jugement dans ma voix, mais les mots résonnaient avec une légère froideur. Je n'étais pas sa mère loin de là, mais j'attendais un peu plus de discrétion de sa part. Surtout si je devais graviter autour d'elle. Heureusement, je savais détourner les pièges de l'Empire, comme ceux des miens.

« Tu t'es accroché une cible dans le dos, j'espère que tu en es consciente, Alura. »

Et qu'elle était prête a en accepter les conséquences. Je pouvais la préparer, mais pas l'empêcher de faire ses propres choix. Peut être l'influencer sur certains d'entre eux, mais je lui laissais sa liberté. Finalement je m'adossais a un arbre, croisant légèrement les bras sur la poitrine. Il y avait quelque chose de changé dans la perturbation de sa Force. Je ne savais pas ce que c'était. Pas encore.

« Il y a une nouvelle résolution en toi. »

L'esquisse d'un sourire en coin se dessina furtivement sur ma bouche.
BY .SOULMATES



"Son Equilibre n'avait d'égal que sa beauté et sa beauté n'avait d'égal que sa haine pour lui.".unbreakable
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Le vent tourne comme si chacune de ses bourrasques représentantes ici la grotesque respiration d'une créature antique et divine. Je marche sur la plaine, je me laisse à nouveau me perdre à travers mes pensées. Je ne faisais plus attention au monde et aux pérégrinations de la force autour de moi. Tout se résume qu'à ce qui se passe dans ma tête, bientôt le paysage disparaît, laissant place à un lieu sans once de lueur... Pourtant, j'y vois clair comme si la lumière n'avait jamais cessée d'être. Je continue de marcher comme si j'étais toujours dans la pleine, ne me posant même pas la question sur l'endroit même où j'avais atterri. D'ailleurs, cela ne m'a même pas interpellé comme si tout ceci était naturel, comme si rien ne sortait de l'ordinaire. Je marche sur un sol qui me donne la sensation d'onduler à chacun de mes pas, comme un si sous mes pieds se trouvaient un vaste lac que je venais de déranger. Je marche jusqu'à apercevoir ce miroir tourné dans ma direction, me faisant étrangement face comme destiné à m'accueillir. Je continue ma marche sans m'arrêter, sans en avoir véritablement envie. J'y vois au départ une silhouette et plus je me rapproche du miroir, plus cette silhouette prend la forme d'un reflet qui n'est pas le mien. Je m'arrête lorsque j'arrive à quelques mètres du miroir, mes yeux observe les siens qui me fixent sans un clignement de paupière. Pourquoi est-elle à la place de mon reflet ? Pourquoi est-elle de l'autre côté du miroir ? Elle, cette petite fille dans cette robe noire. « Qu'est-ce que tu me veux ? Pourquoi es-tu là ? Et pourquoi me suis-tu ? Bordel, mais qu'est-ce que je t'ai fait ? » Demandais-je, le ton de ma voix était posé et calme. Elle me regarde de ses yeux d'un jaune embrassant l'orange et le rouge, son visage est impassible. Pourtant, je reconnais là le regard remplit de mélancolie et surtout de colère.

Intérieurement, c'était comme si je venais de la comprendre avant même d'avoir cherché à le faire. Dans son impassibilité, elle se contente de m'observer en silence, je crois que la seule fois où j'ai véritablement entendu sa voix, remonte à Yavin IV peut après l'attentat. Une voix vint m'atteindre et lorsque je m'en aperçois, tout en me retournant vers l'origine de la voix, le paysage sombre disparaît, laissant de nouveau ma perception retrouver la plaine. Je me rends bien vite compte qui est la personne qui vient d'arriver, je l'écoute me faire la morale, consciente que je n'ai pas été discrète. « Je ne peux rien vous cacher ! Aujourd'hui, je suis bien décidée à suivre votre enseignement, maître ! » Dis-je en penchant légèrement la tête en signe de soumission, je me relève avant d'observer à nouveau Lucrèce. Je rajoute immédiatement à la suite... « M'avez-vous fait venir pour une raison précise ? » Je m'approche dans sa direction pour m'arrêter à un peu un mètre d'elle, en l'imitant faussement, je croise aussi les bras. « Est-ce en rapport avec l'intérêt que vous me portez, mon maître ? »

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sith

Age : 35 ans
Messages : 338
Occupation : Apprentie de Darth Darral
Localisation : Korriban & Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sith





Lucrèce & Alura
Frôle le néant mais ne le laisse pas refermer ses machoires sur ton âme
L'arc délicat de mes sourcils se hausse avec un amusement certain, mais une ombre orangée danse toujours au fond de mes iris. Comme une jumelle que je refuse de voir naitre. L'esquisse de mes lèvres s'incurve doucement, un sourire qui ne s'imprime pas vraiment. Je jouais un jeu trop dangereux parfois, mais il n'y avait que comme cela que je conservais son intérêt. Le défi que je représentais sans cesse pour lui, ce qui me maintenait en vie tout simplement. J'avais embrassé l'Obscur oui, mais jamais je ne l'avais laissée me prendre totalement ce que j'étais. Et c'était un paradoxe qu'il adorait contre lui même.

« Vraiment... »

Je me décollais de l'arbre d'un coup de hanche, venant me planter devant cette enfant qui ne sait peut être encore pas ce qu'elle veut. C'est très étrange de se dire cela alors même que sa Force vibre avec une telle détermination. Doucement, je plisse l'éclat azuré de mes yeux, fouillant le sien sans faiblir.

« Je ne serais pas tendre, Gamine. Je ne te pousserais ni vers la Lumière ni vers l'Obscur. Je me contenterais de te pousser sur le chemin que tu aura choisis, est ce que tu comprends ? Je ne t'épargnerais pas, ni te jugerais, je pourrais te laisser seule devant les conséquences de tes propres décisions aussi. Je te ferais hurler sans aucun doute, m'injurier peut être plus encore. Mais je serais capable de t'écouter pleurer si tu en as besoin. »

Je penche doucement la tête sur le côté, je veux être sûre qu'elle a bien compris. Me nommer Maitre ne veut pas forcément dire grand chose dans mon cas. Je n'en ferais pas un Jedi ni un Sith. J'en ferais ce qu'elle décide d'être, c'était aussi simple que cela.  Elle subira à un degrés moindre ce que j'avais subi et ce que je subissais encore, parce qu'il fallait l'endurcir pour qu'elle puisse tenir tête.

« Je te donnerais la force de te maintenir sur ton chemin quelqu'il soit mais ne me le fait pas regretter. »

parce que je serais alors une ennemie dont il faudra qu'elle se méfie. Je pouvais braver l'absolu de mon maître parce que je pouvais en supporter les conséquences, je pouvais le faire pour elle aussi, mais il faudra pour cela une confiance aveugle et ce quelque soit mes actes. Car même semblant incohérent ou fous, ils ont toujours une raison que je ne donne pas toujours.

« Et si je t'ai fais venir ici, c'est pour une raison très simple, Corellia n'est pas aussi surveillée que le reste de la Galaxie or, si je te pousse dans tes retranchements la Force en sera un écho. Parce que je vais te pousser, Gamine, encore et encore jusqu'à ce que ce soit toi qui chevauche ce qui te hante et non le contraire. Est ce que c'est clair pour toi ? »
BY .SOULMATES



"Son Equilibre n'avait d'égal que sa beauté et sa beauté n'avait d'égal que sa haine pour lui.".unbreakable
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Une bataille venait de débuter, une bataille qui oppose moi contre ma propre personne, mon fort intérieur. Mon maître venait de m'envoyer le coup de départ et il semblerait que je n'avais pas le droit à l'erreur, malgré le fait qu'elle me laisserait gravir les échelons vers une voie ou bien l'autre. J'acquiesce de la tête lorsque qu'elle me demande si tout ce qu'elle a tenté de me faire comprendre était bien clair dans mon esprit. Mon esprit, et particulièrement en sa présence, est grandement ouvert et centré sur chaque mot qui sortait de sa bouche. Me souvenant, bizarrement, agréablement à quel point sa voix était si pénétrante. J'aimerais rester ainsi et l'écouter parler en continue sans qu'aucun autre facteur puisse la perturber. « Il y a quelque chose aussi dans vos yeux, maître. » Ai-je soudainement exprimé, mes yeux fixent le magnifique bleuté de Lucrèce. « Je crois l'avoir remarqué depuis Yavin, êtes-vous en train de lutter contre vous-même aussi ? » Je suis directe, en effet, elle ne m'a pas interdit de fermer mon clapet ou d'être hypocrite. Alors, oui, j'ai et je continuerai à avoir tendance à dire ce qui me passe par l'esprit à voix haute. Je baisse mon regard, songeant à nouveau aux paroles du maître, l'espace de quelques petites secondes. Me pousser à mes retranchements avait-elle dit, même si je ne m'étais plus en doute ses paroles, n'était-ce pas là le moyen de m'étirer vers le côté obscur ? En fait, même si je pense que c'est mal, je m'en fous royalement. Parce qu'elle était celle que j'avais décidé de suivre, c'était elle ou me laisser mourir lentement. Lucrèce a su trouver les mots pour m'atteindre, atteindre mon pauvre fragile petit et maintenant, ce pauvre petit cœur lui serait loyale d'une force qui surpasse n'importe quel autres formes de lien. Elle me pousserait donc à bout, rien que l'idée de penser à ça, me donner un sourire de mépris, un mépris qui m'est destiné.

Quelle ironie quand j'y pense, j'ai quitté ma mère parce qu'elle m'avait poussé à bout, me brisant au passage. Le moyen de me réparer, recoller les morceaux de mon piètre âme, c'était de me briser à nouveau. Étrange concept, n'est-ce pas ? Encore plus étrange, lorsque c'est une inconnue qui reprend la position qu'avait ma mère à mes yeux. Je la haïssais autant que je l'aimais d'un amour unique et irréprochable. Qu'on sera-t-il de Lucrèce, vais-je m'attacher à elle ? Vais-je la haïr ? Vais-je tout simplement faire d'elle mon modèle ? Je n'en ai aucune idée, je n'ai pas les réponses, si n'est qu'importe si elle est douce ou cruelle, je lui serai... Non, je lui suis déjà loyale. « Me pousser dans mes retranchements, hein... » J'attrape mon sabre dans mon sac, avant de l'observer un moment avec quiétude, mais détermination. « Dans ce cas, il faut que je me sépare de ceci. » Je tends mon bras et ma main tenant le sabre, le désignant au passage. « Je ne me sens pas bien, si elle n'est pas avec moi, Maître. Toutefois, je n'en connais pas la raison. »

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sith

Age : 35 ans
Messages : 338
Occupation : Apprentie de Darth Darral
Localisation : Korriban & Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sith





Lucrèce & Alura
Frôle le néant mais ne le laisse pas refermer ses machoires sur ton âme
A ses mots, je laisse le sombre envahir mon regard. Comme une mer sanguine qui se pare des habits d'un soleil couchant. L'azur se noie et s’efface. Je laisse un instant vivre celle que je serais si il n'était pas là. Celle qui n'existerait pas sans lui. Je lui laisse voir ce qui erre parfois derrière ma volonté. Ce poison qui me hante, cette haine immonde que je lui porte, cet amour perverti de rage et mon sourire se teinte lentement de ce venin. Je goûte ce pouvoir sur ma langue. Je serais sa fierté si je laissais tout cela m'envahir. Je serais sa mort si je le faisait.

« C'est exact, Gamine. »

Un battement de cil. Juste un. Une aile de papillon qui claque dans la Galaxie et l'orange se meurt doucement. Le ciel reprend ses droits au cœur de mes iris, mais le combat demeure vivace au cœur de mon âme. Furieux et intense. Et cela fait tant d'années que c'est ainsi. Ma psyché déchirée sans cesse, arrachée. Je veux qu'elle comprenne. Ce que je suis et ce qu'elle est. De manière différente mais sur un chemin similaire. Elle est une lumière arrachée a la noirceur. Je suis une ombre arrachée a la lumière. Différentes mais semblables. Je veux qu'elle sache ce qui l'attend avec moi. Qu'elle me suive si elle le désire, mais en tout état de cause. Consciente que rien ne sera facile. Rien ne l'est lorsque l'on est un équilibre. On ne peut être gris car on oscille toujours. On ne peut être neutre dans la Force, car elle se sert de nous pour son propre profit. On ne peut que tenter, encore et encore de conserver ce cœur auquel on tient.

Je l'observe sortir son sabre et ma bouche se plisse. Amusée malgré moi. Je tends la main, ne le lui arrachant pas, bien au contraire, entourant ses doigts des miens. Il pulse doucement mais je ne peux mettre un nom sur son essence, je sais qu'elle est sombre. Noire. Mais il y réside quelque chose d'autre. Mon sourire meurt doucement, comme une rose qui se fane. Le mien me fut donner par Darral. Le sien...Je ne sais pas mais ils ont en commun une vibration que je ressens. Oublié, presque éteint sous la force de ma volonté. Je ne sais guère et ma bouche s'entrouvre.

« Qui l'a fabriqué ? »

Je quitte ses doigts, lentement.

« Il te ressemble, c'est très étrange. Il y a quelque chose de toi en lui, voilà peut être ce qui provoque ton malaise. Que ferais tu si il devait être détruit Gamine ? »

Mes lèvres s'incurvent doucement, il n'y a nulle pensée dans celui ci. Il n'y a...rien, ce qui le rend peut être plus terrifiant qu'autre chose. Je ne le sais pas encore. Mais cela viendra. Si il faut commencer par là, alors nous commenceront ainsi.

BY .SOULMATES



"Son Equilibre n'avait d'égal que sa beauté et sa beauté n'avait d'égal que sa haine pour lui.".unbreakable
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Ai-je touché un point sensible ? Ai-je effleuré un stimulus quelconque, appuyé sur une plaie encore bel et bien présente ? Le regard du Maître s'assombrit dès la fin de ma question, mon corps frémit légèrement d'un étrange angoisse. Il y avait de l'inconnue dans ces yeux là, une incertitude qui pouvait peut-être bien me coûter la vie. Cette partie là de mon maître, en plus d'être probablement imprévisible, me semble instinctivement dangereux pour la continuité ma vie. Je n'ai toujours pas une raison concrète de vivre, n'ayant pas véritablement d'objectif et d'ambition, mais cette présence me laisse toutefois un sentiment d'angoisse. La vie est pour moi un courant dans lequel je me laisse tout simplement emporter, je m'accroche parfois à certaine branche pour ne pas me faire submerger, toutefois je continue à me laisser entraîner dans ses voies rapides ou calme, subissant ses aléas. Pourtant, malgré cette angoisse que son regard me faisait ressentir, je n'en détournais pas les yeux pour autant. Mes yeux fixaient les siens sans un clignement de paupière, comme si un simple battement de paupière en cet instant pouvait me coûter la vie. Oui. Je la regarde d'un regard paralysé par l'angoisse, mais mes yeux sont les yeux d'un personnage fasciné, parce que oui, elle me fascine autant qu'elle m'effraye. Sa voix est froide, sa réponse, sèche et rapide, la clarté dans ses yeux revient, tuant à nouveau l'orange de ses iris pour son bleu bien plus rassurant et attrayant. Je me rends compte alors, à quel point j'arrive désormais à respirer comme si on venait de me retirer un poids. Et en parlant de poids, l'air semble en effet beaucoup moins lourd, mais peut-être était-ce juste moi qui affabule à cause de mon angoisse. Mais j'avais désormais compris une chose, je comprenais l'intérêt de mon maître me concernant.

Elle et moi sommes pareilles au fond, luttant contre la partie qui s'oppose à nous, nous affronte, faisant de nous parfois la spectatrice, ou bien un dommage collatéral de sa violente confrontation. Ce qui veut dire, qu'elle baigne autant dans la noirceur que dans la lumière... moi aussi, je l'admets. Concernant le fait de me pousser à bout, je ne sais pas si c'est le meilleur moyen, mais je sens que ce sera une épreuve éprouvante que de me séparer de mon sabre, comme à chaque fois... c'est pourquoi je lui tends mon sabre. Cependant, je pouvais sentir ma main se resserrer contre l'objet que je voulais donner à Lucrèce, contre ma volonté. Mon maître sembla avoir eu la bonne idée de poser ses doigts sur les miens au lieu de tenter de prendre le sabre. Alors, c'était vrai, elle me connaissait déjà bien mieux que moi, elle avait une part de moi que je ne connaissais pas. Je me sens bête d'avoir douté et tenté de renier ses paroles sur Yavin IV. Elle me demande qui a fabriqué Ridenti, en fait je n'en sais rien, mais je suppose que se fût ma mère elle-même. J'ai toujours vu ce sabre porté par la matriarche de Visiris, ma mère et cela depuis que j'ai atteint l'âge de raison. Je ne connais pas l'histoire de mon sabre, je sais seulement que lorsque ma mère me l'a octroyé, je ne pouvais plus m'en séparer même si je le voulais. « Ma mère. » Dis-je simplement, je ne lui en dis pas plus, je n'avais pas besoin qu'elle sache que ma mère est une Sith. Ses doigts se détache des miens, mais les miens ne relâchent malgré tout pas leur emprise du sabre. Sa dernière question créa une angoisse encore plus violente que celle précédente, une peur que je ne comprenais. « Je ne sais pas... Je crois... que... » Ma respiration devenait de plus en plus rapide à la simple idée que mon sabre soit détruite. Je détourne mon regard de Lucrèce, se posant sur la silhouette se trouvant à côté d'elle.

** Tu entends ça, petite fille... Elle veut détruire Ridenti... Ton âme. ** Mon regard se perd dans ses yeux jaunâtres imbiber de sang. ** Si elle détruit ton âme, elle fera de toi un Sith, petite fille ! Tu devrais la tuer avant qu'elle te dévore l'âme. ** Mes dents se serrent, la rage monte, ma main empoignant mon sabre tremble d'un mal étrange. Je ferme les yeux et pose un genou à terre, cite dans ma tête le code Jedi afin de faire redescendre cette colère, cette peur sans objet. Je dois rester calme...

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sith

Age : 35 ans
Messages : 338
Occupation : Apprentie de Darth Darral
Localisation : Korriban & Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sith





Lucrèce & Alura
Frôle le néant mais ne le laisse pas refermer ses machoires sur ton âme
Je la regarde s'effondrer et mon regard s'affine. Faible, beaucoup trop faible. Une mer déchaînée qu'elle ne sait pas contrôler. Il m'a suffit d'une pensée, peut être jetée au vent mais exprimée d'une voix désincarnée pour voir ce qu'elle cache sans cesse. Comment a-t-elle réussit a survivre ?  Il était si facile de la toucher...Ou alors cela m'était particulièrement aisé, je ne savais pas vraiment en vérité. Nous étions semblables mais ce qui la meurtrissait n'était pas de la même essence que celle qui me rongeait. Et je priais pour que cela ne lui arrive jamais. Mais peut être y trouverait elle une force a nulle autre pareille. Néanmoins, mon corps vibre avec un silence étudié comme une musique qui n'a de sens que pour moi. La Force s'amasse doucement sur ma peau, une lente caresse qui s'enivre de mes formes dans un soupir.

« C'est aussi simple que ça Gamine ? »

Il y a de la moquerie dans ma voix. Lentement mes pas tournent autour d'elle, une danse aérienne et si lente, prémices de ce qu'est mon art, prémices de l'Ataru. Le bout de mes doigts s'imprime de la douceur de sa chevelure.

«  Trop facile. »

Mon geste est rapide et pourtant empreint de tant d'élégance, tel un pinceau qui se joue d'une toile, ma cuisse s'élève et mon pied heurte sa main, la forçant a laisser son sabre s'envoler. Je ne l'ai pas prévenu, elle n'a pu sentir mon mouvement via la Force qui nous entoure.  Il tournoi dans le ciel, jetant des éclairs de soleil sur le tapis verdâtre qui nous sert d'affrontement. Mon rire accompagne la danse du sabre dans les airs. Et j'ai déjà disparu, un souffle qui ne laisse qu'une trace de mon parfum. Je ne serais jamais un monstre de puissance, mais je sais être pire que cela. Une ombre qui virevolte sans cesse, échappant aux doigts les plus avides lorsque je le désirais. Une danse qui se veut mort ou vie, selon l'amour ou la haine qu'elle porte.

« Beaucoup trop facile....-murmurais je alors que d'un geste je stase le sabre en suspend – Viens le chercher Gamine. Seule. »

Un demi sourire agace la ligne de mes lèvres et mes iris se noient un instant d'ombres étranges, mais le bleu demeure scintillant d'une force atrocement ferme. Oui je la pousserais, je ne lui en laisserais pas le choix et qu'importe, un jour elle sera assez puissante pour sortir de mon ombre. Un rire me traverse, mélange de provocation venimeuse et d'amusement certain. Pourtant tout dans mes iris n'est qu'un défi amer qui se jette sans commune mesure. Qu'elle soit prête pour ce qui l'attend ou elle en mourra. Il n'y aurait pas de demi mesure, il n'y en aurait jamais, pas pour elle, ni pour moi.

BY .SOULMATES



"Son Equilibre n'avait d'égal que sa beauté et sa beauté n'avait d'égal que sa haine pour lui.".unbreakable
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Mon sabre, aussi étrange que peut être ce sentiment, représente une forme d'unité. Je ne fais qu'un avec lui, c'est la représentation de mon âme et la simple idée de mon séparer m'angoisse. ** La force pure, réside dans un esprit pur, dans un corps pur... ** J'entends ta voix qui raisonne dans ma tête, mais je ne souhaite plus y prêter attention, tout comme à tes paroles qui ne cherchent qu'à troubler mon esprit. ** Ton esprit n'a guère besoin de mon aide pour être troublé, petite fille ! ** Ma situation ne fait que t'amuser, toi qui n'apparais simplement que pour t'en réjouir, tu es infâme... Cependant, comment t'en vouloir, tu n'es probablement qu'une projection de mon esprit malade. Probablement, ne suis-je pas celle qui est possède une force de pure lumière, dans un esprit sain et un corps sain ? Oui, moi qui suis bien trop souillée par l'ensemble des émotions qui me caractérisent, qui assombrissent mon cœur et me tirent vers l'obscurité. ** Pureté, Impureté... Selon le point de vue de chaque individu, tout est relatif. Toutefois, je suis intéressée de savoir quel genre de pensée prétentieuse t'a-t-elle fait croire que je parlais forcément de pureté lumineuse te concernant, petite fille ? ** Ah, moque toi si tu le veux ! Mais pourquoi donc suis-je toujours en train de te prêter oreille ? ** Pour la même raison que tes yeux s'efforce de m'accorder attention. ** Pourtant, je n'en connais pas la raison, ta présence en elle-même est un mystère que je m'efforce de comprendre. J'ai peur de ce que je suis, de ce que je vais devenir, de ce que l'avenir me réserve et c'est cette peur qui me brûle et me souille le cœur. Mais je dois être forte, ne pas me laisser submerger par elle, afin d'entretenir la lumière qui vacille telle la flamme d'une bougie. ** Si tu es lumière, combien de temps vas-tu le rester ? Cette femme te veux dans le côté obscur, elle veut te voir t'y noyer, petite fille. **

Pourquoi devrais-je t'écouter... En effet, pourquoi devrais-je continuer à l'écouter, elle n'est qu'un murmure emporter par le vent, un fantôme immigré dans la folie de mes pensées chaotiques. Pourquoi devrais-je te donner du sens et considérer ton existence ? Dis-le-moi... ** Tu ne poses pas les bonnes questions... Tu peux faire mieux, comme te rappeler qui tu étais lorsque maman t'offrait encore son amour. ** Cette dernière phrase me glace le sang, tandis que mon sabre s'envole dans les airs. « Comment ai-je pu oublier... » Chuchotai-je, tandis que les veines noires commençaient à parcourir mon corps comme des racines dévorant ma chair. Je me rappelle alors de qui j'étais, comme si j'avais renié se souvenir. Voilà que l'image de cette petite fille que j'étais à l'époque, cette dangereuse enfant avide de connaissance tant sa curiosité était grande. Mon regard se pose alors sur la petite fille dans la robe noire, mes yeux l'observant désormais clairement. « Comment n'ai-je pas pu le voir... » Son sourire, puis son rire moqueur me fait frémir, les larmes commençant un trajet sur mes joues à moitié assombries par les veines noircies. ** Parfois la lumière t'aveugle plus que l'obscurité ! ** Ma vision se trouble plus les secondes passent, mais je le sais désormais qui tu es... C'est après tout, la robe noire, les souliers rouges que j'ai portés le jour où j'ai embrassé le côté obscur... Le jour où mère m'a forcé à prendre la vie de mes propres cousins. « Tu es moi ! » Dis-je alors que mes yeux bleutés se firent dévorer par l'encre noire qui se répondait dans mes veine. Puis, plus rien, mise à part les ténèbres... Je baigne encore dans ce malaise, celui que je ressens lorsque mon sabre n'est pas entre mes mains, n'est plus en mon contacte. Me revoilà dans ce lieu obscur, face à ce miroir qui reflète toujours cette petite fille... qui n'est autre que moi. « Je t'ai abandonné, renié, délaissé... Alors que tu es celle qui a le plus souffert. »

** Garde ta peine pour toi, petite fille ! L'heure n'est plus à la discussion, ne l'as-tu pas remarqué ? La colère a déjà commencé à envahir ton cœur et elle consumera la vie tout autour de toi. **

La colère, la rage, la haine n'ont fait que de s'accumuler dans le cœur de la jeune Padawan Jedi, faisant remplir une jauge qui ne demandait qu'à exploser dans un tourbillon de frénésie sanguinaire. De nouveau, le feuillage à ses pieds passa d'une teinte verte à brune sans aucune vitalité, écrasé par une masse non-visible à l'œil nu. De nouveau, cette présence malsaine et putride faisait face à la même guerrière qui avait osé la taire. Pourtant, Dark Alura ne donne aucun signe d'une quelconque reconnaissance de l'individu, ne donnant aucun signe d'une quelconque forme de conscience réfléchie... d'une conscience, tout court. Levant son bras à la suite vers le ciel, l'arbre sur lequel s'était appuyée son dit maître, se déracina sous la pression d'une force écrasante. Ironiquement, l'arbre juste au-dessus de Dark Alura, reflétait la position du sabre... Chaque pulsation des veines noires semblaient comme résonner dans la force. Elles s'étendent, puis s'étalent sur le corps de la Padawan inconsciente, enfermée à travers les murmures de son esprit tourmenté. Son visage est inexpressif, sa bouche légèrement ouverte, ses yeux teinté d'un jeune, qui semble orange tant ils étaient imbibés de sang. Dark Alura abat son bras vers Lucrèce, l'arbre fend à la suite dans sa direction.

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sith

Age : 35 ans
Messages : 338
Occupation : Apprentie de Darth Darral
Localisation : Korriban & Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sith
MessageSujet: Re: Le péché de la colère | Ft. Lucrèce   22/3/2016, 18:40


Dernière édition par Lucrèce Navilia le 22/3/2016, 18:51, édité 3 fois





Lucrèce & Alura
Frôle le néant mais ne le laisse pas refermer ses machoires sur ton âme
Et bien il n'aura fallut que d'un rien, constatais je avec un sourire. Un sourire ironique et cynique. Elle était bien trop proche de l'explosion, tout le temps, a chaque seconde. Elle ne savait contenir les tempêtes qui la harcelaient. Elle ne savait les contrôler. Elle les laissait la submerger, encore et encore sans même tenter de lutter contre cela. Evitant son attaque avec la légèreté aérienne qui était la mienne, je continuais de l'observer. Elle n'avait plus rien de sa conscience première, scindée en deux comme un miroir brisé qu'il fallait apprendre a recoller. Morceaux par morceaux. Darral ne ferait qu'une bouchée de son âme, c'était certain....Si je l'abandonnais a son sort. Cela serait tentant d'une certaine façon mais dans le même temps, le défi qu'elle représentait me galvanisait. Si je voulais l'atteindre, je devais écarter cette conscience superflu qui venait d’apparaître. Cela avant qu'elle ne cause plus de dégâts. Je crains un instant qu'elle ne devienne un phare aussi rouge que le sang dans l'immensité de la Galaxie. Son aura pulse de tant de mal, de tant d'horreur, elle en devient un diamant brut attirant à lui les joailliers de la Force Obscur. Du moins, cela le deviendrait si je la laissais faire. Pauvre, pauvre Alura. Un agneau béni de l'obscurité, il lui serait difficile de la contenir. Je me devais de le faire à sa place. Pour cette fois du moins.

User de cette technique était difficile mais pas impossible pour moi, cela étant,  j'espérais qu'elle suffirait, sinon j'aurais sans doute recours a bien plus douloureux pour elle, je le craignais. Je concentrais ma Force au cœur de mes mots, chacun d'entre eux devenant comme une laisse jetés sur son esprit, comme une chaine reliées directement a ce qu'elle cachait, un écho obscur de dans lequel je déversais mes ambitions la concernant. Mon avidité latente, ce que je cachais parfois, toujours. Ma frustration, ma colère et ma haine pour lui. Je me servis de mes noires émotions, celles qui  se sublimaient lorsque j'étais avec lui:

« Ecartes toi.. »

L'air vibra, se tordant au diapason des mots, de mon souffle chargé de Force. Cela claqua, comme un fouet qui n'a de maître...

Spoiler:
 

« Maintenant Gamine, tu vas te reprendre, c'est clair ?  Ta faiblesse me fait honte, elle devrait te faire tout aussi honte. »

Mes mots claquent et il n'y a nulle tendresse en eux. Je martèle sans fioriture,  avec violence et mesquinerie. Je l'obligerais a plier car si elle ne le fait pas avec moi, elle sera brisé par bien plus puissant et mortel. Elle doit se dominer, elle le doit si elle veut suivre le chemin qu'elle a choisis, car sinon...Il ne restera d'elle qu'une conscience dévorée, avalée et réduite à néant.

« Reprends toi Alura, ou crève de ton incompétence. »

Cette fois, il n'y a pas de colère et sans doute est ce pire. Il n'y a qu'un constat jeté avec une neutralité glaçante, une vérité innommable dont elle va devoir prendre conscience. Elle mourra si elle reste aussi faible.
BY .SOULMATES



"Son Equilibre n'avait d'égal que sa beauté et sa beauté n'avait d'égal que sa haine pour lui.".unbreakable
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 622
Voir le profil de l'utilisateur

Le membre 'Lucrèce Navilia' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé normal' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi
MessageSujet: Re: Le péché de la colère | Ft. Lucrèce   23/3/2016, 23:49


Dernière édition par Alura Visiris le 26/3/2016, 04:27, édité 3 fois

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Les ténèbres ont toujours fait partie de moi, même lorsque j'ai cru m'en être débarrassées. Elles vous collent comme un parasite, s'insinuant en vous pour atteindre la source même de votre essence. Mais quelle est mon essence qui semble apprivoiser l'obscurité comme s'il s'agissait d'une enfant ? Pourquoi la noirceur a une telle emprise sur ma personne, au point de faire de moi une simple coquille sans le moindre esprit ? Je veux connaître la vérité ici et maintenant... ** Mais la vérité, tu la connais... Pourquoi t'obstines-tu à la renier ? ** Je ne comprends pas, je n'arrive pas à voir, ni même à imaginer cette vérité. Si c'est vrai que je m'obstine à la renier, pourquoi ne pas m'aider à la comprendre, la percevoir et la concevoir à nouveau ? Tu es moi, tu es une partie de mon esprit, du moins le fruit certain de mon inconscient. Ou peut-être n'est-ce rien de cela et que tu es autre chose, quelque chose de bien réel et pas seulement la projection d'un désir enseveli. ** Continue... Explique-moi qui je suis, petite fille. ** Ô, mais que puis-je en dire de plus ? Un mystère ou bien une énigme qui m'effraie autant qu'il me fascine. Mais cette peur que je ressens, j'ignore si elle est insufflée par le sentiment de découvrir ce que tu es, ou bien de ne rien trouver te concernant. Comment puis-je expliquer ce que tu es ? Toi qui possèdes le visage de mon enfance, la robe de mon enfance, mais une attitude qui m'échappe, qui m'est inconnue. Parlons de ses yeux pâles et jaunes, imbibés de sang, ce n'est pas là mon regard, je peux affirmer n'avoir jamais eu ses yeux là. ** Vraiment ? Comme tu peux affirmer te souvenir de ces moments où les ténèbres s'emparent de toi ? ** Voilà qu'à nouveau tu trouves le moyen de me faire perdre les mots, de me déstabiliser et de me tourner au ridicule. Est-ce que tout ce qui t'intéresse, n'est rien de plus que de tourmenter mon esprit ?  

Je soupire de désespoir si c'est tout ce qui tend à te plaire de moi, moi qui ai par l'intermédiaire de Lucrèce découvert l'espoir. Pourquoi continues-tu à garder le silence ? Pourquoi ne m'annonces-tu pas tout simplement ce que j'ignore ? Pourquoi vouloir me faire plonger dans mes doutes, mes craintes et mes peines. ** Parce que c'est le seul moyen pour toi d'accepter la vérité que tu connais déjà, mais que tu continues de renier en ce moment même. ** Mensonge ! Tu es ignoble de me faire tourner rond. Des larmes coulent le long de mes joues, mais j'ignore si elles sont aussi réelles que ce lieu baignant dans l'obscurité, ce miroir et cette présence, reflet d'une petite fille que je fus. ** Que tu es encore. ** Mes jambes se font engloutir petit à petit par cet étrange lac sous mes pieds, mais je n'y porte aucun intérêt, voulant simplement connaître cette vérité quant aux ténèbres, quant à la projection de mon être enfantin. Je l'observe et contemple cette fleur sur sa chevelure, tandis que je sens le niveau de l'eau monter de plus en plus... Ou est-ce simplement moi qui coule ? Peu importe, bientôt je suis submergée, mais je crois bien, tout de même, que c'est moi qui coule au final. Le miroir semble comme rester à la surface, perdant la fillette de vue. Cette fois, je ne vois plus rien que l'obscurité... Je n'ai pas eu la crainte de me noyer, c'est comme si j'étais plongée dans un rêve, comme si j'étais d'ailleurs sur le point de m'endormir. C'est une sensation si agréable, que je finis par oublier que je coule vers je ne sais où. Des images viennent petit à petit et apparaissent devant moi, comme si l'abysse dans lequel j'étais, devenait un écran visuel. Les images sont d'abord flous et les voix inaudibles, mais un sentiment de nostalgie vient à percuter mon cœur, lorsque j'aperçois ma mère. Elle me fait face, étrangement je reconnais ce souvenir ce qui prouve que c'est un souvenir...

Cependant, ce que je ne comprends pas et qui me laisse pour le moins perplexe... c'est le fait que mère soit si jeune et s'incline devant moi...

Alura a écrit:
réussite : La présence Sith s'écarte d'Alura.
échec : La présence Sith résiste.

Lucrèce semble avoir essayé quelque chose pour affaiblir la présence obscur, mais sans succès. Toutefois, il y eut malgré tout, une étrange réaction de la part de Dark Alura ; ses yeux avaient l'espace d'un moment perdu leur couleur jaune pour le bleuté habituel.     

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 622
Voir le profil de l'utilisateur

Le membre 'Alura Visiris' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé normal' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sith

Age : 35 ans
Messages : 338
Occupation : Apprentie de Darth Darral
Localisation : Korriban & Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sith
MessageSujet: Re: Le péché de la colère | Ft. Lucrèce   14/4/2016, 12:47


Dernière édition par Lucrèce Navilia le 14/4/2016, 12:49, édité 2 fois





Lucrèce & Alura
Frôle le néant mais ne le laisse pas refermer ses machoires sur ton âme
Cette présence était coriace. Je devais bien le reconnaître. Cela me fit sourire, quelque chose de vague et d'étrange dans cette situation. Le vent souffle doucement, faisant danser les brins d'herbe, inconscient de ce qui agite la Force. Les vagues sombres qui nous entoure, turbulences ténébreuses. Elle me force à attirer a moi le côté sombre de la Force, a m'en servir. Je sais le faire. Je n'aime le faire. Cela m'attire toujours un peu plus près du précipice qui me guette avec avidité. Je n'ai pas mon sabre avec moi, mais quelque chose me dit que je n'en ai pas besoin pour le moment. Elle ne sait pas se battre contre elle même lorsque moi je le faisais avec une rage et un désespoir intense. Se combattre était une leçon dure a apprendre, dure a appliquer, mais je le faisais, encore et encore. M'épuisant contre moi même, me rongeant lentement. Ma différence avec cette enfant était qu'elle, elle n'avait pas encore les armes pour ne pas se détruire.

Néanmoins, je captais l'éclat bleu qui perça un instant l'orangé et mes paupières se plissèrent doucement. Tout n'était peut être pas encore totalement perdu, je l'espérais pour la survie de cette enfant, sinon, elle courait au devant du trépas. La Force vibre autour de nous, comme un écho sur une mer tranquille, une ondulation sauvage qui n'a aucune maître, aucun mors. Un cheval fou qui se laisse prendre par son aliénation. Une mèche rebelle barre un instant mon visage, poussée par ce vent joueur, mais je ne la quitte pas des yeux, scrutant le moindre de ses traits, comme pour m'en souvenir à jamais. Il y a peut être du vrai dans cette pensée voletant.

« Tu vas m'obliger a être méchante Gamine...Vraiment... »

soupirais je doucement en doutant qu'elle ne m'entende, enfermée dans un monde auquel je n'avais pas accès. Il fallait que je l'en sorte et si les Mots de Force n'avaient pas eu l'effet escompté, j'avais encore d'autre cordes à mon arc. Cependant, la perception n'était pas ma grande force et il m'était difficile de me servir du Mal dans ces conditions. Mais me laissait elle le choix ? Alors même que des larmes étranges coulaient sur ses joues. Inerte, elle ne bougeait pas, comme s'offrant en sacrifice. Adorable petit monstre...Cependant les Mots m'avaient permis d'établir un lien, même minime avec elle et je comptais bien m'en servir. J'attirais a moi les sombres reflets de la Force, m'en gorgeant contre ma propre volonté mais je n'avais pas le choix. Du moins, elle ne m'en laissait pas le choix. Etait ce plus facile de la tenir responsable de mes actes immondes ? Peut être. Mais il était trop tard pour un réfléchir :

Dés d'amour a écrit:
Grand Succès : Le Tesson de force provoque une douleur aussi intense qu'insoutenable dans l'âme noire.
Petit Succès/ Petit échec : La douleur n'est pas aussi puissante qu'espérer, mais peut être cela sera suffisant pour ouvrir le chemin de la conscience a Alura.
Grand Echec : Lucrèce manque de puissance et voit ses options se réduire drastiquement.

Une légère grimace traversa mes traits. La manipulation du mental obscur me donnait toujours du fil a retordre et malgré ma volonté bandée, je ne pus faire mieux. Il ne me restait plus qu'a espérer.

« Bordel, reprends toi Gamine. »

Murmurais je, les dents serrés. Il fallait que je la sorte de cet état avant de la perdre définitivement.
BY .SOULMATES



"Son Equilibre n'avait d'égal que sa beauté et sa beauté n'avait d'égal que sa haine pour lui.".unbreakable
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Messages : 622
Voir le profil de l'utilisateur

Le membre 'Lucrèce Navilia' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé normal' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi
MessageSujet: Re: Le péché de la colère | Ft. Lucrèce   21/4/2016, 22:13


Dernière édition par Alura Visiris le 4/6/2016, 15:44, édité 1 fois

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Est-ce que ce que je venais de voir était réel, ou simplement le fruit de mon imagination ? Comment savoir le vrai du faux quand on est soi-même confronté aux illusions et aux projections chimériques de sa propre folie ? Sans me rendre compte, j'étais de nouveau hors de l'eau. Toutefois, aucun miroir ne me faisait face, aucun lac sous mes pieds, mais bien un sol dur. Je reste immobile, pourtant je peux sentir du mouvement, comme si le sol faisait de léger va-et-vient. Puis, la perception me revint comme si la lumière jaillissait pour éclairer l'environnement. Pourtant, il n'y a aucune lumière et la pénombre voile tout reflet, toute lueur, et je vois ce qui ne devrait normalement pas être vu ; une cage, immense cage dont je semble être prisonnière. Cependant, je ne me sens pas retenue comme si j'étais bel et bien à ma place, comme si j'étais enfin à la maison. Je sens mes paupières s'alourdir, le sommeil m'enivrer de son parfum onirique. Alors que mes paupières se ferment lentement, l'étincelle d'une présence frôle mes sens avant que des bras viennent m'entourer et me tenir sous une étreinte chaleureuse. J'ai l'impression de m'endormir, mais ce n'est pas le cas. Je reste pleinement consciente de ce qui m'entoure et chacun de mes sens sont en éveil. Et lorsque sa voix s'élève dans le silence, mon ouïe se concentre sur ses paroles. ** Sais-tu qui je suis ? Ou plus véridiquement... Sais qui tu es ?** Une question qui semble simple, attendant une réponse qui semble tout aussi simple, mais dans les deux cas, la vérité n'est pas aussi simpliste qu'elle ne le paraît. Je n'avais pas de réponse à donner, je ne peux clairement pas dire ce que j'ai vu et ce que j'en ai compris. Tout est flou, pourtant tout me semble familier comme si j'avais les réponses, mais des réponses qui me restent sur le bout de la langue. C'est frustrant d'avoir les connaissances à porter de main, sans pouvoir y avoir accès.    

Mais cette fois, quelque chose me pousse à gratte davantage le mur pour trouver la lumière et m'enrichir de cette connaissance. Je veux savoir ce que signifiait cette image, je veux savoir pourquoi mère était dans une posture presque de soumission. Et plus que tout, je veux savoir ce que je suis et ce que tu es. Une secousse me fait sortir de mes songes, ouvrant de nouveau mes yeux sur une cage affolé dans lequel je me trouve enfermée. Je me retourne vers... la petite fille. Comment devrais-je la nommer, devrais-je continuer à la nommer Petite fille ? Devrais l'appeler par mon propre prénom, celui que j'ai cessée d'utiliser pour Alma ? ** Alma ? Alura ? Aucun de ces noms n'est le mien, aucun de ces noms n'est le tien. ** Alors, je suis donc censée t'appeler par ton véritablement prénom, qui est sans aucun doute aussi ma véritablement identité, n'est-ce pas ? Mais je ne vois pas quel nom j'aurai hérité autre qu'Alura. Une douleur me prend soudainement, tandis qu'une lueur perce les cieux ténébreux, éblouissante et chaude. La voix de Lucrèce parvient jusqu'à moi, elle semble être désespérée. Je porte mon attention sur ma projection de moi, enfant, observant paisiblement la fissure dans le ciel obscur au-dessus de nous. À son tour, ses yeux viennent se poser sur les miens avec un sourire aussi inquiétant que celui de mère. ** Peut-être qu'il est temps pour toi de te réveiller. ** Avant que je puisse comprendre le sens de ses mots, elle posa son index sur moi et je fus éblouie par la lueur qui était soudainement devenue aveuglante. La vision me revient lentement et en face de moi, j'aperçois une silhouette, celle de Lucrèce. Je reste un moment debout, perplexe et confuse, avant que mes jambes me lâchent. Je me laisse tomber au sol de manière à me retrouver tout de même assise, je n'avais plus aucune force et je sentais à peine mon corps.     

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sith

Age : 35 ans
Messages : 338
Occupation : Apprentie de Darth Darral
Localisation : Korriban & Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Sith





Lucrèce & Alura
Frôle le néant mais ne le laisse pas refermer ses machoires sur ton âme
Un soupir m'échappe. Un murmure qui ne possède aucun mot propre. La Force se tranquillise autour de moi, toujours aussi sombre et bestiale mais apaisée, frémissante encore de la colère qu'il m'a fallut déployer, appelant à moi mes plus noirs souvenirs, mes plus sombres tourments pour lui ouvrir la voie et briser ne serait ce qu'un peu la possession de cette enfant. Du bout de l'index, je repousse une mèche volage qui vient chatouiller mon visage. Le calme qui revient m'étonne moi même et je crains un instant l'oeil du cyclone mais ce n'est pas cela. Finalement, mes pas me portent a sa hauteur et je m'accroupis devant elle, cherchant dans son regard l'absence de cette vie ténébreuse qui parfois la submerge.

« Il te reste un long chemin a parcourir Gamine et ce n'est que le commencement. »

Mes lèvres s'incurvent, comme si l'idée m'amusait. Il y a peut être de cela lorsque je la regarde. Mon regard est étrange. Il n'y a aucune compassion ni aucune pitié au creux de mes iris. Ce n'est qu'un puits sans fond qui ne peut lui dire la teneur de mes pensées et toujours en surface, cette volonté qui m'est propre, mon bouclier comme mon plus grand fardeau sans aucun doute. Ma main s'élève et mon pouce bloque un instant mon index avant de le relâcher en une pichenette sur son front.

« Elle te laissera vide, creuse et épuisée. Elle te donnera envie de lui céder la place définitivement. Tu l'aime autant que tu la hais mais n'oublie pas ce que tu veux vraiment. Ta volonté n'est pas encore assez forte et ton cœur pas assez froid. »

J'assénais ces mots avec une violence certaine et pourtant ils étaient de velours lorsqu'ils passèrent mes lèvres. On ne pouvait nier ce qu'ils portaient ni ce qu'ils sous entendaient. Je pouvais lui lacérer le cœur si cela lui permettait de s'endurcir, le blessé tant et tant qu'elle me voue une haine farouche. Cela ne me gênait pas, je ne cherchais pas à être aimée et si cela lui donnait ce qu'il fallait pour dresser autour de son cœur un mur infranchissable aux portes d'airain, je le ferais. Elle saurait alors gérer sa colère, la laisser filtrer avec un mors aux dents et non la relâcher comme un cheval rendu fou de rage. Une mer déchaînée qu'elle ne savait maîtriser.

« Parce qu'on te blessera, on te mentira, on te trompera. Moi, un autre, qu'importe ce sera ta faiblesse parce que tu ne sais protéger ta douceur. »

Je me redresse avec souplesse, un sourire étranger sur les lèvres :

« Allez, debout Gamine, tu m'as forcée a user de méthodes qui me déplaisent, je suis agacée, je ne te le cache pas. »

Parce que j'avais moi même subit ces malédictions, j'avais hurlé de souffrance, haïssant comme jamais mon Maitre de ce qu'il m'infligeait. J'avais éructé de rage destructrice, je m'étais moi même horrifiée, j'avais tellement aimé cette haine pour lui. J'avais aimé me déchaîner contre lui et il en avait rit, avec un amusement cruel. Alors j'avais appris a bander les rênes des bêtes cachées en moi, jusqu'à m'en faire saigner les paumes.
BY .SOULMATES



"Son Equilibre n'avait d'égal que sa beauté et sa beauté n'avait d'égal que sa haine pour lui.".unbreakable
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 25 ans
Messages : 661
Occupation : Padawan Jedi
Localisation : Coruscant
Race : Humain

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Le péché de la colère
Alura & Lucrèce

Le secret de mon passé est confus, il m'est familier bien qu'il semble m'échapper sur certain point. J'en sais peut-être plus que ce que j'en crois comme tente si bien de me l'encrer, elle, cette fillette... Cette enfant qui est le reflet de ce que j'étais jadis enfant, la même apparence, bien que le comportement et j'en suis certaine, diffère grandement. Pour l'instant, je ne peux que laisser ce que j'ai appris de côté. Voir ma mère aussi jeune, c'était comme la redécouvrir, mais je pense que je ne réalise pas encore le fond de cette vision ou souvenir... Que sais-je. Il doit y avoir quelque chose d'autre qui m'échappe ou que comme le dit « mon autre moi », que je renie inconsciemment. Mais, j'étais de retour à la réalité et en face de moi, ce n'était plus mon reflet de moi-même miniaturisé, mais à nouveau Lucrèce. Celle-ci s'agenouille devant moi, affichant une expression qui lui ressemble tellement bien. Ses mots sortent de sa bouche, je les anticipe bien avant qu'elle les prononce. Je savais déjà ce qu'elle allait dire au vu de cet échec sans aucune doute lamentable et d'un pathétique sidérant. Je ne répondis pas, mais mon silence était là l'une des meilleures réponses que je pouvais lui donnant pour lui donner raison. Un silence qui était surtout causées par la fierté et l'amertume d'avoir échoué. Mon regard s'était longtemps détaché de celui de Lucrèce, préférant porter une attention tout particulière au sol sous la frustration qui avait pris place dans mon cœur. Ce fut une légère brûlure au front qui me fit reporter mon attention sur mon maître. Ce que dit Lucrèce à la suite est bien plus compliquée à comprendre, à cerner les subtilités, mais pourtant... Ses mots me parlent, comme me reconnaissant en chacun d'eux. Si elle parlait de la chose en moi, cette obscurité mais aussi cette présence, elle avait raison... Je la hais... Pourtant, je l'aime aussi... cette obscurité, ce mystère.

Peut-être est-ce pour cela qu'elle me terrifie autant ? Même ses mots avaient été durs, d'une violence sans once de retenue. Mais, je n'étais pas blessée, au contraire j'acceptais ses paroles le cœur et l'esprit ouvert. Je savais reconnaître mes erreurs et je savais accepter la critique comme la dure vérité, même si... il semble que mon esprit est fait le déni d'un souvenir qui me hante encore aujourd'hui. Lucrèce m'annonce que je ne sais pas protéger ma douceur... Intérieurement, je me demandais si la douceur n'était pas là un signe de faiblesse, car après si je veux me confronter à l'obscurité, ne devrais-je pas anéantir la douceur en moi et m'endurcir... Ou peut-être que Lucrèce parlait d'autre chose et donc je n'ai pas compris le sens même de ses paroles. Je me relève lorsqu'elle me le demande, toutefois, toujours plongée dans mes pensées qui fusent dans ma tête avec l'image de ma mère, jeune et semblant soumise... Comme un chuchotement, les paroles de mère ressurgissent au moment où elle s'inclinait devant moi... Mes yeux observent Lucrèce d'un air confus... « Sais-tu... qui est le Seigneur Vary ? »

Emi Burton




Light & Shadow
(c) black.pineapple



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Le péché de la colère | Ft. Lucrèce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars, Rise of the Force :: Corellia [Nouvelle République]-