[Espace] -Each man is a little war - Agheera - Page 3



Sujets Communs

La soirée... - District Glitannai

Partagez | 
 

 [Espace] -Each man is a little war - Agheera

STAR WARS - RISE OF THE FORCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




 « As tu déjà aimé ? »

Elle qui savait comment l'embrasser, le toucher, elle qui savait le mener jusqu'à ses bras et le faire reculer tout à la fois. Parce que pour une simple femme, on pouvait se permettre l'étreinte, la brutalité d'un moment, la maladresse, quelque chose qui se partageait pour mieux s'oublier après. Pour une femme, oui, pas pour Agheera et son corps brûlant, tendre désert du jardin de ses printemps.
Alors le lit restait vide de sa présence à lui encore un peu, il y avait eu des draps défaits avant, bien avant. Avant que son cœur ne sache battre à son nom, et il y avait eu des femmes, des trahisons, et comme le bruit du ressac en son âme qui le hantait toujours un peu.
Le ressac qui s'apaisait, et puis elle, elle qui l'embrassait sur sa peau douloureuse, effaçant chacun des autres baisers qu'il avait un jour reçu, qu'il avait un jour donné.
Il n'avait pas vu la forêt, Seth, dormeur éveillé aux yeux étranges qui voyaient trop ou bien trop peu. Il n'avait pas vu la forêt, non, la laissant à ses rêves, son intimité, mais il l'imaginait, oui...Le parfum des sous-bois, odeur de mousse et de lichen, arbres vénérables aux troncs parfois penchées, et herbes sauvages sur lesquelles s'allonger.
Loin du sifflement du serpent obscur, loin du froid du ruisseau et du cri des oiseaux....

 « Parce que moi, je crois bien n'avoir jamais aimé que toi. Ca a toujours été toi, oui, toujours... »

Le regard qu'il cherchait jusque dans l'agonie, la présence et la chaleur, et maintenant qu'elle était là, entre femme et déesse, il lui tournait le dos bien sûr, il ne la rejoignait pas. Alors l'air était lourd, grave de secrets, grave de promesses. Il le respirait tout autant qu'il s'étouffait d'elle à présent. La jeune femme aux doigts agiles, son souffle contre son cou, son poids qu'il lui semblait porter encore. Et certaines choses ne pouvaient être dépassées pourtant....
Il repensa à Julen un matin, ses yeux mélancoliques, la chanson qu'il siffla un peu pour l'abandonner dans un chagrin. Parce qu'il avait passé la nuit avec une femme, comme il l'avouera à Seth par la suite, une femme qui n'était pas Elle, celle qu'il aimait. Et quelle chanson se briserait contre ses lèvres à lui sitôt qu'il rejoindrait les bras d'Agheera ? Un hymne sans victoire pour les enlacer tous les deux, pour qu'ils se manquent un peu trop vite, un peu trop fort, et que malgré la distance, malgré la douleur, non, jamais ils ne s'oublient. La prendre ainsi, la toucher, la condamner, lorsque lui était déjà damné.
Mais se contenter de l'aimer ainsi, juste de loin, le pouvait-il ? Non... Alors chaque seconde était un battement de cœur, conscience aiguë du temps perdu. Elle lui avait dit de rester.... Et son poids fit grincer la couchette sommaire lorsqu'il s'y coucha, bruit d'une autre nuit, lorsqu'au creux de ses bras, Agheera s'était endormie.
A présent, ses mains sur lui semblaient comme le détacher de tout ce qui l'entravait. Quelque chose implorait pourtant, la douleur d'un cœur peut-être, un cœur qui craignait de battre encore. Regarder son visage à elle, c'était y voir les traces de toutes les larmes déjà versées, de celles qui un jour couleraient....
Il n'y avait pas d'avenir, voilà tout.Juste les rêves... ceux qu'il avait fait d'elle, ceux qu'il ferait encore, qu'elle partagerait peut-être, et se trouver serait mourir alors. Comment supporter, sinon, comment supporter qu'elle se batte ainsi, loin de lui ? Là où il ne pourrait la protéger toujours, là où il ne pourrait la protéger jamais...

 « …..Il ne faut pas »

Parce qu'était-il, lui, le Chasseur de Primes, qui était-il pour s'abandonner ainsi à une telle passion ? Il avait fuit une fois déjà, une fois de trop, qu'importe qu'elle ait aimé avant, qu'importe qu'elle ne puisse aimer après. Car l'embrasse, c'était l'étouffer aux cendres de Yavin. Il y avait des passions bien sûr, et dans chaque histoire, c'était les héros qu'elles écorchaient.

Il n'était pas un héros, juste un assassin, alors pourquoi ses mains bougeaient soudain comme douées d'une volonté propre ? Marquer ce qui ne pouvait lui appartenir, par ses mots, Seth se débattait, par ses gestes, ils les condamnaient tous deux.

 « Ne me dis pas de rester, non, chasse-moi.... chasse-moi maintenant »

Parce que la table s'était fendue comme un jugement rendu, parce qu'il craignait la mort tout autant que la vie, parce que porter le masque d'un guerrier, pour elle il le pouvait un peu bien sûr, mais déjà il se fissurait.

Qui suis-je ? 

Le sang sur sa peau, le sang qui jamais ne partirait....

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Elle posa ses lèvres contre son cou une seconde fois. Un baiser plus long, plus profond. Parce qu’il semblait si loin à présent et qu’elle avait tant besoin de le savoir près d’elle. Et s’il sombrait, alors elle chuterait avec lui. Elle le comprenait maintenant, le savait même. Mais pourtant tout allait si vite. Hier encore elle fuyait sa présence, si ce n’était pour le soir où il avait finit par la porter, l’allonger, veiller sur elle comme personne ne l’avait encore jamais fait. Et depuis plus rien ne semblait être pareil. Ni lui, ni elle. Ni l’air qui frémissait autour d’eux à chaque instant.

« As tu déjà aimé ? »

Elle se figea, ses lèvres avaient déjà quitté la peau de Seth mais ses muscles se tendirent imperceptiblement. Avait-elle déjà aimé ? Les yeux fermés, elle réfléchit le coeur battant. Il y avait bien eu quelqu’un, un jour. Ils étaient jeunes, elle était naïve. Elle avait cru qu’il l’emmènerait avec lui, sur son vaisseau. Loin de Qi Lozar. Elle avait 20 ans, l’espoir dans les yeux. Il était resté un mois le temps de tout réparer. Il était parti sans dire au revoir. Mais l’avait-elle aimé pour autant ? Peut-être. Mais pas comme ça. Pas comme ce qu’elle sentait lorsqu’il y avait sa peau contre la sienne, ses doigts entre les siens, ses lèvres sur les siennes. Et ça n’avait été rien comparé à ce qu’elle ressentait pour lui. Un grain de sable dans le désert qu’était Seth sous ses doigts. Elle ne répondait pas, perdue dans ses pensées. Dans la réalisation que, finalement, tout s’était peut-être passé vite mais tout s’était passé pour une raison. Pour les mener là, l’un contre l’autre. Elle l’embrassait à nouveau, son cou marqué par ses lèvres. Comme pour lui dire qu’il n’y avait que lui, que lui, que lui.

« Parce que moi, je crois bien n'avoir jamais aimé que toi. Ca a toujours été toi, oui, toujours… »

Ses mains se plaquèrent plus encore sur son torse, comme si elle avait faillit sombrer et qu’il avait été la seule chose à laquelle elle s’était accrochée en tombant. Et elle était tombée de haut, elle qui s’était crue seule toute sa vie. Seule, au milieu du désert, seule au milieu des étoiles. Agheera s’était cru maudite, même. Parce qu’elle avait grandit sur la pire des planètes, au milieu des salauds qui n’avaient attendus qu’elle grandisse que pour faire de sa vie un enfer. Elle s’était cru maudite parce que même au milieu des étoiles elle s’était sentie perdue. Jusqu’à ce qu’il arrive, lui, l’ombre. Et sa chaleur enivrante, et sa fraîcheur reposante. Elle avait écumé les déserts la mort aux lèvres de si nombreuses fois qu’elle avait d’abord cru à un mirage au creux de ses bras. Mais il était bien là, et sa place aussi. Et comme s’il avait entendu son coeur s’arrêter dans un battement, il se retourna et s’avança vers elle, l’obligeant à reculer alors. Son nom se perdit sur ses lèvres alors qu’elle emprisonnait celles de Seth à nouveau, le sentiment que cela faisait trop longtemps qu’elle n’y avait pas eu droit. Etait-ce un droit alors, un devoir ? Ou quelque chose qu’elle prenait parce qu’elle en avait tout simplement envie. Il la surplombait, et bien vite leurs souffles se mêlèrent alors qu’ils se perdaient à travers leurs mains, tremblantes, fiévreuses. Et Agheera frissonnait, le coeur affolé, le corps incendié.

Elle pensait encore à lui, à ce qu’il lui avait dit. Et elle n’avait toujours pas répondu, parce qu’elle avait toujours eu du mal avec les mots, avec les autres. Un peu. Mais surtout parce qu’elle avait peur. Peur de le dire comme il l’avouait. Peur qu’entre ses lèvres tout ne perde son sens, son importance. Et qu’avec ses mots ne meurent les baisers de Seth. Ses caresses et son souffle contre le sien. Alors elle se contentait de l’embrasser, encore et encore, ne s’éloignant que lorsque leurs visages s’enfouissaient dans leur cou tour à tour. Sur leurs lèvres il y avait leurs prénoms, sur leurs doigts des brûlures. Et leur peau était marquée, ça et là.

« Seth, je… » commença-t-elle, libre des lèvres de ce dernier.

Mais il s’éloigna soudainement, comme si cette courte pause avait suffit à ce qu’il prenne conscience de quelque chose qui la dépassait. Il y avait encore ses mains sur son corps, comme si malgré tout, ces deux entités s’appelaient. Et elle le ressentait cet appel dans chaque inspiration qu’elle prenait, dans chaque soulèvement de poitrine alors qu’elle peinait à voir les yeux de Seth dans l’obscurité de la pièce.

« …..Il ne faut pas. Ne me dis pas de rester, non, chasse-moi.... chasse-moi maintenant »

Il était loin alors, soudain. Elle le sentit s’éloigner, dégager l’espace entre elle et le reste de la pièce. Et sa chaleur était lointaine, elle émanait toujours, mais plus diffuse. Plus faible. Il s’éteignait peut-être. Avait-elle fait quelque chose pour qu’il change d’avis ainsi ? Est-ce qu’il doutait ? Est-ce qu’il regrettait ? Il la rejetait et son coeur se serra, trop. Alors elle s’assise, silencieuse, toujours. Les mains qui s’agitaient dans l’obscurité et le coeur qui lui battait aux tempes lentement.

« Seth… » murmura-t-elle sans savoir par où commencer.

Elle voulait lui dire qu’il n’y avait que lui. Qu’il n’y avait jamais eu que lui, qu’il n’y aurait que lui. Elle voulait lui dire qu’elle ne voulait que lui. Avec ses jeux de clair obscur. Avec ses parts d’ombres, aussi profondes soient-elles. Parce qu’elle en avait aussi. Que pour survivre, elle s’était battue. Et qu’il avait fait de même surement, qu’elle l’acceptait le comprenait. Mais elle n’y arrivait pas, et les mots restaient à la frontière de ses lèvres, suspendus à celles-ci. Agheera s’assise sur le bord du lit, le souffle un peu court. Oppressée par l’air, surtout, qu’elle aurait presque happé si le poids de celui n’était pas altéré par quelque chose qui n’était pas physique.

« Je ne peux pas. » dit-elle alors simplement. « Je ne veux pas que tu partes. »

Agheera se retourna, et dans le noir elle ne voyait que la silhouette imposante de Seth, plus loin, de l’autre côté. Elle se demanda un instant ce qu’il pouvait bien penser.

Je suis ridicule.

Elle soupira, secouant imperceptiblement la tête. Ridicule de boire les paroles de Seth. De se croire spéciale. De penser avoir trouvé sa place. S’il l’aimait alors pourquoi voulait-il qu’elle le chasse comme un vulgaire animal. Pourquoi voulait-il partir.

Ridicule de l’aimer.

Et qu’importe qu’elle ne soit pas sûre, alors. Qu’importe qu’elle ait peur. Elle se rapprocha, à nouveau, jusqu’à ce qu’elle pose sa tête doucement sur son épaule.

« Je suis désolée. » souffla-t-elle. « Pars si tu le veux. »

Ne pars pas.

Son estomac se noua. Et elle restait immobile, sa tête contre son épaule.

« Ça ira. »

Elle n’avait jamais été aussi incertaine.



« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Elle ne comprenait rien du danger évidemment, rien des corps brisés, des passions meurtries... Et Seth n'avait pas de mots, juste sa propre mélancolie. Il entendait les pensées fières, douloureuses de la jeune femme, bien sûr, il sentait ses mains s'agripper à son cœur comme un hurlement aussi, mais il y avait des choix à faire. Des choix de haine, des choix de vie... Et lorsqu'il portait ses mains en coupe pour y boire à ses frissons, qu'était-ce alors ?
Elle était couronne, il était roi...
Il n'y avait que les ténèbres pour se deviner l'un l'autre, et de temps en temps un souffle sur une peau. Agheera, incendie de son âme, à trop chanter la destruction du bout des lèves, alors s'en vient la mort, s'en vient la fièvre....
Car il avait goûté à ses baisers, et la haine s'était enroulé à sa langue comme un serpent paresseux, haine du monde, haine de soi, haine qu'ils partageaient qu'ils s'offraient aux couleurs de l'amour aussi. Alors un baiser de plus, évidemment, alors qu'elle était là, faible entre ses bras, un baiser pour être sûr, pour oublier...Mais la haine restaient, et que leur avait-on fait à tous les deux pour qu'aucun soleil ne vienne alors ?
La chambre obscure, la lune écorchée de leurs peaux à tous les deux.... Elle ne pleurait pas, elle pleurerait bientôt, sans comprendre que ce n'était pas l'amour, car il l'aimait, car elle l'aimait aussi, mais que le danger était autre. Et ce qu'il ressentait de la Force alors était comme un long sanglot.
Il devinait les lèvres entrouvertes, les mots blessés, les mots bloqués, il devinait les silences et les injures, acceptant parfois une pensée de la jeune femme jusqu'à lui, lui en offrant une autre en retour alors même que son esprit dansait et louvoyait ente les ombres de leurs yeux.
Il était une fois, une forêt d'ombres et de ténèbres, une femmes aux pieds nus, aux cheveux défaits, un lac dans laquelle elle se plongeait. Et lorsqu''elle en émergea, ce fut nue comme un défi au monde. Il était une fois un chasseur, et la forêt était la même, et peut-être Agheera en avait-elle senti le parfum jusque dans ses rêves, herbes sauvages et boutons de fleurs... Ce chasseur trouva le lac, trouva la clairière, la femme nue qui n'espérait ren d'autre que la solitude. Il la trouva et la désira...

 « Ainsi soit-il alors, allonge-toi... »

Mais ce que lui voulait, la femme ne le désirait pas, et sa nudité était un secret qu'elle n'offrait à nul autre qu'au lac et à la forêt. Alors, quand le chasseur posa les yeux sur elle....
Et cela était une histoire bien sûr, un autre chasseur, une autre femme, un conte loin de leur réalité à eux, des bouches brûlantes qui se cherchaient à nouveau, et il lui avait demandé de s'allonger bien sûr, alors que ses mains à lui la repoussaient, ivres, jusqu'au plus profond du matelas pou mieux l'emprisonner encore dans son ombre, son ombre bien plus sombre que les ténèbres...
Le chasseur de la forêt, aurait-il été si violent ?

Car les ongles de Seth étaient des griffes pour lui écorcher les poignets, Agheera... Car ses lèvres clâmaient un désespoir profond qu'il aurait été inhumain de donner, qu'il prenait quand même.

La femme avait hurlé, le chasseur aussi. Parce que, nue, elle l'avait condamné... Et sa propre peau était un fardeau désormais, un fardeau à arracher, aider par les griffes de ses chiens, par les crocs qui le dévoraient. S'était-elle enfoncée jusqu'au lac, Agheera, le lac des contes et des légendes, elle, au plus profond de son rêve ? Avait-elle bu à son eau, attendant l'ombre du chasseur ?
Ce n'était pas de sa peau que Seth se défaisait, et si un chien le dévorait, c'était de l'intérieur seulement. On se relevait de telles blessures, on se relevait où l'on faisait semblant, voilà tout. Ce n'était pas de sa peau alors, simplement du tissu qui l'entravait...
Etait-elle à sa merci, la femme au cœur pur, la femme aux troubles passions ?  Son nom qu'elle murmurait comme un cri agonie désormais, encore et encore... Et lui, que lui soufflait-il, les mains contre sa peau ?
Que lui soufflait-il d'au delà des mots ?



Et lorsqu'il fallut reprendre son souffle, Seth comme Agheera étaient différents. Il remarqua alors que les reflets rouges sur la peau de la jeune femme, alors qu'il se penchait pour y cueillir des perles de sueur de ses baisers paresseux, ces reflets rouges semblaient s'agrandir soudain. Petit à petit, la lumière revenait, et le bruit du vaisseau s'en retrouva différent alors....

Ils survivraient. Ils partiraient.

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Dans l’obscurité, elle le devinait se tordre pour attraper sa nuque. Y déposer ses doigts avant de l’embrasser. Il n’y avait plus de mots alors, suffisamment puissant, suffisamment précis, pour décrire et pour dire. Pour parler de l’orage qui grondait au dessus d’eux, et des vagues qui les frappaient. Pour dire combien ils s’étaient nécessaire l’un l'autre, pour dire combien ils s’aimaient. Et non. Non, il ne partirait pas. Parce qu’elle le lui avait demandé si fort qu’il avait finit par l’entendre. Ou quelque chose comme ça, elle ne savait pas. Et qu’importe alors si elle ne saisissait pas tout, son instinct la guidait et il la guidait vers lui. Bientôt elle fût entourée de ses bras, elle leva alors les siens les croisant derrière sa nuque et le tira vers elle. Entre leurs lèvres il n’y avait plus rien. Plus rien sauf la promesse de s’appartenir, de ne plus partir. Et qu’ils souffrent alors, tant qu’ils se possédaient. Sa place, si elle en avait bien une, elle était entre ses bras. Son coeur s’emballait, rongé par l’envie, rongé par le désir de retrouver ses lèvres, ses mains et plus. Elle soupira son nom, une fois, et il lui répondit d’un ordre auquel elle ne pouvait qu’obéir.

« Allonge-toi… »



Elle l’embrassa une dernière fois, avant de poser sa tête contre son torse encore chaud bousculé par l’air qu’il happait. Agheera fit courir, espiègle, ses doigts sur sa peau alors qu’elle retrouvait son souffle. Celui qui n’était pas que fumée noire d’avoir trop brûlé. D’un oreille elle entendait son coeur battre, pareil à un tambour alors. Ou peut-être était-ce le sien, car il exécutait la même mélodie. Elle le sentait dans sa poitrine qui se soulevait irrégulièrement sous les draps qui la cachaient à peine. Miroir, liés, elle n’en avait aucune idée.

Entre ses tempes, les pensées s’entrechoquaient. Elles fusaient, comme avaient fusé les caresses et les baisers. Elle l’aimait. C’était certain, quelle autre explication alors pour ce qu’elle avait ressenti. C’était nouveau et elle s’y était noyée avec toute la passion qui l’avait habité et qui l’habitait encore. Silencieuse, elle ne disait rien. Mais elle en avait envie. Le lui dire, enfin, le lui dire, encore. Du bout des lèvres, elle fit rouler ces dernières le long de son cou jusqu’à trouver les siennes. Un baiser qui se voulait tendre, doux. Bien plus que les précédents violents et affamés. Du bout des bras, elle s’était redressée et le drap était tombé alors.

« Seth, tu es… » commença-t-elle, penchée sur lui.

Mais sur sa peau, il y avait une lumière qui s’intensifiait. Rouge, ardente. Et ce n’était pas la sienne. Elle leva les yeux vers la source. Des voyants. Et pas n’importe lesquels. Agheera se redressa totalement, presque assise, l’oreille tendue alors qu’elle entendait le vaisseau revenir à la vie, un sourire se dessinant timidement sur ses lèvres, le coeur battant.

La tempête était passée. Mais pour combien de temps encore ?

« Le vaisseau… » chuchota-t-elle soudain, prenant conscience de la mince fenêtre qu’on venait de leur offrir.

Sans un mot, elle se releva, tirant avec elle le draps dans lequel elle venait de naître à nouveau, ne laissant derrière elle que la mince couverture au chasseur de prime. Et c’était la brise alors qui tirait les ficelles, la guidait jusqu’aux commandes car elle se mouvait avec une détermination presque étrange, ailleurs. Il fallait agir avant que les vagues ne reviennent. Enroulée dans les draps, elle traversa le vaisseau s’engouffrant dans le cockpit et ses doigts vinrent jouer de leur agilité sur les commandes. La première planète. Les premières coordonnées. Qu’importe, il leur fallait un pied à terre. Et d’un dernier geste elle activa l’hyperdrive : trois heures.

C’est à ce moment là qu’elle sentit sa présence s’accroître, s'approcher, car le coeur qui battait en son sein n’était plus que le sien. Il y eut enfin un souffle contre son épaule, et elle ferma les yeux.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Il y avait le fantôme de sa chaleur tout contre lui, et le parfum de courant d'air de son départ. Seth ne bougea pas cependant, il n'était pas pilote, pas mécanicien, et sa présence se faisait souvent aussi massive qu'encombrante. Alors il resta là, là où il ne dérangerait personne, et les lumières rouges dansaient alors dans la pièce. Il ferma les yeux. Chaque événement semblait former un ruisseau coulant entre ses mains, il ne pouvait rien en retenir, non, plus à présent. Et l'eau était glacée peut-être, qu'importe. Alors il tenta de voir le futur, au moins un peu, se représentant dans son esprit un polygone de mille côtés, pas un de plus, pas un de moins, afin de canaliser ses pensées et de les mener à travers la Force vers des chemins de lumière et d'obscurité. La tâche n'avait rien de facile, l'apaisement était moindre, la méditation douloureuse, car contre-nature était celui désirant bien avant le présent, le futur.
Mille côtés, et soudain l'homme frémit des paupières peut-être un peu trop, cassant le fragile équilibre de la construction mentale. Le chiliogone n'en fut plus un, plus vraiment, ces côtés n'étaient plus mille désormais, mais une certaine infinité, peut-être plus, peut-être moins, trop tard pour les dénombrer.
Alors tout devint trouble, imprécis, l'intuition ne fut plus, seul resta le rêve, et cette chose là ne pouvait être que purement imaginaire... Le futur lui était fermé, immobile, voilé, alors même que le vaisseau s'ébranlait tout autour de lui.
Mouvement, immobilité, une chose était tangible, une autre ne pouvait que se deviner... Et sa gorge était sèche, serrée. Avait-il peur ? Non, du moins une peur sourde, différente, pas pour elle, dont le nom flottait quelque part là, entre ses lèvres et son cœur, mas pour les chemins qui ne s'effaçaient plus désormais.

Ce que je possède n'est qu'un mot, ce que je possède est "Maintenant"

Et Maintenant disparaissait pourtant, ils n'étaient plus ces prisonniers figés dans une situation immuables, car le vaisseau bougeait, car ils n'étaient plus ombres que rien ne changeaient, fantômes pris dans de l'ambre, humains en sursis, non. Ils étaient des voyageurs, de la mort jusq'à la vie....
Maintenant.... Maintenant n'était plus, le ruisseau s'écoulait entre ses doigts gourds, passé, futur et présent, il avait été riche quelques heures, quelques minutes, à présent il était mendiant.

Il se redressa, laissant la lumière le noyer un peu plus dans la chambre vide. Son esprit distordu lui donna une fausse impression de siècles passés lorsqu'à peine quelques minutes s'étaient rendues entre le départ d'Agheera et son propre réveil.
Avec des gestes lents, l'homme se rhabilla, et le cuir du pantalon sembla comme une seconde peau infâme, pour à nouveau dissimuler l'homme derrière la bête. Ils avançaient.
Il ne prit pas la peine d'une chemise, le vaisseau n'était pas froid et ses cicatrices lui semblaient soudain comme palpiter, douloureuses. Une illusion, il en avait parfois de ce genre, la douleur était là et absente, en même temps, irréelle...

Dans la cabine de pilotage, Agheera scrutait l'horizon, les ténèbres, les étoiles aussi peut-être. Seth ne posa pas de question, l'espace était son domaine à elle, et lui-même possédait d'autres royaumes. Il lui faisait confiance voià tout, et le simple drap autour de ses membres semblait comme un suaire alors.
Oui, la mort pouvait être l'un des chemins du futur, il fallait le comprendre, il fallait l'accepter. Et, curieusement,sentit comme son propre corps s'y préparait alors, ce qui arriverait ce qui n'arriverait pas, les nerfs à vif, le cœur encore trop capable de saigner. Perte et deuil...et s'il voulait garder Agheera à lui, s'il ne voulait lui faillir, alors l'idée de la mort devrait se chérir aussi, non pas comme une attente, mais une éventualité.
La perdre mais ne rien oublier des souvenirs,  et le Futur était loin pourtant, le Futur qu'il n'avait pu voir également...

Il la laissa aller contre lui, l'entourant d'un bras simplement, et si le drap glissa un peu peut-être, cela n'avait aucune importance. Il savait sa nudité à présent, et il n'y avait rien en elle qu'il ne pouvait désormais posséder..
Quand à ce que Seth offrait, elle y planterait les ongles avec la férocité d'un fauve, voilà tout.

 « Il y aura une forêt.... »

Un rêve ou une question, il ne savait pas, simplement sa voix un peu basse, un peu sombre, qui grondait à sa manière comme un défi aux étoiles. Et dans la forêt, s'y perdraient-ils alors, pour n'en ressortir qu'étranger l'un envers l'autre ?
Quelque chose attendait.
Quelque chose attendait toujours...

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Face à elle, les étoiles brillaient, se mourraient à des années de lumière d’ici. Un concept qu’elle avait eu du mal à accepter plus jeune malgré l’air convaincant de ses parents. Et son père lui racontait alors les paysages d’autres planètes, les étoiles et leurs constellations. Elle n’avait jamais compris pourquoi ne partaient-ils pas de Qi Lozar, mais elle avait eu la réponse il y a trois semaines de cela. Une prime sur leur tête à tous. Une prime qui les condamnait à vivre au milieu du sable et à ne frôler les étoiles que des yeux, lointaines lumières blafardes alors. Là, elles étaient si grandes, si belles. Et leur lumière dévorait l’obscurité de l’espace, le néant dans lequel Agheera n’osait se perdre. Le regard fixé vers les astres scintillants. Mais le plus grand d’entre eux arrivait, derrière elle. Elle entendait ses pas, sentait son coeur battre comme si celui ci lui appartenait. Mais ne lui appartenait-il pas ? Le draps entre ses mains, elle frissonnait. Frileuse, toujours. Habituée à chercher l’ombre alors que maintenant elle n’était attirée que par la chaleur, la lumière. Celle du soleil mourant dont le souffle venait s’écraser sur sa peau halée. Seth.

Elle recula d’un pas, sans même hésiter jusqu’à ce que son dos ne rencontre son torse. Elle s’y adossa presque, ses yeux se fermant un peu tandis qu’il l’entourait d’un bras et cela suffisait alors. À l’empêcher de se perdre entre les étoiles, là où leurs lumières ne brillaient pas. Et le drap tomba un peu, mais qu’importe, il y avait son bras qui l’entourait, son dos qui la tenait droite. Et le drap restait presque en place, encore un peu maintenu entre ses doigts.

« Il y aura une forêt.... »

Agheera n’était pas réellement sûre de ce qu’il voulait dire, mais il avait certainement raison. Les forêts, elle en rêvait toujours un peu. Et même si elle en avait vu maintenant, pas des dizaines, quelques unes à peine, elles restaient ancrée dans son esprit. Pierre précieuse après laquelle elle courrait sans cesse. Elle soupira doucement, avant de baisser la tête. Suffisamment pour que ses lèvres rencontrent le bras de Seth. Pas un baiser, juste le contact de sa peau contre la sienne. Les yeux fermés, elle resta immobile un instant. Et derrière ses paupières closes il y avait le vent entre les branches, les feuilles qui dansaient. Le sol qui craque, l’herbe moelleuse. Et l’ombre, toujours. Car au milieu des bois, le soleil se faisait timide. Elle releva la tête lentement, jusqu’à ce qu’elle ne touche le buste de Seth.

« Qu’importe, tant que tu y es aussi. » laissa-t-elle échapper sans plus réfléchir.

Pourquoi devrait-elle le faire, d’ailleurs. Elle n’avait plus rien à lui cacher, elle essayait de s’en convaincre. Mais il y avait encore ses cauchemars, de plus en plus insistants. Et la peur qui la prenait à la gorge parfois lorsqu’elle avait la sensation de perdre pieds. La peur, surtout, de ne plus l’avoir à ses côtés pour l’empêcher de se noyer dans un monde trop grand, oh bien trop grand, pour elle. Minuscule diamant brut que seul le sable avait pu rayer.

Là, sa tête contre son buste, elle sentait sa poitrine s’élever à chaque inspiration qu’il prenait. Doux battement rassurant. Elle n’avait pas peur dans ses bras, mais le monde était loin alors, qu’en serait-il dans trois heures lorsqu’il faudrait descendre et retrouver la réalité. Celle qui blesse et fait souffrir. Celle dans laquelle elle se perd, sans repères ni marques. En serait-il une pour elle maintenant ? Longtemps, elle resta silencieuse, une main tenant le drap, l’autre aggripée autour du poignet de Seth. Elle n’avait plus froid, là, noyée dans la chaleur du brun pourtant elle aurait dû. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, ce ne fût que pour retrouver les lignes bleues d’un univers déformé par l’hyperdrive. Ils étaient seuls, introuvables, cachés par la lumière et personne ne pouvait les voir maintenant. Pas tant qu’ils naviguaient.

« Seth ? » demanda-t-elle au milieu du silence qui s’était imposé entre eux.

Son coeur s’emballa un peu, juste assez pour qu’elle serre légèrement plus sa main autour du poignet du chasseur de prime. Elle inspira, la fatigue au bord des yeux. Mais elle cherchait ses mots, ne savait pas lesquels choisir. Il y en avait trop, et pas assez à la fois. Aucune d’eux ne semblaient adéquats.

« Tu m’oublieras, une fois là-bas ? »

Et les mots n’étaient pas les bons, la phrase non plus. Mais il y avait le ton, peut-être. Elle hésitait. Peut-être comprendrait-il que les mots n’étaient pas son fort, et qu’il était l’exception parfois. Qu’elle ne voulait pas partir et que si elle avait le choix, elle resterait à jamais entre les lumières déformées de l’hyperespace. Si là était la seule solution pour éviter de lui dire au revoir, plus tard. Ils avaient le temps, certes, avant d’être séparé par la vie. Mais il glissait, vite, trop vite. Et Agheera ne voulait pas partir, elle ne voulait pas lui dire au revoir, elle ne voulait pas être oubliée. Abandonnée. Seule à nouveau. Le serait-elle seulement vraiment à présent ? Elle ne savait pas. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle comptait les heures.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Il du faire un effort, ne pas chanceler. Agheera s'appuyait contre lui, inconsciente de l'équilibre que l'homme tentait de retrouver, et il se souvenait parfois d'exercices donnés à Yavin dans une autre vie. Exercices qu'il ne pouvait au mieux, terminer, au pire, exécuter. Pas de centre de gravité stable, pas vraiment, il y avait même eu quelqu'un, il ne savait plus qui, pour plaisanter alors : Seth, moins stable que cœur de l'Etoile de la mort... Honnêtement, l'homme avait éclaté de rire, la blague était sans méchanceté et lui-même ne pouvait sans cesse être en colère.
Il se déconcentrait, des lèvres contre sa peau, la jeune femme qui semblait presque vouloir être portée, et Seth essayait de cacher qu'il menaçait non plus de tanguer, mais de tomber. Un de ses genoux, pas les deux, trembla un peu, il cru devoir le poser au sol. Son corps sembla comme privé de réflexes, comme d'habitude, heureusement le chasseur de primes se força à penser de manière consciente aux gestes à faire. Reculer la jambe... oui mais laquelle ? Celle qui ne tremblait pas... et laquelle était ce de la gauche ou de la droite ? Il se perdait à nouveau dans les directions, évidemment...
Agheera avait la tête penchée sur le côté, les yeux clos...le côté où sa jambe tremblait, alors c'était celle là. Il devait penser à l'ordre , il le fit bien sûr, et sa jambe obéit.
Quelques secondes pour tout effectuer, sans doutes une ou deux de trop, peut être même plus, mais il n'était pas tombé.
On ne pouvait lui apprendre à rester stable, en équilibre sur une jambe comme deux, son cerveau ne réagissait pas de la même manière qu'un humain normal, et si Seth avait inconsciemment mis au point bien des mécanismes pour s'en sortir, il ne pouvait pallier à tout.
Une femme se blottissant dans ses bras entraînerait ainsi bien des réflexions, bien des réactions pour que lui même sache placer son propre corps. Physiquement, mentalement, cela l'épuisait....

Quelques secondes de silence, il pensa au sommeil qu'il n'avait pas eu, au repas auquel il rêvait, au verre d'eau à moitié versé qu'il avait bu. A ses muscles, à sa fatigue, au réconfort d'une chambre obscure, anonyme....
Il ne pensa pas à la question d'Agheera, alors que les étoiles s'écartaient sur leur passage. Du moins pas tout de suite...
Désirait-elle être oubliée ? Peut-être, car Seth savait peu de choses de la jeune femme, juste cette peur constante qui semblait la définir. Il ne jugeait pas, se contentant simplement d'être parfois trop épuisé pour courir.

 « Généralement, j'ai une bonne mémoire »

Une main se referma autour de son cœur alors, pâle, fantômatique, il la laissa faire. Ce n'était pas celle d'Agheera, évidemment, épuisée, innocente entre ses bras, c'était un fantôme, un souvenir, et une autre femme se pencha alors pour lui souffler l'hiver au creux de l'oreille.
Un fantôme, celui de ses souvenirs, sa conscience seule créait cet être de colère capable de le hanter parfois. L'imagination, rien de plus, et cela n'empêchait pas Alia d'être un fardeau, elle, morte de n'avoir pu être aimée.
Il se repensa nu, au sortir de ses doigts, à une ombre étouffante qu'il chassait désespérément, à ses propres colères à lui qu'à défaut de savoir apaiser, elle attisait. Une fois, une fois seulement, Seth lui avait murmuré de prier pour lui, non pas au soleil couchant au milieu des ténèbres, mais bien au matin d'après, lorsqu'il lui faudrait se réveiller. Se réveiller à ses côtés. Alia sembla apprécier l'idée, cruelle, érotique tout aussi....

 « Mais si un jour tu ne dois plus te définir que par tes propres peur, alors ce ne sera plus toi, plus la femme que j'ai aimé »

Quelque part près de lui, le fantôme ricana. Etait-ce trop demander ? Seth ne savait pas, mais il avait été jedi, et des enseignements restaient, des règles aussi. Il en avait assez de la peur, il en avait assez de la fuite, aspirant à autre chose. La Force d'Agheera était grande, puissante, avec son jeune corps plein d'énergie, sans défaut presque, il l'envia. Car si son choix était de devenir une héroïne, rien ne l'en empêchait...
Une grande guerrière également, elle n'avait pas besoin de réfléchir à un geste pour l'effectuer, elle, et déjà ses bras à lui menaçaient de s'ankyloser. Finalement, il n'avait pas réussi à trouver comment placer son corps correctement...

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)

***

Elle l’avait embrassé une dernière fois avant d’aller se perdre dans les bras de Morphée. Un sommeil court et agité, peut-être parce qu’il n’était pas venu l’entourer des siens pour l’empêcher de se noyer inconsciemment dans les abysses d’une force qu’elle ne comprenait pas, dont elle n’avait jamais voulu. Entre les draps, elle s’était battue au son vibrant d’anciennes armes qu’elle pensait oubliées, qu’elle pensait histoires et légendes. Elle avait vu un gamin brun, agonisant, elle s’était vue aussi, plus bas que terre. Avant de se réveiller en sursaut un cri au bord des lèvres qui ne les avait pas franchi cependant. Le coeur fou, paniqué. L’estomac noué, avec la sensation encore d’être transpercée de part en part, d’être englobée d’une chaleur glaciale.

Quelques heures de répit qui n’en avaient pas été.

Et maintenant, elle se préparait à sortir du vaisseau dans lequel elle avait été enchaînée à une ombre pendant quatre jours. Contre son gré, au départ. Une ombre qu’elle avait fuit à défaut d’affronter, puis dans laquelle elle s’était perdue pour mieux s’y trouver. Une ombre dont elle était méfiante, avant, mais qu’elle aimait maintenant. Parce qu’il n’y avait qu’au creux d’elle qu’elle arrivait à trouver sa place.

« Tu es prêt ? » lança-t-elle par dessus son épaule alors qu’elle attachait un blaster à sa ceinture.

Ils avaient atterris sur Bryndar dans la bordure extérieure. Une planète glaciale qui servait de port pour trafiquants et criminels. Certainement pas la meilleure des planètes sur laquelle marchander, ou même se poser, mais ils n’avaient pas vraiment eu le choix : c’était là la planète la plus proche, la seule au milieu d’un long périmètre. Elle soupira alors qu’elle enfilait un manteau fourni par la résistance, encore. Il y en avait de toutes tailles dans les placards du vaisseau, qui malgré tous ses dysfonctionnements paraissait bien équipé et ce, pour n’importe quelle destination. Et même le brun avait trouvé vêtement à sa taille. Dans un dernier mouvement, elle boutonna son propre manteau avant de vérifier que tout était en place, que tout allait bien.

« BB-2 ? » appela-t-elle, hésitante.

Le petit droïde roula jusqu’à elle avec beaucoup d’excitation, en veille pendant quatre jours, depuis qu’il s’était réveillé en même temps que le vaisseau il semblait surexcité. Agheera s’accroupie près de lui, afin d’être sûre qu’il n’ait pas à pencher sa tête en arrière pour la voir et donc comprendre et analyser ses émotions. Le regardant droit dans sa caméra, elle posa sa main sur le métal de son corps sphérique.

« Tu restes ici. » dit-elle doucement, le droïde recula, visiblement mécontent. « Une fois qu’on sort, tu fermes le vaisseau et tu actives les boucliers. Ici, c’est comme sur Qi Lozar. Compris ? »

Il finit par comprendre, puis recula et roula jusqu’au cockpit où il disparu derrière la porte. Agheera se releva, une main sur les commandes qui ouvrirait les portes dès qu’elle y appuierait. Un regard vers Seth, inquiet. Parce que d’après ce qu’elle avait lu, avant d’atterrir, cette planète n’était clairement pas un cadeau. Et elle était las, las de devoir se battre pour avoir le droit de vivre. Parce qu’elle n’avait tout simplement jamais connu le froid, le vent glacial et la neige qui habitaient sur Bryndar. Et parce qu’elle avait tout simplement peur. De l’inconnu. De quitter le vaisseau et de fouler la réalité. Dès qu’ils ouvriraient les portes, tout ce qui leur était arrivé dans ce vaisseau retournerait dans le passé une bonne fois pour toute. Elle n’en était pas certaine. Mais elle avait peur qu’en ouvrant les portes, tout partirait et lui glisserait des mains.

« On y va ? » demanda-t-elle, hésitante.

Et sa main attendait qu’il acquiesce et qu’il prenne la décision à sa place pour appuyer sur la commande,  faire violemment s’engouffrer la dure réalité de Bryndar en un coup de vent glacial. Mais à quoi cela ressemblait ? Elle avait bien vu la neige depuis les vitres du cockpit, s’était émerveillée, un peu, devant le tapis blanc qui recouvrait la totalité de la planète. Avait frissonné en remarquant les coups de vent puissant qui balayaient les flocons de gauche à droite face au vaisseau. Mais c’était sa première neige et elle espérait au fond que cette journée ce résume à cela : un jour de neige, ni plus ni moins.

Ses yeux quittèrent ceux de Seth, tandis qu’ils se fixaient sur la porte, puis les commandes sous sa main. Elle se remémorait les simples tâches qu’ils devraient accomplir : marchander quelques sacs de nourriture contre des crédits de la résistance, réviser rapidement le vaisseau, remplir le réservoir contre des crédits, encore. Espérer qu’ils se fassent suffisamment discrets pour n’attirer aucun regards de trafiquants ou criminels.

Car Bryndar était une belle planète. Belle et cruelle.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Il n'avait pas dormi avec elle, conscient que trop proche, il pouvait lui envoyer le fantôme de ses propres douleurs. L'homme devait s'habituer, s'habituer à ne plus souffrir ou du moins mieux le cacher, y compris à lui-même, Les fauteuils de la salle de pilotage avaient l'avantage d'être grand, Seth pouvait s'y installer, fermer les yeux un peu, et peut-être se reposer. Une ombre de fatigue resterait toujours ancrée en lui, il ne cherchait pas à la combattre, acceptant ses faiblesses, essayant de faire avec simplement. Mais tout sommeil était bon à prendre, réparateur ou non...
Il lui sembla sentir Agheera s'agiter, comme si la jeune femme était à ses côtés, mais peut-être n'était-ce là qu'un simple désir, une réminiscence des quelques contacts qu'ils avaient eu.
Elle n'avait pas répondu cependant, lorsqu'il avait parlé de la peur, de l'inconnue qu'un jour elle serait peut-être. Petit à petit, Seth comprenait que la jeune femme ne pouvait continuer à fuir la Force ainsi, pas de cette façon. On pouvait refuser l'enseignement jedi bien sûr, car rien n'obligeait de le suivre, mais il fallait cependant comprendre et accepter ce que l'on possédait en nous, sinon l'on ne pouvait avancer.
Bien sûr, l'homme ne pouvait lui en parler, Agheera lui refuserait ce rôle, ce qu'elle attendait de lui était différent, pas plus qu'il n'avait à lui apprendre quoi que ce soit. Seth n'avait jamais manifesté le désir de prendre un apprenti, conscient de n'être le professeur rêvé pour personne. Sa nature même poussait cependant les autres à lui demander souvent conseil, qu'on écoute ce qu'il avait à dire ou non. Derrière ses yeux sombres, Seth savait écouter....
Mais enseigner ?
Non, pas assez bien, jamais assez... Son désir de connaissance était grand, il pouvait parfois, avec l'argent d'un repas, préférer un livre plutôt, et chaque nouvelle planète visitée le poussait à aller vers les ruines et les vestiges avec autant de tendresse qu'il retrouverait une maîtresse d'il y a quelques années.
Il rêva de ruines d'ailleurs, assis dans le grand fauteuil, de vieilles pierres semi-oubliées. Un château sans roi ni empereur, et le lieu était beau, fantasme plus ou moins complet de ces choses passées et mystérieuses que le chasseur de primes aimait....
Et une statue l'attendait, toute de marbre et de douleur, il cru y deviner une silhouette endormie mais les ombres du rêve étaient changeantes comme dans toute fantaisie. Qu'importe, un pas de plus, une couronne à terre, la statue avait-elle été décapitée, et...

Et Seth se réveilla, il y avait eu des lèvres contre les siennes, il y avait eu un souffle aussi, Agheera. Alors, au sortir de son rêve, il l'enlaça un peu plus, il l'embrassa aussi. Elle était habillée désormais, de quoi le faire grogner un peu. Elle lui avait apporté sa chemise, il l'enfila en soupirant, le regard un peu ailleurs, regardant les informations sur la planète dont il ne prit même pas la peine de se souvenir du nom.
Agheera lui trouva un manteau également, il le ferma avant d'enfiler une paire de gant en vieux cuir qu'il gardait toujours avec lui. Les mains gantées faisaient peur, surtout grandes comme des battoirs comme les siennes, parfois, porter des gants pouvaient être une technique d'intimidation subtile, évoquant le meurtre et l'assassinat, choses allant parfaitement avec l'ara d'un chasseur de primes.

A l'extérieur du vaisseau, le vent, le froid et la glace. Il avait rêvé il y a peu d'un tel paysage, pourtant l'homme n'y voyait là aucune prémonition. D'autres planètes enneigées existaient dans la galaxie, ce n'était pas là un paysage particulier, et tout ne pouvait pas être intuition jedi dans les rêves surtout avec une imagination aussi fertile que la sienne.

Leur souffle formait un mince nuage de buée à chaque respiration, elle gardait un regard scrutateur posé sur lui, attendant peut-être une décision, quelque chose. Seth avança de quelques pas, la neige crissait sous ses bottes, tout état calme et lui-même ne semblait posséder que le silence au cœur.
Alors, sans un mot, il avança. Inutile de chercher un marché quelconque dans ce genre de planètes, non les conditions extrêmes.

« Viens.... »

Une cantina, se faire servir quelque chose de chaud, de consistant, et une fois installés, regarder quel genre de contrebandiers pouvait déjà se trouver dans la salle. Un plan simple, ils n'avaient pas besoin de se faire remarquer plus que de raison, ils n'étaient que deux voyageurs épuisés, rien de plus.

« Dépêche toi, je rêve de viande.... si tu étais pas si maigre j'aurai peut-être pu te manger ? »

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Dans un regard planté dans celui de Seth, elle trouva la force nécessaire d’ouvrir les portes et dans le sas s’engouffra l’air glacial. Agheera se crispa dès que celui-ci lui frappa le visage, jamais encore elle n’avait senti froid pareil. Et le paysage qui s’offrait face à elle était celui de plaines blanchâtres recouvertes de neige où quelques silhouettes s’échappaient d’un bâtiment à l’autre. Remarquant les quelques bâtisses, elle se demanda un moment quel genre de personne pouvait bien vivre ici. Ou encore, pourquoi trafiquants et criminels préféraient s’arrêter sur une planète si hostile plutôt que sur une autre, plus clémente. Elle resta plantée là, les yeux rivés sur l’extérieur, le regard aussi perplexe qu’émerveillé. Ses doigts gantés de cuir se serrèrent en poing sans qu’elle ne puisse s’en rendre compte, elle avait beau avoir dormi, elle se sentait encore fatiguée. Fatiguée de tenir debout, d’être autant déshydratée qu’affamée. Et face au froid, elle frissonnait malgré le manteau qui la recouvrait, malgré le leggings qu’elle avait enfilé bien loin du pantacourt qu’elle arborait d’ordinaire. Dans une longue inspiration, elle soupira et s’étonna de voir son souffle se transformer en nuage de fumée.

«  Viens.. »

Seth la coupa, alors qu’elle découvrait le froid hivernal pour la première fois. Elle secoua la tête imperceptiblement et descendit de la rampe. BB-2 ferma cette dernière. Elle ne pouvait plus faire machine arrière. Sous ses bottes hautes, la neige crissa et Agheera baissa les yeux vers cette dernière, l’envie d’enlever un gant et de la tenir dans ses mains se faisant pressante. Mais Seth en décida autrement et elle sentit ses doigts se mêler aux siens alors que le cuir de leurs gants craquait sous la pression que leurs mains exerçaient l’une sur l’autre. Silencieuse, elle plissa des yeux, aveuglée par le blanc qui les entourait et c’est sans étonnement qu’elle découvrit une planète calme. Seuls leurs pas semblaient déranger le fin équilibre sui s’était installé et les traces de ces derniers étaient rapidement recouvertes par la neige qui tombait en continu. Sa main dans la sienne, Agheera restait proche de Seth et leurs silhouettes s’engouffrèrent dans une cantina. À peine arrivés, elle lâcha la main de Seth pour retirer ses gants et les ranger dans la poche de son manteau qu’elle ouvrit. Ici, il faisait bon, juste à peine pour qu’elle ne frissonne plus. Seth ne l’attendit pas pour trouver une table, alors qu’elle tapait ses bottes à l’entrée pour y retirer la neige qui s’y était collée. Sur la pointe des pieds, elle ne tarda pas à retrouver le brun assis à une table et s’en approcha.

« Dépêche toi, je rêve de viande.... si tu n’étais pas si maigre j'aurai peut-être pu te manger ? »

Debout face à lui, elle s’arrêta, fronçant les sourcils. « Tu n’aurais pas osé. » dit-elle, un sourire menaçant de se dessiner sur ses lèvres alors qu’elle s’asseyait en face de Seth.

Là, elle ôta son manteau et le posa sur la chaise à côté d’elle. Une serveuse vint les accueillir, et elle ne savait pas quoi dire, ni quoi prendre. Elle aurait de quoi payer, elle le savait, mais elle n’avait aucune idée de ce que l’on pouvait servir ici. Ni dans une quelconque cantina. Elle n’en avait été que dans une poignée, généralement pour des missions. Et le souvenir de la première cantina dans laquelle elle avait posé les pieds se réveilla : Naboo. Elle y avait rencontré Seth, elle était proie et il était alors prédateur. Et voilà qu’ils étaient rentré dans celle-ci main dans la main. Le monde était étrange, parfois. Les choses changent, et vite. Agheera offrit un sourire à Seth, puis elle balaya la salle des yeux, anxieuse.

Trafiquants, criminels, port de passage.

Bryndar. Ils devaient s’en méfier, même le ventre plein après le passage de la serveuse. Rassasiée, elle tendit la main à travers la table pour attraper celle de Seth dont elle caressa du pouce le dos.

« Ok, alors. » commença-t-elle, les yeux balayants toujours la salle. « Il nous faut de quoi manger, et du carburant. »

Agheera se pinça les lèvres, pensives. Autour d’eux, chaque personne suivait le cours de sa propre vie. Certains jouaient à des jeux dont elle avait seulement entendu parlé, d’autres discutaient bruyamment autour d’un verre, visiblement éméchés. Quelques serveuses faisaient les yeux doux à des clients, accompagnés ou non. Et de rares personnes étaient assises, seules, à des tables. Sirotant un verre la plus part du temps, balayant eux aussi la salle des yeux. Elle croisa le regard d’un homme et détourna immédiatement le sien.

« Une histoire de quelques heures à peine, non ? »
demanda-t-elle, posant enfin son regard dans celui du brun.

Elle était inquiète, mais elle essayait de ne pas le laisser transparaître. Les mâchoires serrées, l’air sûr d’elle.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Il commanda pour deux, alors qu'Agheera semblait bien trop occupée à découvrir cet environnement. Lui-même restait attentif, il avait trouvé du regard deux issues possibles déjà, sa main désormais nue, posée sur le plat de la table en testait la dureté, le poids s'il leur fallait un bouclier improvisé, une barricade, et ses sens aux aguets guettaient la moindre menace. Il n'y avait pas de peur dans sa posture pour autant, elle semblait plutôt lui être propre, dénonçant subtilement sa nature de Chasseur de Primes plutôt que de l'annoncer de façon bien plus tapageuse. Une manière de se fondre dans la faune locale, une manière de dire que lui aussi était un rebut, comme eux, qu'ils auraient à craindre de lui des coups peut-être, pas des trahisons, là n'était pas son intérêt.
Agheera posait un autre problème cependant, tout en elle criait la créature déracinée, la proie facile non pas parce qu'elle ne savait se battre, mais parce qu'elle ne connaissait encore les règles d'une telle planète. Il y avait d'autres femmes, les serveuses bien sûre, des criminelles aussi, à tort ou à raison, et Bryndar laissait sur leurs visages une dureté qu'Agheera ne pouvait posséder. Qi Lozar n'y changeait rien, une certaine forme d'innocence pouvait régner entre les dunes, ici il n'y avait que des coupables.
L'homme abattit sa main libre sur le genou de la jeune femme, un geste possessif, plus bestial que masculin, un geste pour dire qu'elle était à lui, dans le langage primaire que les gens comprenaient ici : celui de la capture, celui de la violence. Une marque de tendresse serait vue comme une faiblesse alors qu'ils ne savaient pas combien de temps exactement ils resteraient ici, ou encore à qui ils devraient parler.
Du bout de ses pensées, Senth enjoignit sa compagne à rester humble, du moins en donner l'impression. Il y avait des regards pour se poser sur eux parfois, et Seth ne faisait rien pour les relever, les remarquer, se contentant de fixer un point invisible, perdu dans ses propres pensées, ses propres affaires.
Ils auraient pu très bien attendre quelqu'un simplement, avoir décidé de se trouvé ici à cet endroit, à ce moment, telle était l'illusion que le chasseur de primes voulu entretenir encore un peu. Ne pas montrer d'inconfort, ne pas montrer de questionnement....

 «  Nous venons d'acheter à boire et à manger pour deux personnes, et nous avons payé aussitôt. Les gens ici ont compris que nous avions de l'argent, bien vite ils viendront à nous se vendre d'eux-même avec leurs marchandises et leurs services, attendons... »

Des murmures, juste assez pour qu'elle entende dans le brouhaha ambiant, et sa main exerça alors une pression un peu plus forte bien que douce sur son genou. Non loin d'eux, une femme sans doute à peine plus agée qu'Agheera, éclata de rire. Elle avait le visage fin, mais les traits vulgaires, et sa manière de s'accrocher à l'homme à ses côtés ne laissait aucun doute sur la sorte d'amour qu'ils partageaient

 « Ne compte pas les heures ou les minutes, c'est te mettre à leur merci en leur faisant comprendre que tu veux être loin d'ici »

Un homme, le visage couturé d'une grande cicatrice, semblait leur porter quelque intérêt sans pour autant s'approcher. Seth leva la main, ordonna un pichet d'alcool, et se cala un peu plus contre la chaise qui grinça sous son poids. Le message était clair : ils buvaient parce qu'ils restaient, ils restaient car ils avaient quelque chose à faire dans cet endroit même, ce qui impliquait que les deux étrangers étaient donc ouverts à quelques transactions.
Au dehors, le vent hurlait, on était loin d'une tempête pour autant et des gens entraient, des gens sortaient, sans craindre de se faire happer par la neige et les éléments. Peut être que certains n'attendaient que cela, disparaître, mais la plupart rentrerait chez eux malgré tout.

« Quand quelqu'un viendra, refuse toujours le prix sans même marchander, ce sera toujours à eux de s'abaisser, toujours. Encore une fois, marchander c'est commencer à accepter, c'est faire comprendre à l'autre qu'il a déjà gagné... »

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Elle sentit sa main se poser sur son genoux avec autant de dureté que s’il voulait l’empêcher de s’éloigner ou de se lever. Agheera aurait pût sursauter mais elle se contenta de frissonner par ce soudain contact auquel elle ne s’attendait pas, et qui faisait étrangement écho à d’autres tout aussi bestiaux qu’ils avaient eu l’un pour l’autre. Il serra son genoux cependant avec une tendresse qu’elle retrouva dans son regard, elle qui le questionnait du sien. Son pouls ralentit doucement, rassurée soudain alors qu’elle se rendait compte que même si elle n’était clairement pas à sa place ici, elle l’était près de lui. Elle soupira, quittant son regard un peu pour observer la salle.

Le faisait-elle trop ?

Balayer les gens du regard. Mais elle était curieuse, anxieuse. Un simple éclat de rire lui faisait hisser l’oreille. Et au milieu des contrebandiers et autres criminels, elle était comme goutte d’eau au milieu du désert. Minuscule, fragile. Pas à sa place tout simplement. Une pression sur son genoux récupéra son attention et elle la reposa sur Seth.

«  Nous venons d'acheter à boire et à manger pour deux personnes, et nous avons payé aussitôt. Les gens ici ont compris que nous avions de l'argent, bien vite ils viendront à nous se vendre d'eux-même avec leurs marchandises et leurs services, attendons… »

Elle acquiesça d’un signe de tête, distraite par un rire derrière son épaule. Elle tourna la tête, serrant la main de Seth dans la sienne plus ou moins consciemment. Ses sourcils se froncèrent lorsqu’elle observa la scène, peut-être trop d’ailleurs car les personnes s’arrêtèrent et la dévisagèrent. Elle tourna la tête rapidement, tournant le dos.

« Ne compte pas les heures ou les minutes, c'est te mettre à leur merci en leur faisant comprendre que tu veux être loin d'ici »

« Et je ne devrais pas ? » demanda-t-elle, peut-être trop vite, ou même trop fort.

Elle déglutit, regrettant de ne pas avoir imité Seth en murmurant plus qu’en ne parlant. Déliant sa main de la sienne sur la table, elle rabattit nerveusement une mèche derrière son oreille, ne sachant quoi faire d’autre. Elle n’aimait pas cet endroit qui lui rappelait un concentré de Qi Lozar. Comme si au lieu de s’étendre vers l’extérieur, sous plusieurs tentes au soleil, les malfrats s’étaient accordés pour se coller les uns aux autres dans un endroit mal éclairé et clos. Le bruit était assourdissant, elle qui se plaisait à se perdre entre le silence des dunes et des vallées. Et dehors, elle ne pouvait y aller qu’après avoir enfilé un nombre incalculable de protections. Oh non, elle ne l’aimait pas. Elle se sentait piégée, et il n’y avait que la main de Seth sur son genoux pour lui faire garder les pieds sur terre. Il commanda à boire et elle voulut objecter car l’alcool elle n’y avait pas encore prit goût. Se pinçant les lèvres, elle laissa la serveuse leur remplir leurs verres et poser le pichet sur la table. Soit. Qu’importe. Seth s’avachit un peu, à l’aise lui. Mais Agheera ne pouvait baisser sa garde naturellement levée. Elle se pinça les lèvres encore et fit mine d’observer les musiciens un peu plus loin. Ce n’était pas si mal, après tout.

« Quand quelqu'un viendra, refuse toujours le prix sans même marchander, ce sera toujours à eux de s'abaisser, toujours. Encore une fois, marchander c'est commencer à accepter, c'est faire comprendre à l'autre qu'il a déjà gagné… »

À nouveau, elle hocha simplement la tête d’abord, hésitant à poser sa main sur la sienne sous la table. La porte ne faisait que claquer et les gens entraient et sortaient comme s’il ne s’agissait que d’un moulin, se fichant du bruit qu’ils pouvaient faire. Bruit qui de toute façon se fondait dans la masse. Puis les mots s’ancrèrent enfin.

« Mais je n’ai jamais marchandé, je ne sais pas faire. »
elle commença, cette fois-ci plus bas. « Comment est-ce que tu veux que je marchande avec ces gens là ? Ce ne sont pas des débutants, je… »

Une ombre sur la table soudain qui l’arrêta, une présence derrière elle aussi. Elle se redressa, sens aux aguets, dos droit. Muette. Elle le sentit la surplomber et tendre le bras délibérément trop près d’elle, frôlant ses épaules, pour attraper la chaise près d’elle et la tirer pour s’y asseoir entre Seth et elle. Agheera serra les mâchoires puis tourna la tête vers l’étranger qui venait de la couper. Il était âgé, bien plus de Seth et son visage était rongé par le temps, une cicatrice le balayant de part en part.

« Qu’est-ce que deux jeunes gens comme vous viennent faire sur Bryndar ? » commença-t-il, sa voix rauque et profonde.

Agheera, tendue, lança un regard à Seth. Mal à l’aise d’être séparée de lui par l’homme, elle attrapa son verre et y bu quelques gorgées réfrénant une grimace alors que le liquide lui brûlait la gorge. Sans pour autant l’apprécier, ce dernier était plus doux que ceux qu’elle avait pu goûter jusqu’à présent. Suffisamment pour qu’elle ne le recrache pas.

« T’es peut-être de passage, » lança-t-il à Seth, « mais elle, » il désigna Agheera d’un coup de tête, « oh, elle, elle n’a rien à faire ici. »

Il sourit, presque une grimace. Elle fronça des sourcils, serrant ses mâchoires d’autant plus avant de fixer le vieil homme du regard, méfiante tout autant que défiante.

« Ça ne vous regarde pas. » souffla-t-elle sèchement tout en soutenant son regard.

Il la dévisagea, visiblement surprit de sa réaction. Peut-être alors avait-il fait la même erreur que bien d’autres avant lui : la penser aussi délicate et innocente que les traits de son visage. Sur la table, elle posa ses mains avant de les nouer devant elle, visiblement agacée par son commentaire et sa présence. S’il venait marchander, l’attitude d’Agheera n’aidait certainement pas. Mais chassez le naturel et il revient au galop. Elle n’avait jamais été qu’un chat, et la nature sableuse de Qi Lozar coulait encore dans ses veines, des semaines après l’avoir quitté. Même sur Bryndar où la neige régnait, elle continuait de vouloir brûler.

« Si vous êtes venus pour nous faire perdre notre temps, vous pouvez partir. »
finit-elle, tout aussi durement.

L’homme lui attrapa le poignet et elle se crispa, lèvres pincées. Son regard dans le sien, elle en oubliait les conseils de Seth. La discrétion et l’humilité qu’il avait voulu qu’ils empruntent. Elle en oubliait Seth et son ombre rassurante, tirant sur son poignet, il ne la lâchait pas et pire encore il se pencha vers elle. Agheera ne broncha pas, bouillante.

« Je ne suis pas là pour mordre, ma belle, pas besoin de sortir tes griffes. » dit-il plus durement qu’auparavant. « Mais si tu le fais, ne t’étonnes pas que je t’imite. »

Elle ne dit rien, d’abord. Tirant toujours sur son poignet pour qu’il la lâche mais visiblement, il voulait lui apprendre une leçon qu’elle se fichait bien d’apprendre. La regardant toujours à elle, il s’adressa à Seth sans un regard.

« Je suis là pour vous vendre mes services, deux étrangers comme vous, vous n’êtes pas là que pour manger et boire dans ce trou à rats n’est-ce pas ? »

Il lui offrit un sourire et se retourna enfin vers Seth, ayant certainement comprit que l’interlocuteur le plus à même de marchander n’était pas la jeune femme encore sous sa prise, mais bien l’imposant chasseur de prime à sa gauche.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Elle lui prit la main, une erreur, alors Seth retira la sienne brutalement. Pas de tendresse, pas ici alors qu'ils devaient rester attentifs sans tomber dans le piège de la peur pour autant. Il y avait plusieurs couples d'amants, certains étaient sincères, la plupart peut-être, aucun de se prenait pas main, pas dans la cantina. De tels gestes se réservaient à l'intimité, quand on acceptait de dévoiler ses faiblesses à l'autre, pas ici où le regard d'un ennemi pouvait vous surprendre....

 « Non tu ne devrais pas. Pas de manière visible, et je t'ai justement dit de ne surtout pas marchander, de refuser.... Après, si tu veux te faire égorger, alors libre à toi. »

L'homme était impatient, non pas de l'attente mais du caractère de sa compagne. Formé à l'écoute, à la méditation, et surtout percevant l'environnement et les hommes de manière différente, il ne pouvait comprendre les réactions d'Agheera. Il essayait de rattraper ses erreurs bien sûr, le to de sa voix, son regard qui refusait de s'accrocher au sien, mais la jeune femme rejetait non plus la cantina mais bien la planète entière. Impassible, le chasseur de primes secoua la tête, il vit du coin de l'oeil l'homme s'approcher, et ne dit rien à la provocation muette du bras près, bien trop près de sa compagne.
Reconnaître les jeux sournois des insultes, afin de ne pas mourir en idiot, sans raison sur un simple coup de sang. Il y avait une loi ici, bien sûr, aucun endroit de la galaxie ne pouvait en être totalement dénué, mais elle restait différente, incompréhensible pour qui refusait de s'adapter. Agheera, eut-elle été seule, on aurait accepté un tel comportement, mais il y avait Seth. Il avait enlevé la main de son genou là encore, elle bougeait trop, elle semblait fuir son ombre, la rejeter encore une fois, et ne semblait même pas entendre toutes les pensées de calme et d'apaisement qu'il lui envoyait.

 « Non, elle n'a rien à faire ici en effet, j'aurai dû la laisser sur le vaisseau mais elle voulait voir la neige. Première fois. »

Une simple discussion, alors qu'il portait le verre à ses lèvres, apparemment indifférent à la scène. L'homme n'avait pas tout à fait tort, la violence était une spirale, elle n'arrêtait rien, elle entraînait, de ce côté là son attitude envers Agheera était légitime, surtout si l'on considérait la planète comme son foyer : nul n'apprécierait de se faire ainsi traiter chez lui, auprès des gens qu'il connaissait.
Les choses pouvaient s'envenimer néanmoins..

 « Sincèrement, je suis bien plus ici pour boire et manger que pour vous regarder toucher quelqu'un qui ne vous appartient pas. »

Il ne haussait pas le ton bien sûr, maladroit de corps peut être, Seth était au moins subtil d'esprit. Il enregistrait chaque détail du visage de l'homme, des rides jusqu'aux cicatrices, prêt à fouiller avec Triss dans les dossiers des personnes recherchées une fois de retour sur Coruscant. De quoi se venger un peu, mais plus tard, pour le moment il avait d'autres obligations.

 « J'ajouterai qu'un service ne se vend pas, mais se rend, mais alors je ne parlerai plus la même langue que vous je pense. On a tout ce qu'il faut, si on achète ce sera vraiment par caprice selon ce que vous proposez. Ma compagne voulait voir la neige, et moi... »

Un regard un peu dur presque, deux yeux sombres dardés sur la cicatrice, un grognement muet semblait comme résonner soudain, car le chien noir était réveiller, le chien noir de sa poitrine à sa gorge, oui, il hurlait sa chanson de vie et de mort alors qu'il plaçait Agheera sur ses genoux comme une vulgaire fille de salle.

 « Moi, qui sait ? J'ai peut-être un contrat à exécuter »

Sourire plein de dents, comme si l'homme en face était la cible pouvant lui rapporter des milliards.

 « Faut bien une première fois, pour former les apprentis.... »

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Elle tira encore sur son poignet, agacée du comportement de l’homme et de sa poigne de plus en plus douloureuse autour de sa peau. Mais il ne bronchait pas, ni Seth d’ailleurs. Agheera soupira, s’apprêta à ordonner plus que demander qu’il la lâche immédiatement, enfant inconsciente du danger qu’il pouvait être. Car qui était-il au milieu de criminels si ce n’est un pion facilement remplaçable. Elle entrouvit les lèvres mais s’arrêta là, car la main de Seth quitta son genou.

Elle tourna le regard soudainement vers lui.

Des questions plein les yeux, un reproche aussi peut-être. Qu’avait-elle fait pour qu’il la quitte de cette manière ? Elle arrêta de s’agiter alors, le fixant un moment cherchant dans son regard une quelconque réponse, une explication. Mais il regardait l’homme à côté d’elle à présent et Agheera se contenta de rester silencieuse à présent. N’aurait-elle pas dû répondre à l’inconnu de cette manière ? N’était-il pas supposé être celui qui devait courber l’échine, et non pas elle ? Il resserra ses doigts autour de son poignet, comme pour l’encourager à se débattre, mettre le feu aux poudres. Mais elle n’avait d’yeux que pour Seth. Alors elle se limita à ce qu’elle savait faire de mieux : serrer les dents.

« Non, elle n'a rien à faire ici en effet, j'aurai dû la laisser sur le vaisseau… »

Et c’était Seth à présent qui remettait le feu aux poudres et attisait celui d’Agheera. Son coeur se serra, subitement blessée par sa réponse n’y décelant pas le vrai du faux. Elle n’avait jamais été douée pour les mots, car elle avait grandit dans un monde où seuls les gestes comptaient et où la barrière de la langue n’était contrée que par les attentions et les coups. Qi Lozar, berceau des criminels à la recherche de paix, toutes races confondues. Oh bien sûr, elle en avait apprit quelques unes, mais pas toute. Et un coup de poing avait le mérite d’être universel. Les mots, eux, étaient plus rares. Car il n’y avait pas d’amis, ni de famille sur Qi Lozar. Des compagnons de fortunes, à la rigueur, mais tout s’arrêtait là. Et Agheera n’était alors que novice dans ces jeux de faux semblants.

« mais elle voulait voir la neige. Première fois. »

L’homme ricana, un rire suivit de près par une toux certainement causée par les températures extrêmes à l’extérieur. Un extérieur qu’elle se trouva désirer à présent qu’elle était piégée de par la main de l’étranger, certes, mais par l’abandon de Seth également. Sans être claustrophobe, elle préférait les grands espaces. Déserts, dunes, vallées, forêts et plaines. Qu’importe. Et cette cantina lui affligeait frisson sur frisson. Elle s’adoucit un peu néanmoins à cette révélation, car elle n’avait pas eu besoin de le lui dire pour qu’il comprenne. Son visage se détendit enfin, un peu. Un changement qui disparut rapidement.

« Sur quel genre de planète tu l’as dégoté pour qu’elle n’ait jamais vu la neige ? » se moqua-t-il. Gentiment peut-être, mais tout ce qu’Agheera voyait était la moquerie, pas le sourire derrière.

Elle tira alors un grand coup sans qu’il ne la lâche. Au contraire, si elle avait réussit à soulever son poignet, il le rabaissa sur la table dans un bruit sourd manquant de lui arracher une grimace. Et il ne la regardait même pas. Le danger ne viendrait pas d’elle, mais de l’homme en face de lui qui buvait en l’observant. Agheera releva le regard vers Seth, ne comprenant pas pourquoi il rentrait dans le jeu de l’étranger. Elle ne lui demandait pas de l’aide, elle s’était convaincue qu’elle n’en aurait jamais besoin. Se voyait plus forte qu’elle était surement, mais de là découlait son assurance, qui lui vaudrait sa perte un jour peut-être. Mais elle se voulait grande, et grand Seth l’était.

« Sincèrement, je suis bien plus ici pour boire et manger que pour vous regarder toucher quelqu'un qui ne vous appartient pas. »

Immédiatement, l’homme relâcha sa prise et leva les mains comme pour montrer qu’il ne voulait aucun mal. Mais sur le poignet d’Agheera, il y avait encore la trace de ses doigts, blanche, tandis que le sang circulant à nouveau l’effaçant progressivement. Témoin de la brutalité avec laquelle il avait serré sa peau. Elle se pinça les lèvres, repensant aux mots de Seth alors que ses joues se teintaient presque de rose si elles n’étaient pas déjà rougies par le froid auquel elle n’était pas habituée. Il avait raison cependant. Elle était sienne. Tout comme il était sien. Agheera, dès qu’elle eut le poignet libre, le massa à l’aide de son autre main. Le visage fermé trahissant cependant son mal être à travers quelques imperceptibles grimaces. Elle n’écoutait la discussion plus que d’une oreille, encore distraite par les rires autour, les cris parfois, la musique, les verres qui se cognaient les uns aux autres. Une ambiance peu familière qui lui pesait beaucoup. Et elle était loin de Seth, aussi, maintenant qu’il avait décidé d’ôter sa main. De la sienne comme de son genou. Son coeur appelait le sien pourtant, sa peau aussi. L’angoisse au ventre plus que la peur, elle était anxieuse. L’homme et lui échangèrent quelques mots auxquels elle ne prêta pas attention, jusqu’à ce qu’il lui tende la main et qu’elle l’attrape sans hésitation, se levant de sa chaise, loin de l’inconnu. Se laissant guider jusqu’à ses genoux, avide de contact qu’il lui refusait depuis qu’ils étaient entré, si ce n’est celui presque agressif de sa main sur son genou.

Mais elle était rassurée, car assise là, elle avait l’impression que le bruit cessait et que tout ce qu’elle entendait était le coeur fougueux de Seth dans sa poitrine. Un tambour qui lui résonnait jusqu’entre les tempes, tandis qu’elle respirait l’air soudain plus électrique. Elle ressentait quelques regards sur eux à présent, curieux peut-être. Certains plus laids que d’autres, qu’elle comprenait un peu en voyant au loin une femme dans la même position qu’elle. Son estomac se noua, elle n’était ni vulgaire, ni objet. Mais se lever engrangerait certainement d’autres réactions qu’elle ne souhaitait pas, certains de la part de Seth qu’elle sentait sous elle s’agiter, s’assombrir. D’une main qu’elle apporta à sa nuque -elle avait hésité un long moment avant de l’entourer d’un bras, de peur qu’il ne la fuit une seconde fois, mais pouvait-il comprendre que l’animal en elle se perdait dans un si petit endroit ?-, elle dessina du pouce quelques cercles rassurant sur sa peau. À défaut d’oser parler pour dire les mauvais mots, attiser le feu déjà présent entre les deux hommes, elle préférait parler du bout des doigts.

« Moi, qui sait ? J'ai peut-être un contrat à exécuter. Faut bien une première fois, pour former les apprentis.... »

Elle sentait la peau de Seth brûlante, et son coeur de tambour. Alors elle continuait lentement à tracer des lignes derrière sa nuque, serrant elle-même les mâchoires. Car elle pouvait être calme dans les bras de Seth à présent, elle n’en restait pas sauvage et alerte. Petit regard noir, petites griffes et petites dents. Ce qu’elle manquait en force, elle l’aurait en vitesse et technique.

« Pas besoin de me faire des mystères, je vous ai observé assez longtemps. » avoua sèchement l’homme, ses yeux noirs soudain. « Surtout toi, tu es peut-être chasseur de prime, mais ce n'est pas une raison pour te croire tout puissant. Je ne suis pas stupide, gamin. Ni rouillé, alors méfies toi. », menaçant.

Il serra le poing sur la table, visiblement agacé par le sermon de Seth et Agheera ne pût s’empêcher de se redresser un peu, alerte. Son regard qui s’était perdu sur la foule se reposa sur l’homme et croisa le sien, noir également. Il le soutenu, elle également.

« Alors c’est ta compagne, ou ton apprenti ? Il faut choisir petit. » un sourire se dessina sur ses lèvres craquelées, satisfait. « Sauvage mais polyvalente, quelle chance... » Ses yeux étaient rieurs, ceux d’Agheera moins.

Elle serra les mâchoires et se pinça les lèvres, s’empêchant de parler ou de réagir au quart de tour. Pourtant elle en avait bien envie, là, de se lever et de le faire taire. Mais elle ne pouvait pas. L’air s’alourdit, tandis qu’au lieu de tracer des cercles sur la peau de Seth, elle agrippa sa nuque. Il jouait avec ses nerfs, réalisant clairement son impulsivité qu’elle combattait pourtant. Si non pour elle, pour Seth. Mais les mots lui glissèrent des lèvres.

« Qu’est-ce que tu veux à la fin ? » siffla-t-elle, oiseau sur son perchoir.

Ses muscles étaient tendus, et elle ne parvenait pas à se détendre malgré la sensation d’être aidée, d’une manière ou d’une autre, de recevoir des vagues d’apaisement et de calme. Mais elles ne faisaient que la traverser.

« Je ne te parle pas à toi. » répondit-il du tac au tac.

Cela avait au moins le mérite d’être clair, Agheera perdit patience et tourna la tête loin de cet étranger qui s’amusait d’elle ouvertement, se jouant de sa nature qu’il avait percée à jour. Elle repensa aux mots qu’ils avaient échangés Seth et lui, et se demanda s’il en valait pas mieux d’effectivement, elle rentre au vaisseau. Mais cela signifierait laisser Seth seul ici, et elle ne se le pardonnerait pas si quelque chose venait à lui arriver si près du but. Mais quel but. Celui de repartir, de se quitter. De rentrer sur D’qar tandis que lui parcourrait les étoiles dans elle ne savait quelle direction ? Son estomac se noua.

« Donc je disais… » reprit l’homme. « Je vous ai vu arriver, plus tôt. Votre vaisseau est une vraie épave dites-moi. » reprocha-t-il, Agheera soupirant chaudement contre la peau de Seth, exaspérée.

« Je suis certain que si vous êtes arrivés sur Bryndar, ce n’est pas par choix. Vous manquez de carburant, n’est-ce pas ? C’est souvent le cas. »
un sourire se dessina à nouveau sur ses lèvres.

Agheera tendit l’oreille. Il parlait peut-être à Seth, mais c’était elle l’intéressée. Il leur fallait de l’Hydrolium, suffisamment pour qu’elle puisse rentrer sur D’qar après avoir déposé Seth où il avait rendez-vous avec Julen, que ce soit à l’autre bout de la galaxie, ou tout près.

« Alors c’est ça, tu veux nous vendre du carburant ? »
souffla-t-elle sans daigner le regarder.

La réaction ne se fit pas attendre, il la fusilla du regard, serrant les poings. Car s’il se donnait le droit de jouer avec ses nerfs, il n’appréciait pas qu’elle joue inconsciemment avec les siens visiblement. Mais il ne dit rien, se contentant de se pincer les lèvres dans un grimace.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




La bienséance aurait voulu qu'ils partagent leur pichet de vin, simple règle de politesse sur une planète hostile, étrangère, mais Seth se jouait des règles avec une insolence froide, meurtrière presque, établissant un rapport de force en sa faveur. Il but à nouveau au gobelet, plaçant le seul autre d'autorité dans les mains d'Agheera, qu'elle consomme ou pas. Son mince sourire, pareil à celui d'un prédateur montrant les crocs, ne disait bien qu'une chose, une seule : je décide de qui boit ou non, de qui vit ou non.
Des lieux plus inhospitaliers encore, l'homme en avait connu, y avait survécu. Il n'était pas novice au danger, ne tremblerait pas pour un mot de trop et, s'il pouvait se permettre d'amener dans un tel lieu quelqu'un comme Agheera, c'est qu'il était également en état de la protéger. Pas de peur donc,  pas dans ses gestes, bien dans ses yeux, et sa main contre le dos de la jeune fille traçait du bout du pouce, ce point tendre entre les omoplates dans un geste intime un peu, sensuel surtout. Pourquoi ? Parce qu'il était le Voyageur de passage avec sa compagne, non le vieillard sans avenir coincé dans un tel lieu, il repartirait d'ici quoi qu'il arrive, il repartirait... Et lorsque la femme sur ses genoux s'offrait, nue, à lui, il n'avait pas à payer, il n'avait pas à la saoûler avec du mauvais vin, à la regarder partir au matin vers d'autres bras, d'autres clients. Son monde n'était pas ici, et ce monde ci, il le dominait....
Est-ce que le vieux pouvait le sentir, depuis sa propre médiocrité ? Des paumés, il avait du en voir, des personnes biens aussi peut-être, car il n'y avait pas que les malfrats devant se cacher pour survivre,.... Lui-même avait dû commettre quelques actons pas si mauvaises que cela, car cela était le propre de l'être humain, mais après ?

 « L'Empire lui-aussi ne prenait pas les vieux vaisseaux au sérieux, on a vu ce que cela avait donné. »

Il en avait assez, et ses yeux semblèrent porter alors loin, bien plus loin que cette simple planète moribonde. Il y avait un appel en lui, ne chaleur, un soleil. Agheera dressa l'oreille en entendant l'homme parler de carburant, détruisant ainsi toute subtilité sur ce qu'ils pouvaient rechercher ou non, ce qui leur était nécessaire, ce qui leur était vital aussi. Le chasseur de primes, lui, resta impassible, loin soudain, insensible jusqu'aux doigts contre sa nuque. Il lui semblait sentir un printemps timide alors, parfum de fleurs et de ciel bleu loin, bien loin d'ici, loin, bien loin en lui. Et cela était une rivière aussi, cela était un océan où les vagues venaient s'écraser alors contre ses propres battements de cœur.
Leur interlocuteur commençait à s'énerver, lui, agacé par chacune des petites piques d'Agheera. Il perdait patience, une bonne chose, Seth devina derrière une mentalité assez arriéré envers toute personne de sexe féminin. Etait-ce une aigreur dû à son visage déformé, ou bien quelque chose d'ancré en son cœur mauvais sans but ni raison, comme certaines méchancetés le sont parfois ?

 « Hm... »

Un petit raclement de gorge, assez pour faire comprendre à Agheera que l'attente avait assez duré. Qu'il prenait les choses en main. Et sa main, il la leva alors, les lumières changeant des de la cantina dessinaient des ombres et des ravins sur la peau claire, les doigts étaient longs, les doigts étaient grands, et les reflets semblèrent soudain comme du sang séché pour quiconque sentait la peur le gagner.
Il eut un geste, un seul, celui capable d'ouvrir l'esprit, celui des autres, pour y imposer sa propre volonté.
Un geste jedi, discret, rapide.

 « Tu sais quoi, l'ami ? Tu as insulté ma compagne, tu as insulté mon vaisseau.... La décence voudrait que tu te fasses pardonner n'est ce pas ? »

 « La décence voudrait que je me fasse pardonner... »

 « Tu vas nous offrir ton stock d'hydrolium, c'est la moindre des choses. Pour tes deux nouveaux amis. »

 « Mon stock d'hydrolium, pour mes deux nouveaux amis... »

Un esprit bas et étriqué, affaiblit par la colère qu'Agheera avait attisé, cela avait été un jeu d'enfant, et la Force en lui semblait ronronnante soudain, apaisée comme un gros chat le serait, séductrice, sensuelle, heureuse d'avoir été utilisée, car elle faisait partie de lui, car elle était lui aussi, du moins en partie.

 « Couvre-toi, on va devoir le suivre »

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Elle le fixait, le regard noir et plein de danger. Du fer dans ses veines et du sable dans ses yeux, brûlants. Son coeur s’était alourdit, comme si la colère ne lui était devenu qu’un poids. Sans le détester, il l’agaçait. Et ses insultes, bien que discrètes, elle les voyait. Les mâchoires serrées, elle savait qu’il cherchait seulement à jouer avec elle, avec Seth aussi certainement car une réaction de sa part en engendrerait une autre, et vice-versa. L’homme jouait avec le feu, un feu qu’il pensait en sa possession en n’ayant vu que les braises pourtant. Seule la main de Seth lui apportant un verre entre les doigts réussit à lui faire quitter le regard de plus en plus sombre de l’étranger. Mais elle n’avait pas soif, alors elle se contenta de le tenir de sa main libre, le posant sur ses cuisses croisées sur les genoux de Seth.

Et si ce n’était pour l’homme en face d’eux, elle aurait presque apprécié la situation.

Si ce n’était pour l’endroit, elle aurait presque été avide de la main de Seth dans son dos qui la rassurait un peu, caressant ses courbes en un point qui la fit frissonner. Elle avait toujours été sensible à cet endroit. Mais voilà, il y avait cet homme qui ne cessait de la perturber, il y avait cette cantina trop petite, trop pleine, trop sombre, trop étroite. Et soudain les déserts lui manquaient. Eux et leurs silences, leurs ombres rares et leurs courbes suaves. Ils lui manquaient comme l’eau à un assoiffé.

Elle était à sa place, dans un endroit qui n’était pas le sien.

Alors elle se sentait mal à l’aise, las d’être tiraillée ça et là par les piques sans raison d’un vieillard perdu et probablement un peu trop saoul. Agheera baissa les yeux vers Seth, sentant sa prise se raffermir. Elle l’imita, glissant quelques doigts à la naissance de ses cheveux et le savoir si près avait le don de l’apaiser juste assez pour qu’elle ne morde pas encore le… marchand ? contrebandier? Qu’était-il au juste à part la raison pour laquelle ses sens étaient à l’affût ?

«  L'Empire lui-aussi ne prenait pas les vieux vaisseaux au sérieux, on a vu ce que cela avait donné. »

Agheera se calmait, doucement. Maintenant loin de l’inconnu et près du brun, elle se détendait un peu en partie grâce à ses doigts qu’elle faisait couler dans la nuque de Seth. S’occuper les mains pour s’occuper l’esprit. Elle pensa à BB-2 néanmoins, se félicitant de ne pas l’avoir amené ici, et de lui avoir fait lever les boucliers. Ses pensées dérivèrent jusqu’à l’Hydrolium à nouveau, et elle tourna les yeux, méfiante, vers l’étranger.

« Alors ? » souffla-t-elle, se crispant à nouveau un peu car elle savait qu’il réagirait au quart de tour.

Et sous elle, Seth était calme, plus encore qu’il ne l’avait été jusqu’ici. Alors de son attitude sereine, elle en tirait quelques bénéfices calant sa respiration à la sienne alors que son buste se soulevait lentement contre son flanc. Par contre, l’homme lui, avait les mâchoires si serrées que les nerfs de son cou étaient voyants, presque à en claquer. Visiblement très agacé d’être à nouveau questionné par la jeune femme et non pas par Seth qui avait soudain l’air ailleurs. Mais Agheera n’y prêta pas attention, trop concentrée sur l’homme et son attitude dangereuse.

« Toi… » commença-t-il, la voit tremblante. « tu n'es… »

Mais il fût coupé par un raclement de gorge de la part de Seth qui s’était redressé sur sa chaise, entraînant avec lui Agheera qui baissa les yeux vers lui, cherchant son regard. Le questionnant silencieusement aussi.

« Tu sais quoi, l'ami ? Tu as insulté ma compagne, tu as insulté mon vaisseau.... La décence voudrait que tu te fasses pardonner n'est ce pas ? »

L’air avait changé de goût, soudain. De goût et de texture aussi, elle le sentait vibrer contre sa peau, la parcourir, électrique. Son estomac se noua, anxieuse. Parce qu’il y avait la tempête au loin qui menaçait de courir à elle, alors que déjà le vent s’était levé. Elle ne suivit pas la conversation entre Seth et l’étranger, trop occupée à fixer le cou de Seth dans une tentative veine de calmer l’angoisse qui la prenait tout à coup. Parce que le bourdonnement revenait et avec lui, une brise de noyade. Puis la voix de Seth, grave, pour la ramener à elle tandis qu’elle s’était perdue un peu.

« Hm ? » demanda-t-elle d’abord, encore accrochée à lui.

Puis ses mots, qu’elle n’avait entendu que d’une oreille, s’ancrèrent et elle se leva avant que Seth ne le fasse, faisant le tour de la table pour attraper ses affaires. Une oreille toujours tendue vers l’étranger, méfiante et sur ses gardes. Elle enfila son manteau, ainsi que ses gants et son écharpe sous les yeux de quelques curieux, surpris de voir la table se lever si subitement. Puis le vieil homme se leva enfin, n’attendant ni Seth, ni Agheera pour marcher vers la sortie. Elle leva les yeux vers le brun, inquiète. Ce retournement de situation était étrange, trop pour qu’elle puisse avancer tête baissée et suivre l’étranger dans un quelconque hangar. Mais qu’importe, sa vie n’avait été faites que d’angoisse et d’anxiété. Pour sa vie, pour celle de Scipio, pour les autres. Pour celle de Seth, aussi. Et ce n’était que depuis peu qu’elle apprenait à vivre plus paisiblement, les moments angoissant ne se faisant alors que plus marquant. Alors elle suivit le vieil homme, Seth dans son dos.

Une fois dehors, elle plissa les yeux et leva une main au dessus de ses yeux. Ils avaient été si longtemps enfermés dans cette cantina que la lumière du jour sur la neige lui brûlait le regard. Il lui fallut un temps fou pour s’y habituer, mais elle continua à marcher, le vent glacial lui giflant le visage alors qu’elle se rendait compte que si elle n’aimait pas le froid, peut-être que la neige, elle l’appréciait. L’envie de se baisser et d’enlever un gant pour la toucher lui noua l’estomac à nouveau mais elle se l’interdit. Seth et elle étaient emmenés quelque part, par un homme qu’ils ne connaissaient pas. L’heure n’était plus à la découverte mais à la préservation. De soi, d’eux. Ils approchaient maintenant d’un hangar, et Agheera lança un regard derrière elle pour être sûre que Seth était là. Pourtant elle le savait déjà, une impression qui ne partait pas.

Elle glissa.

Sur une plaque de verglas, à laquelle elle ne s’attendait évidemment pas. Comment l’aurait-elle pût, là était sa première. Dans un autre contexte, elle aurait probablement finit par rire et se relever certainement sous le sourire de Seth. Dans un autre contexte, oui. Ici, ils s’apprêtaient à entrer dans l’antre d’un homme marqué par les combats, pas de quoi rire. Des mains, fortes, la soulevèrent alors et elle s’aida de ces dernières pour se relever. Bancale. Frigorifiée surtout.

Elle ne le quitta plus après cela, ses mains fermées sur son bras alors qu’ils marchaient silencieusement l’un à côté de l’autre. Jusqu’à ce que finalement, l’homme disparaisse derrière une porte encore ouverte. Agheera s’y engouffra, certainement inconsciente mais avide de chaleur. Elle n’aimait pas le froid, sa manière de lui geler la peau, de la faire trembler plus que de mesure. Et c’était à peine si elle sentait ses lèvres à présent.

« Tout est là. » l’étranger indiqua, d’une voix étrange qui fit arquer un sourcil à la jeune femme.

Elle retira sa capuche, passant une main dans ses cheveux coiffés afin d’y retirer quelques flocons de neiges. Trois bidons, plutôt volumineux, de quoi assurer le voyage qu’ils feraient bientôt elle en était certaine. Un sourire discret se dessina sur ses lèvres un peu bleues tandis qu’elle fût secouée par de nouveaux tremblements. Le hangar était bien moins isolé que la cantina et le froid transperçait ses habits humides après sa chute, froid que plus le temps passait, plus elle détestait.

Qi Lozar n’était pas si mal, finalement.

Devait-elle accepter le tout, demander un prix, partir du principe qu’il s’agissait réellement d’un cadeau, d’un pardon ? Elle fronça les sourcils. Perplexe. C’était tout ? Trop simple.

« Vous avez un droïde pour tout apporter à notre vaisseau ? Un speeder ? » demanda-t-elle, les lèvres frissonnantes un peu.

Poser des questions, elle ne savait pas si là était la chose à faire. Mais les mots filaient sans qu’elle ne puisse les arrêter. Agheera enleva ses gants, les fourrant dans une des poches de son manteau avant de souffler sur ses mains agitées dans l’attente d’une réponse, levant les yeux vers Seth à qui elle n’osait pas s’adresser directement. Dire le mauvais mot, celui de trop. Montrer une faiblesse, une cicatrice ou un quelconque point sensible et tout partirait en fumée. Elle le savait.

Elle serra les poings, continuant à souffler sur ses derniers, espérant que le reste des transactions se passeraient rapidement. Suffisamment pour rejoindre le vaisseau au plus vite et à défaut de décoller, fuir le froid un moment.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




 « Inutile de le questionner, il est juste capable d'obéir, pas de répondre »

Le vieillard semblait misérable soudain, silencieux, les yeux un peu vagues, les yeux un peu vides. La chair de son visage s'était affaissée, molle, flasque, et là qu'il n'était plus occupé à sourire ou parler, deux bajoues inertes pendaient mollement, lui enlevant toute impression de sagesse pour ne laisser que la vieillesse. Il y avait les quelques pics de barbes aussi, la peau qui pelait un peu en dessous, les rides bien sûr, la grande cicatrice comme une crevasse, le rose sale un peu putride presque de son sang pour le colorer un peu par dessous les veines et les tendons....
Une laideur agonisante, sans dignité, il restait simplement immobile, attendant que d'autres phrases viennent remplir son cerveau et ses actions. Eut-il bavé, cela en aurait été moins pire peut-être, comme n'importe quel vieillard on aurait alors pu le prendre en pitié devant ce corps qui le trahissait, malgré la colère, malgré la méchanceté. Il ne bavait pas, la bouche entrouverte, absent et présent tout à la fois, soumis à la volonté du chasseur de primes qui exerçait alors sur lui une poigne plus dure qu'il n'aurait dû.
Et les yeux noirs brillaient d'un sombre éclat alors, devant cette action qu'il avait commise, devant cet homme à qui il avait enlevé toute volonté, tout libre arbitre. Trois bidons, le prix que Seth donnait à la conscience du vieux contrebandier. Un homme capable de les égorger, ou de les faire égorger plutôt, mais un homme quand même.
Est-ce qu'il le regrettait ? Non, survivre était une affaire de sacrifices, ceux du corps, ceux de la morale aussi. Alors il regarda l'homme droit dans les yeux, calme, obscur aussi, élevant une dernière fois la voix à son encontre.

 « Nous t'avons payé, puis nous sommes repartis.... »

L'autre répéta la phrase, l'assimilant dans son cerveau embrumé, ne pouvant la contredire, ne pouvant la défaire.
Satisfait, Seth se tourna avec Agheera, avisant son teint pâle, ses lèvres bleues. Il l'embrassa alors, la réchauffant de son souffle, de son désir, de son envie d'elle, simplement.

 « Quant à toi..... » 

Ses mains sur ses hanches, capables d'entourer la taille fine, capables d'emprisonner un peu, d'emprisonner surtout. Il l'avait relevé sans effort de sa chute dans la neige, il y a quelques minutes, porté par la Force à laquelle il s'ouvrait sans peur, sans hésitation, et le monde lui était différent alors, pas forcément plus compréhensible, mais il avait des armes désormais.

 « Continue d'être en colère ainsi, tu te feras tuer. Lorsqu'on ne la maîtrise pas, la colère ne peut mener à rien, peu importe tes capacités au combat, peu importe ta ruse ou ton intelligence, ce sera une défaite, ce sera la mort aussi. »

Il lui murmurait cela comme quelques mots d'amour, les lèvres contre les siennes, lorsqu'il ne s'agissait que d'un avertissement douloureux. Le Jedi en lui, le Maître à la recherche du parfait équilibre ne pouvait tolérer un chaos indompté.

Il se recula, effleurant ses hanches une dernière fois, puis avisant un traîneau, porta les trois jerrycans dessus. Traîner cela, même sur la longue distance les séparant du vaisseau, il le pouvait. La Force l'aiderait et après, après ils partiraient.

 « Tu connais le désert, pense au serpent capable de s'enfouir sous les dunes pour ne revenir et attaquer qu'au moment propice. Ta colère, ta rage, ta peur... Elles doivent être ainsi, toutes . Des serpents qui se cachent, qui louvoient pour mieux glisser sur tes autres sentiments sans les étrangler. Des choses d'écailles et de crocs, des choses sournoises surtout.... Lorsque tu te laisses aller ainsi, ce ne peut être pour le bien »

Ecouterait-elle seulement ? Ce n'était pas un professeur qu'elle voulait, mais un amant, et son jeune cœur semblait comme rejeter l'idée que Seth puisse posséder une quelconque sagesse. Prenant la corde, il commença à tirer le traîneau plein à l'extérieur. Le contrebandier serait en état de revenir complètement à lui dans quelques heures, bien assez pour eux rejoindre le vaisseau.

 « Monte sur le traîneau si tu ne peux pas suivre... »

made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Elle essayait encore de vaincre le froid, le regard perdu, balayant le petit hangar sans réellement y prêter attention. Il y avait encore quelques flocons dans ses cheveux, résistants par chance au peu de chaleur qui émanait d’elle. Agheera tenta de penser aux déserts de Qi Lozar, à son soleil qui ne pardonnait pas et qui pourtant elle désirait à présent. Mais rien n’y faisait, pas même son souffle qu’elle abattait sans résultat sur ses doigts gelés.

« Inutile de le questionner, il est juste capable d'obéir, pas de répondre »

Elle se retourna vers Seth, un sourcil arqué. Ses lèvres tremblantes continuant à souffler sans s’arrêter sur ses mains. Que voulait-il dire par là ? Ses sourcils se froncèrent doucement alors que plus en plus de questions lui traversaient l’esprit. L’homme pouvait répondre à sa question, et même de la pire des manières elle le savait. Mais quelque chose clochait, son visage, son expression. Il semblait… ailleurs. Agheera l’observa un moment, assez pour remarquer l’absence totale de colère et d’amertume dont il avait fait preuve auparavant. Se pinçant les lèvres, elle réfréna le besoin de question Seth et détourna le regard : voir le vieil homme dans cet état lui glaçait le sang plus qu’il ne l’était déjà. Et son instinct lui confirmait qu’il n’était plus lui même et un frisson venu d’ailleurs la frappa. D’une oreille, elle entendit Seth s’adresser à lui néanmoins, mais distraite elle n’y prêta pas attention et se retourna continuant à observer la pièce plus que le vieil homme que du coin de l’oeil elle voyait quitter le hangar par une porte métallique.

« Alors.. » commença-t-elle, plus à l’aise maintenant que l’étranger ne partageait plus la pièce avec elle et Seth.

Mais elle fût coupée par les mains du jeune homme sur ses hanches qui la tirèrent vers lui. Elle ne se débattit pas, avide de ses mains, ravie de la distance qu’il diminuait puis effaçait alors qu’elle venait se coller un peu plus à lui. Son pouls fit des sienne tandis qu’il s’approchait et elle ne se fit pas prier pour répondre à son baiser, l’embrassant à son tour, une main glacée contre sa joue. Et déjà elle se sentait mieux, son souffle chaud contre sa peau venant si ce n’est la réchauffer l’apaiser un peu. Agheera s’éloigna, juste assez pour encore effleurer les lèvres de Seth des siennes, un sourire s’étirant sur celles-ci.

« Quant à toi..... »

Elle le coupa d’un autre baiser, plus léger, profitant du court instant d’intimité qu’il leur était accordé en l’absence de regards indiscrets.

« Continue d'être en colère ainsi, tu te feras tuer. Lorsqu'on ne la maîtrise pas, la colère ne peut mener à rien, peu importe tes capacités au combat, peu importe ta ruse ou ton intelligence, ce sera une défaite, ce sera la mort aussi. »

Son souffle se mêlait au sien et dans ses bras, le froid se faisait moins mordant mais elle savait que cela n’était plus qu’une question de minute avant qu’ils ne se séparent à nouveau et qu’elle ne redevienne la proie de l’air glacé. Agheera hochait doucement la tête, acquiesçant silencieusement. Elle savait qu’il avait raison, en un sens. Elle n’avait jusqu’ici jamais eu besoin de contenir sa colère, ou son impatience. Qi Lozar l’avait éduquée pour survivre dans des conditions extrêmes, pas pour se faire discrète au milieu d’une poignée de criminels. Mais elle n’y vivait plus, elle devait changer.

« Tu ne le permettrais pas… » murmura-t-elle, un tremblement espiègle sur ses lèvres alors qu’elle l’embrassait une dernière fois avant qu’il ne la reprenne. « Et si je meurs, alors ce ne sera qu’après avoir tout tenté. » parce qu’elle se battrait jusqu’au bout, qu’importe l’adversaire. « Mais j’essaierais, je te le promets. »

Une promesse qu’elle tenterait de tenir même si elle n’était pas sûre de pouvoir le faire, mais elle essaierait. Pour lui. Pour Scipio aussi, qu’elle s’était promise de retrouver dès qu’elle le pourrait, d’aller chercher sur Qi Lozar. Pour tous les autres. Mais surtout pour Seth, car elle savait que s’il lui advenait quelque chose il lui faudrait des années pour s’en remettre. Et encore, si elle s’en remettait un jour. La pensée unique d’un tel drame lui noua l’estomac et il s’éloigna dans une dernière caresse. Il en serait de même si leurs rôles s’en trouvaient échangé, elle en était certaine sans savoir comment. Silencieuse, Agheera observa Seth charger un traineau des trois bidons d’Hydrolium et elle remarqua son assurance soudaine dans ses gestes et ses mouvements. Il n’hésitait pas. Il avait changé, peut-être était-ce Bryndar, ou quelque chose de plus subtil. Mais elle n’en dit rien, se contentant d’écouter ce qu’il lui disait.

« Des serpents, oui… » répéta-t-elle pensive, alors qu’elle enfilait ses gants à nouveau.

Il n’y avait rien qu’elle puisse faire mis à part le regarder traîner le chargement vers l’extérieur, aucun moyen pour elle de l’aider d’une quelconque manière et elle se mordit l’intérieur de la joue, se sentant un peu coupable.

« Monte sur le traîneau si tu ne peux pas suivre... »

Qu’il lui disait en passant la porte qu’elle ferma derrière eux. Le froid lui claqua au visage et elle fronça les sourcils, se crispant un peu alors qu’elle redécouvrait la planète enneigée. Agheera secoua la tête tout en s’avançant maladroitement vers Seth jusqu’à ce qu’elle arrive à sa hauteur et ne s’accroche à lui à nouveau.

« Ça va aller, je ne voudrais pas être un poids de plus. », un sourire se dessina sur ses lèvres. « Pendant que tu emmènes ça, je vais chercher des vivres. »

Sous ses mains, elle le sentit se crisper et avant qu’il ne puisse contrer ses plans elle reprit la parole les yeux plissés tandis que le vent montait en puissance et lui fouettait les joues.

« Je serais prudente. » s’empressa-t-elle de rajouter. « Il y a une radio dans le col de ton manteau, et dans le mien. Je t’appellerais si jamais, mais je suis sûre que tout ira bien. » mentit-elle.

Agheera se hissa un peu sur la pointe des pieds, tirant Seth vers elle par le manteau et lui arracha un baiser qui avait le goût d’adieu sans en avoir la couleur pourtant. Puis elle s’éloigna, son regard dans le sien.

« Je sais où aller, je me dépêche. »

Sur ces mots, elle lui tourna le dos et se dirigea vers la cantina sans lui laisser le temps de la retenir. Glissant ça et là, mais sans jamais tomber. Quelques regards étonnés se tournèrent vers elle lorsqu’elle s’engouffra à l’intérieur sans Seth à ses côtés mais tous finirent pas l’ignorer. Après tout, peut-être qu’elle n’avait pas menti à ce dernier, peut-être que tout se passerait bien. Inspirant, elle s’approcha d’une serveuse près du comptoir.

« Bonjour. » commença-t-elle simplement, attirant son attention. « J’ai besoin de vivres, et j’ai l’argent pour payer. »

D’un regard, la serveuse la jugea sévèrement ne se cachant pas pour la dévisager d’un coup d’oeil presque ennuyé.

« Et dis moi pourquoi je t'aiderais ? » répondit-elle, à demi amusée par la demande directe d’Agheera.

« Parce que pour une fois, personne n’essaie de t’arnaquer, t’utiliser ou te rabaisser. J’en ai assez de tout ces jeux de faux-semblants, je ne suis pas contrebandière ou chasseuse de prime. Je veux juste partir d’ici, et vite. Mais j’ai besoin de vivre avant. » avoua Agheera.

Elle jouait la carte de la sincérité, Seth loin d’elle, personne ne l’en empêcherait. Et cela pouvait jouer en sa faveur, comme en sa défaveur. Consciente du danger, elle restait sur ses gardes, tentant encore de se convaincre que tout irait bien. Un sourire se dessina sur les lèvres de la Twi’lek en face d’elle et elle lui indiqua d’un signe de tête un jeune homme assis au bar. Agheera ne se fit pas prier et alla s’assoir à côté de lui, tendue mais confiante. Soit sa carte avait fonctionné, soit elle était entrain de se jeter dans la gueule du loup.

« On m’a dit que tu pourrais m’aider. » souffla-t-elle, la réaction ne se faisant pas attendre alors que le jeune homme se tournait vers elle, intrigué.

« Et comment ça au juste ? », sourire satisfait.

« J’ai besoin de vivres, j’ai de quoi payer. C’est tout. Je n’attends rien de plus. » et elle était sérieuse tout à coup. Elle ne comptait pas marchander trois ans, ni jouer à qui serait le plus menaçant et le jeune homme semblait s’en rendre compte.

« Tu n’étais pas accompagnée par quelqu’un tout à l’heure ? Je t’ai vu avec un chasseur de prime, qui ne me dit pas que tu joues l’appât et que je m’apprête à mordre à l’hameçon ? » Il gardait son sourire, joueur, charmeur, auquel elle ne répondait pas, insensible.

« C’est un oui ou un non ? Je n’ai pas toute la journée » elle hésita. « qui que tu sois. »

« Hank. »

Mais elle s’en fichait, de son nom, son prénom. Son estomac se noua et elle sentit le besoin creusant de garder une main près de son blaster, au cas où. Le jeune homme la jaugea avant de se lever de son siège.

« Ok, allons-y. »

Elle fronça des sourcils, méfiante.

« Où ça ? »

Mais il ne répondit pas et elle se sentit obligée de le suivre à présent. À travers la cantina d’abord, puis dehors. Elle essaya de ne pas glisser, ni d’avoir l’air maladroite, suivant quelques conseils que Seth lui avait glissé à l’oreille ou fait comprendre tout simplement dans un regard ou deux. Après quelques minutes de marche, Hank brisa le silence.

« Il est où ton Jules ? » demanda-t-il, l’air de rien.

Mais Agheera n’était pas de cette oreille, et elle se fichait bien de discuter avec lui ou non sur le chemin, alors elle se contenta de lui signaler que ça ne le regardait pas. Ce après quoi, il ne tenta plus de s’adresser à elle. Et ce, jusqu’à ce qu’ils arrivent près d’un vaisseau dans lequel il monta sans hésiter. Agheera resta en bas, peu encline à y entrer, mais il la somma de la suivre si elle voulait conclure le semblant de marché qu’ils avaient. Une fois à l’intérieur, elle le suivit jusque dans une pièce où plusieurs cartons étaient entassés. Restant dans l’encadrure de la porte, elle observa le jeune homme, méfiante. Sourcils froncés et bras croisés.

« Je peux te vendre ça. C’est pas fameux, mais c’est tout ce qu’il me reste pour le moment. Des rations militaires, encore consommables si tu veux tout savoir. »

Ce n’était pas important, sa radio grésilla faisant arquer un sourcil à Hank mais il ne s’y attarda pas plus. Un carton serait amplement suffisant à en juger par la taille de ces derniers et celles des rations militaires qu’elle avait déjà consommé sur Qi Lozar.

« Je te prends un carton. Combien ? »

« 38. »

« Deal. »

Agheera entra enfin dans la pièce, dépassant le jeune homme pour attraper un carton. C’était simple. Finalement. Peut-être trop d’ailleurs. Elle se baissa et en souleva un à bout de bras avant de sentir Hank lui attraper la taille et se coller à elle.

Voilà les complications.

Immédiatement, elle se redressa et d’un coup d’épaule se détacha de lui, le fusillant du regard. Carton en mains.

« Non mais ça va pas ? » lui dit-elle sèchement.

Essayant de se rappeler des mots de Seth, elle souffla simplement. Elle qui l’aurait frappé immédiatement. Et malgré son clair refus, il s’approcha à nouveau.

« Bah quoi, ton mec est plus là. Et puis, on peut trouver un autre arrangement pour le paiement… » sa voix plus sombre, son sourire plus sale.

Il attrapa le carton de ses mains mais elle lutta pour le garder, tirant vers elle. Et malgré qu’elle lui demande de le lâcher il n’obtempéra pas, bien au contraire. Cette fois, elle perdait son calme et Agheera avait beau penser aux serpents tout ce qu’elle voyait, c’était les avances de ce Hank et le frisson de dégoût que cela engendrait. Il jeta le carton par terre et la plaqua contre le mur dans un même mouvement, la forçant à l’embrasser sans se douter de l’orage qu’il alimentait.

Tempête, même.

D’un coup de pied, elle l’envoya à terre. Et sur son visage il n’y avait que du dégoût et de la colère. Mais elle résista, le coeur battant, à l’appel du fer du sable et du sang. Son bras était tendu vers Hank, Blaster au bout, alors qu’elle récupérait le carton regard toujours planté vers lui.

« N’essaie pas de me suivre, ou cette fois je tire. » siffla-t-elle.

Elle le détestait. Son coeur qui s’était affolé avait encore du mal à se calmer alors qu’elle retrouvait le froid à l’extérieur. Les mâchoires serrées, les muscles crispés. Elle le détestait. Tout comme elle détestait de sentir encore ses lèvres sur les siennes et ses mains sur sa taille alors que plus tôt, il y avait eu celles de Seth.

Salie.

D’un geste rapide, elle alluma la radio de son manteau.

« Seth ? » sans attendre de réponse, elle enchaîna directement. « Demande à BB-2 de préparer le vaisseau, je peux pas… » Elle s’arrêta. Dégoût, salie. « Je peux plus rester ici. » et sa voix trahissait son mal-être alors qu’elle espérait que la radio déforme suffisamment sa voix pour ne pas avoir à s’expliquer.




« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Elle n'avait pas compris, et s'en rendre compte était une douleur sourde et muette, une déception. La preuve peut-être que l'homme ferait un très mauvais professeur, mais après tout il était déjà mauvais en tout... Seth la mettait en garde contre la colère, pour ne plus en ressentir ainsi à tort et à travers, puisque toute émotion non contrôlée est un poison, un danger... Il lui avait parlé des serpents, elle qui était fille du désert, des combats que l'on ne pouvait gagner, elle n'en tirait rien cependant. Alors sa voix se fit plus sèche, plus dure alors qu'il la regardait, soudain bien loin de la chaleur de leurs baisers.

 « Permettre quoi ? Si tu es incapable de vivre sans la colère et la furie je ne peux rien pour toi. Si tu meurs, cela sera de ta propre bêtise, peu importe le souvenir de ta planète, peu importe ce que tu as vécu ou ne vivras jamais. Un environnement ne sera jamais sans dangers, accepte le, quant aux combats, le but est de les éviter. »

Sa colère à lui était froide soudain, il la réprima pourtant, redevenant un mur de silence. Essayer, voilà bien un mot qu'il détester. On essayait pas, on faisait simplement, on réussissait ou on échouait, mais le doute n'avait pas sa place, pas ici, jamais. Il n'avait pas essayé de manipuler l'homme, ainsi, il l'avait fait, tout comme il n'essayait pas de tirer le traîneau maintenant, à se demander si sa maîtriser de la Force serait suffisante. Le geste était effectué, voilà tout, et à présent voilà qu'Agheera disparaissait à nouveau. La Résistance avait dû commencer à la former, le bon sens et la logique l'empêcheraient certainement de retourner à la première cantina où bien des visages les avaient repéré, n'est-ce pas ? Seth l'espérait tout du moins.
L'avancée jusqu'au vaisseau fut lente, épuisante. Le peu d'énergie regagné par leur repas semblait perdu à nouveau, et sa tête lui tournait un peu, comme un début d'ivresse. Le vin n'avait rien à y voir, c'était la Force, le sentiment de plénitude qu'il lui semblait éprouver alors, et la tristesse aussi soudain. Parce qu'il n'avait personne pour en parler, que la solitude avait mordu fort, un peu trop fort, jusqu'à arracher un morceau de chair peut-être, là tout près du cœur.
La Force, un poids, une responsabilité, un équilibre à toujours rechercher... La corde lui brûlait l'épaule un peu, mais il n'avait pas le choix, avancer ne pouvait se aire sans douleur. Lorsqu'il atteignit enfin le vaisseau et hissa son chargement, l'homme ne distinguait plus rien ou presque, des étoiles noires devant les yeux, un début de nausée au ventre.
Seth tomba à genoux, laissant la douleur le frapper enfin dans son entièreté, les traits crispés par la souffrance. L'absence d'Agheera avait cela de bon qu'il pouvait enfin exprimer par un long cri rauque, animal, cette douleur qui le vrillait en continu, qui s'accroissait surtout par les efforts qu'il avait dû faire également pour leur propre survie.
Lorsque le droïde voulu d'approcher, Seth le chassa. Il essaya de reprendre son souffle, de ramper jusqu'à un fauteuil, mais craignit de s'évanouir alors. L'homme resta immobile, à écouter les battements de son cœur, à attendre, à souffrir.
Enfin, il pu se mettre debout, reprenant par habitude un masque de dignité triste, honteux de sa propre faiblesse bien que personne ne voulait le voir désormais. Ce fut alors que sa radio crachota un peu...Il sentit l'émotion bien sûr par delà la voix déformée, il grimaça.

 « Refuser et ignorer les règles du jeu, sur une planète, ce n'est jamais anodin...On dirait que tu viens de le constater. Ton droïde se débrouille... »

Ses jambes tremblaient un peu, il n'avait rien senti du dégoût d'Agheera cependant, sa propre douleur l'ayant par trop anesthésié.

 « Tu as des choses à apprendre, beaucoup... »

Maintenant, mieux valait espérer qu'aucun de ses prochains contrats ne le ramèneraient ici dans les quelques mois à venir. Le temps qu'on l'oublie, qu'Agheera sorte des mémoires elle aussi, en espérant que la jeune femme n'ait pas mis la cantina à feu et à sang.
Il soupira, épuisé, et de grands cernes lui mangeaient le visage alors qu'il levait les yeux vers la petite silhouette emmitouflée. Elle tremblait un peu trop, on pouvait vite comprendre, on pouvait vite deviner.

 « Quelqu'un de la cantina ? Tu n'aurais pas dû retourner là bas, ce n'est pas ton territoire... Ils t'y ont vu trembler, ils ont vu tes gestes lorsque tu cherchais à me toucher, tu ne marquais pas une possession quelconque, tu voulais de la tendresse. Une marque de faiblesse pour eux, rien de mieux pour leur faire penser que tu étais à la recherche d'un homme, un vrai. »

Une triste vérité, la société s'étant formée sur la planète ne reposait que deux choses: le froid et la dépravation.

 « Et puis les doudounes, c'est tellement seyant que ça aguiche... »
made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Elle se pinça les lèvres à sa réponse, alors que son coeur se serrait un peu. Elle se fichait des règles, elle se fichait des jeux. Ils n’étaient pas siens, et elle s’était toujours promise de ne jamais se soumettre à quoi que ce soit. Car se soumettre, c’était courber l’échine. C’était devenir victime et cesser de se battre, que ce soit pour vivre ou pour une cause noble. Qu’importe. Agheera n’était pas du genre à baisser les bras, ni les yeux. Les siens toujours animés d’un feu qu’elle n’avait jamais dompté.

Mais ça, c’était sur Qi Lozar.

Et que ce soit sur Bryndar ou sur D’qar, maintenant qu’elle ne faisait plus que regarder avec envie les étoiles avant de s’endormir, maintenant qu’elle les frôlait de planète en planète, il fallait qu’elle s’adapte. Elle le savait au fond. Qu’il avait raison, qu’ils avaient tous raison. Toujours. Elle l’ignorante, les autres savants. Un schéma qui ne disparaissait toujours pas même après des semaines. Soupirant, Agheera grimaça alors qu’elle remontait le carton qui menaçait de lui glisser des mains. Et lorsqu’elle arriva près du vaisseau, c’était à peine si elle sentait ses bras alors qu’elle faisait tomber le carton sur le sol métallique du sas d’entrée. Tout comme son visage, qu’elle ne sentait plus, clairement. Ses oreilles la brûlaient presque, car le froid les avait mordu, comme le reste de sa peau. Dans un souffle, la porte se ferma derrière elle et elle osa enfin enlever ses gants, découvrant des mains aussi blanches que la neige, elles qui avaient l’habitude d’être hâlées. Elle fronça des sourcils, crispant puis tendant ses doigts dans l’espoir de les voir se réchauffer, une fine ligne rouge barrant l’intérieur de ses mains là où le poids du carton s’était enfoncé dans ses gants. Puis dans un soupir, enfin, elle leva les yeux vers Seth.

Il avait l’air fatigué.

Quelque chose en elle se noua, l’inquiétude venant frapper à sa porte alors. Elle n’aimait pas l’ombre dans ses yeux, ces cernes sous ces derniers, son teint pâle aussi. Plus que d’ordinaire. Après avoir enlevé ses bottes pleines de neige, elle s’apprêta à lui demander si tout allait bien, mais il la devança. Il avait toujours le don d’être plus rapide qu’elle lorsqu’il s’agissait de prendre la parole. Peut-être que cela s’expliquait par son manque, à elle, de contacts humains ces dernières années. Qui sait.

« Quelqu'un de la cantina ? Tu n'aurais pas dû retourner là bas, ce n'est pas ton territoire... Ils t'y ont vu trembler, ils ont vu tes gestes lorsque tu cherchais à me toucher, tu ne marquais pas une possession quelconque, tu voulais de la tendresse.  Une marque de faiblesse pour eux. »

Son visage s’assombrit à mesure qu’il déversait sur elle ses mots et ses reproches. Il se fermait aussi, par sécurité. Tout comme doucement, à chaque syllabe, elle érigeait à nouveau les murs qui l’avaient protégé toute sa vie entre les dunes. Elle le savait. Elle le savait que ce n’était pas son territoire, car lequel était le sien ? Enfant perdue même sur sa propre planète. Et qui sait, peut-être avait-on déjà élu domicile dans la maison qu’elle avait abandonné. Peut-être avait-on déjà brûlé les derniers souvenirs d’une vie de famille, objets, photos, vêtements, et les marques sur le mur de la cuisine. La sienne sous celle de ses parents. Si elle avait jamais eu un chez elle, une place, c’était bien là. Et ce n’était plus.

Car aujourd’hui, à part le droïde qui s’activait dans le cockpit, elle n’avait plus rien.

Alors oui, certains diront qu’elle a l’espoir de toute une vie, le temps, la jeunesse, la force aussi sans doute. Certains diront qu’elle a la chance d’à présent posséder des amis, des proches. Et de l’avoir lui, aussi, peut-être. Mais ils le diront sans connaître la faim dévorante qui consume de l’intérieur. Sans connaître l’angoisse perpétuelle et la peine qui la noie, parfois le soir, quand au dessus d’elle ne s’étendent pas les étoiles brillantes et rassurantes. Sans connaître, tout simplement, le sentiment de n’appartenir à rien. De n’être que soit quand on vous veut être plus. De n'êtres qu'un grain de sable, de poussière même, dans un océan de vagues.

Alors si faible on la percevait de chercher une quelconque place, alors faible elle serait.

C’était peut-être ça son problème, d’à tout prix vouloir savoir où s’adosser. Où fermer les yeux sans avoir peur de les rouvrir seulement pour en rencontrer d’autres, luisants de colère ou d’envie. Elle serra les dents. Était-ce si mauvais de ne pouvoir qu’être elle, même dans le plus pire des endroits, même sur des terres inconquises ? Agheera baissa les yeux, distante à présent. Ne répondant pas à sa question. Le faire ne lui offrirait que des reproches encore, elle essayait de s’en convaincre. Le faire lui rappellerait surtout les mains de Hank sur sa taille, et ses lèvres contre les siennes. Un nouveau frisson de dégoût la frappa.

« Rien de mieux pour leur faire penser que tu étais à la recherche d'un homme, un vrai. »

Son ton changea, suffisamment pour qu’elle soulève le regard vers le sien. Elle n’y rencontra que de la fatigue. Alors elle se sentit coupable de lui en vouloir pour plus tôt, pour maintenant. Pour son ton sec qui se changeait maintenant en tristesse. Agheera secoua la tête, ne pouvant s’empêcher d’être un peu plus sèche qu’elle ne l’aurait espéré.

« Ne dis pas de bêtises… » souffla-t-elle, tremblante.

Elle se voulait rassurante, mais son ton trahissait l’orage qui lui grondait entre les tempes. Alors elle le dépassa, ailleurs, agitée par le souvenir trop frais de ses reproches, et puis du jeune homme de la cantina. Déboutonnant son manteau, elle sentit son regard sur elle mais ne se retourna pas.

« Et puis les doudounes, c'est tellement seyant que ça aguiche… »

Un sourire se dessina malgré elle sur ses lèvres, alors qu’elle soupirait, ne réussissant pas à rire comme il l’aurait certainement souhaité. L’esprit trop occupé à lui rabâcher erreur sur erreur, mot sur mot, main sur main, lèvres sur lèvres. Dos à lui, elle enleva son manteau et l’accrocha en hauteur, pensive.

Elle voulait lui dire.

Tout lui raconter. Vider son sac car elle n’était pas sûre de pouvoir tout porter sur le coeur. Pas encore, pas maintenant qu’elle avait quelqu’un à qui parler. Qui pourrait la comprendre peut-être ? Elle n’était plus sur Qi Lozar, on le lui avait suffisamment répété pour qu’elle en prenne pleinement conscience. Elle n’était plus obligée de se battre seule, d’affronter ses démons sans l’aide de personne. Elle n’était plus obligée de ne crier sa peine qu’aux étoiles. Elle pouvait lui dire, certainement qu’il l’écouterait, lui promettrait des lendemains meilleurs.

Mais elle n’y arrivait pas, n’y croyait pas.

« Ce sera suffisant pour deux, du moins j’espère. » dit-elle simplement, sans un regard vers lui qui la trahirai, pointant du doigt le carton comme pour imager ses mots. « Je ne sais pas exactement combien de temps il faudra pour atteindre Julen. »

Puis sur ce, elle ramassa de ses bras tremblants le carton et alla le poser dans un coin de la pièce principale. Elle avait mal, mais elle serrait les dents. De toute façon, elle n’avait jamais connu que ça : ne demander de l’aide qu’en cas d’urgence. Car demander de l’aide sur Qi Lozar, c’était se marquer d’une dette. Là bas, rien n’était gratuit, pas même une main tendue. Et pour chaque aide apportée, il y avait une contre partie.

Mais elle n’était pas sur Qi Lozar, bon sang.

Alors pourquoi continuait-elle à agir de la sorte ? Car elle se comportait comme si elle se trouvait à nouveau entre le sable et le soleil brûlant. Un pas immense qu’elle avait fait, seule, en arrière. Aidée par Bryndar et son froid hivernal, qui lui rappelait flocon par flocon qu’elle n’y était pas à sa place et qu’elle ne le serrait jamais. Qu’elle n’était qu’une étoile perdue parmi les ténèbres d’une galaxie bien plus grande qu’elle n’avait pu l’imaginer. Il y avait eu les mots, froids, de Seth. Pour la faire se souvenir de tout ce qu’elle ne serait pas et ne serait jamais. Pour lui montrer tout ce qu’elle ne savait pas, tout ce qui lui restait à apprendre. Il y avait eu cette mission aussi, qui avait échouée en un sens. Que penserait la résistance en la voyant rentrer si tard ? La renverraient-elle ? Et finalement, il y avait eu l’expérience de trop. Celle de mains baladeuses, de baiser volé, de souffle hideux contre sa peau. Lui rappelant d’autres moment plus violents, plus sordides desquels elle s’était défaite in extremis et seule.

Et pourquoi devait-elle penser à tout cela maintenant, d’ailleurs ?

Son esprit ne pouvait-il pas attendre la nuit pour lui montrer ses échecs, la faire douter. De parts et d’autres de ses hanches, ses mains s’agitaient, se crispaient. Elle avait besoin d’une distraction ou alors elle finirait par craquer, en bien ou en mal. Se tournant enfin vers Seth, elle finit par croiser son regard fatigué.

« Je devrais aller faire décoller le vaisseau. » réussit-elle à dire presque plus pour elle que pour lui, alors qu’elle s’avançait vers le couloir menant au cockpit. Puis, passant près de lui. « Et toi tu devrais dormir un peu. Ne me dis pas que tu t’es déjà suffisamment reposé, tu sais que c’est faux. »

Elle l’avait dit presque comme un reproche, mais dans son regard il y avait une lueur d’inquiétude, proche de celle plus tourmentée qui était apparue plus tôt. L’estomac encore noué, elle tourna les talons.





« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Lorsqu'il la regardait, c'était comme s'il ne pourrait jamais la voir que de dos, fuyante, fermée à lui. Il l'avait tenu dans ses bras pourtant, et les yeux dans les yeux, s'étaient-ils fait face alors ? Peu à peu, l'homme commençait à en douter...
En Agheera était un désir, celui des ténèbres, celui de l'aveuglement. Sa jeunesse était une passion capable de la faire se brûler aux flammes de son propre incendie, désirait-elle s'en protéger ? Non.
La douleur s'apprenait toujours pourtant, de même que la tristesse, et se souvenir n'était pas toujours la solution alors.

 « Cela t'arrange, n'est-ce pas ? Te cacher dans la cabine de pilotage et m'envoyer dormir comme un enfant... »

Une blessure dans la voix, un éclat de verre aussi, mais pas de colère. L'homme avait l'habitude après tout, être traité ainsi, être ignoré. Et peut-être était il fatigué de s'imposer alors, il ne savait pas. Son cœur battait, voilà tout, calme, pas vraiment en lambeaux, pas complètement. A quoi pensait-elle ? A d'autres lèvres, des qu'elle n'avait pas voulu, et les baisers se volaient toujours, s'arrachaient parfois.
Les yeux noirs, les yeux sombres, les yeux sans colères eux aussi, pour dessiner la courbe de son corps, pour en deviner les cicatrices effleurées la nuit dernière, la peur qu'il avait eu alors, celle de s'imposer, de prendre ce qui ne lui revenait pas. Qu'il avait pris quand même.
Un instinct, une prémonition face à ce qu'Agheera avait dû vivre aujourd'hui ? Ce dont elle ne parlait pas. Après tout, elle ne parlait jamais, elle refusait...

Les violences de ce genre n'arrivaient pas qu'aux femmes, Seth le savait, il l'avait vu aussi. Il aurait pu prendre la parole alors, lui dire qu'elle n'était pas sale simplement... Parce qu'il ne le pensait pas, de toutes manières. Non, Agheera était simplement trop vive, trop têtue, trop sauvage aussi peut-être, prête à s'abandonner aux extrêmes plutôt que de comprendre encore la trouble notion d'équilibre.
Et puis elle avait décidé qu'il était l'enfant.
L'homme secoua la tête, sans un soupire, à quoi bon ? Elle aurait à déposer ses armes pour qu'il vienne à elle, elle aurait à comprendre surtout, et peut-être que cela n'arriverait jamais. Il n'avait plus rien à dire, pas maintenant, alors de sa démarche si particulière, celle qui le portait depuis tant d'années, il retourna à sa chambre.
Survivre seul, quelque chose qu'il faisait depuis le début, en cela ils étaient similaires. Et Seth avait à supporter les autres aussi, ceux qui pensaient toujours que sans leurs conseils, il ne s'en sortirait pas. Il devait alors hocher la tête avec un sourire, faire semblant d'obéir pour une chose plus ou moins efficace, et taire surtout, taire la colère, taire l'humiliation. Accepter de courber l'échine en apparences pour ne pas perdre des forces à des batailles inutiles.
Raison pour laquelle il obéit à la jeune femme, la jeune femme qui ne voulait plus le voir. Mais le vaisseau était le territoire d'Agheera au même titre que la planète glacée avait été celui de Seth. Il respectait de telles choses, cela faisait partie de l'ordre de l'univers après tout.

Sa chambre était sombre, sa chambre était froide, et le lit ouvert semblait aussi accueillant que la mâchoire béante d'un animal sauvage. Il s'y glissa cependant, les yeux fixés au plafond, essayant d'imaginer quelqu'un pour veiller sur ses rêves à lui.
La tristesse serait vite oubliée cependant, le chasseur de primes s'y forcerait, comme toujours. Un instant, il se demanda si cela était une preuve de faiblesse, un signe de sa médiocrité...
Il était capable de se battre pourtant, pour quelqu'un d'autre, pas pour lui-même, là était la différence.

Sa main glissa du lit pour attraper l'un des livres qu'il avait emmené. Dormir ne lui disait rien, il préférait la lecture, y voyant une autre forme de repos, loin de sa vie, loin de sa propre existence dont il se fatiguait trop souvent. Et peu à peu, les mots le guidaient ailleurs....

Un bruit pour lui faire relever la tête, sa porte était close, l'homme ne fit aucun geste pour l'ouvrir. Il imagina la jeune femme, là, derrière, dans le couloir, il ne a repousserait pas si elle entrait. Mais Seth ne voulait plus de ses silences, voilà tout, de ses fuites aussi, lorsque pourtant elle lui avait demandé d'être là.

 « Si dur que ça, de pendre une décision ? »

Entrer, entrer ou se détourner. Et si elle se détournait, que se passerait-il alors ?
made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Pourquoi réagissait-elle comme cela ? Tout ce qu’elle touchait, même du bout des doigts, finissait par lui échapper, tomber par terre, se briser. Comme si elle n’était qu’une enfant maudite à devoir regarder le monde s’écrouler autour d’elle. Car là était le problème. Tout semblait toujours vouloir lui glisser des mains, tout semblait toujours s’effondrer d’une manière ou d’une autre. Et chaque peine, chaque échec était rapidement remplacé par un autre sans pour autant être oublié. Son quotidien était ainsi, plus encore depuis qu’elle était arrivée sur D’qar presque un mois plus tôt.

Et le poids sur ses épaules commençait à lui rentrer dans la chaire.

Celui d’être partie, d’abord. D’avoir laissé derrière elle un chez soi qui n’est plus, de rares proches pour qui elle se jetterait corps et âme dans le plus inégaux des combats. Celui d’être restée, aussi. De ne pas être revenue les chercher, d’avoir profité d’un soleil clément quand d’autres flanchaient certainement sous la chaleur étouffante d’une planète extrême. Et ce, malgré les regards et les murmures. Malgré les reproches et les remarques. Celui de s’y être plût, également. D’y avoir tissé des liens, de s’y être épanouie malgré l’estomac noué et les nuits agitées. Celui de ne pas être celle qu’on espérait qu’elle puisse être, sous ses airs de sauvageonne et de chat sauvage. De n’être que ça. Et puis celui de vouloir rentrer quelque part qui n’existait probablement plus, celui de vouloir tout quitter, encore. De laisser derrière elle tout un monde.

C’était trop.

Et sa voix, tranchante, ne fit que lui arracher un énième doute. Il venait rajouter sur ses épaules la déception qu’elle avait vu dans son regard et qui lui pesait maintenant sur la conscience.

Elle ne méritait pas une telle attention.

Un tel désir, un tel amour certainement aussi.

Regardez. Regardez comme il doute à présent.

Pourquoi réagissait-elle comme cela ? Ne pouvait-elle pas mimer le comportement des autres, y trouver une ligne de conduite sur laquelle se baser. Ne pouvait-elle pas imiter ceux qui l’entouraient, ne pouvait-elle pas, pour une fois, combattre l’envie dévorante de fuir et se renfermer.

Pour une fois, une seule fois.

Ne pouvait-elle pas être normale.

Agheera s’éloigna, la boule au ventre. Les poings serrés de chaque côté de ses hanches, elle s’engouffrait dans le cockpit comme on se doutait si bien qu’elle ferait. S’asseyant violemment sur le siège de pilote, tandis que BB-2 rentrait les données recueillies quant à la dernière destination de Seth et elle. Qu’importe la planète, la perspective de devoir quitter le vaisseau lui nouait la gorge. Ne plus voir que son dos s’éloigner alors qu’elle décollerait, plus tard, seule. Elle soupira, faisant décoller le vaisseau.

Puis elle resta un long moment assise face à l’hyperespace, y fixant les lignes bleutées de la lumière détendue.

Elle se détestait.

Un peu.

Suffisamment pour essayer de se remettre en question. Qu’avait-elle fait de travers ? Tout. Evidemment. Comme toujours. Pas un jour ne se passait sans qu’elle ne se perde. « Après, si tu veux te faire égorger, alors libre à toi. » « Continue d'être en colère ainsi, tu te feras tuer. » « Ce sera une défaite, ce sera la mort aussi. » « Lorsque tu te laisses aller ainsi, ce ne peut être pour le bien. » « Si tu es incapable de vivre sans la colère et la furie je ne peux rien pour toi. » « Si tu meurs, cela sera de ta propre bêtise »

Elle ferma les yeux, essayant de chasser les mots, les maux aussi. Derrière la dureté de ces derniers, il devait bien y avoir quelque chose de plus tendre. De l’inquiétude peut-être. Qui sait.

Je ne peux rien pour toi

Elle s’enfonça plus encore dans son siège, les sourcils froncés et les yeux toujours aussi clos. C’était faux. Ce qui était vrai, par contre, c’était sa tendance à n’agir que par pulsion. Quelle soit de peur ou de colère, Agheera ne faisait aucune différence. Alors un jour peut-être serait-elle effectivement sa propre perte. Mais qui était-il pour lui demander de changer autant, aussi vite. Que ferait-il si elle n’y parvenait pas ? Pas assez bien, ni assez tôt. D’une main tremblante, presque agressive, elle dénoua ses cheveux et les laissa tomber sur ses épaules. Elle était en colère oui. Contre elle, contre Bryndar, contre les gens qu’ils avaient rencontré dans la cantina. Contre lui un peu aussi, ses mots froid. Mais elle savait qu’ils étaient plus que ça, alors doucement elle inspirait, expirait, se calmait. Retrouvait un peu de clarté au milieu de ses yeux noirs.

« Cela t'arrange, n'est-ce pas ? Te cacher dans la cabine de pilotage et m'envoyer dormir comme un enfant... »

Percée à jour.

Parce que oui, ça l’arrangeait. Car là, seule, elle pouvait se voir telle qu’elle était dans le noir de ses paupières : écorchée, rugueuse, fissurée ça et là. Et même qu’il lui manquait quelques bouts parfois. Petite épave qui se voulait encore navire. Grande et fière. Alors qu’elle n’était que bonne pour être jetée. L’avait-elle blessé, en le rejetant tout à coup alors que ses démons refaisaient surface et qu’elle s’entêtaient encore à vouloir les combattre seule ?

Au creu de ses oreilles, il y avait un battement de coeur. Pas le sien, non. Plus calme et plus profond. Un coeur malmené, peut-être. Mais pas le sien. Elle se redressa, curieuse. Coupable aussi. Le pouls emballé, les mains se crispant sur les accoudoirs en cuir à sa droite et sa gauche.

Dormait-il ?

Elle se leva, parce qu’elle connaissait déjà la réponse avant même d’avoir osé la penser : bien sûr que non. Et elle en était certaine, alors, sans savoir pourquoi ni comment. C’était là, écrit quelque part dans son esprit aussi clair que s’il avait été question de savoir si elle s’appelait Agheera. Elle marcha, hésitante quand même -était-ce bien de l’inquiétude ? Ou lui en voulait-il ? La laisserait-il rentrer ? Et qu’allait-elle dire d’ailleurs, elle si peu à l’aise avec les mots ?- et s’approcha finalement de sa porte.

Mais elle ne fit rien, d’abord.

La main posée sur les commandes d’ouverture, elle fixait cette dernière le coeur plein d’appréhension. Agheera ne savait pas quoi faire, quoi dire. Elle savait seulement qu’elle voulait le voir, se faufiler jusque dans ses bras probablement aussi. Elle avait besoin de lui, en somme. Ses doigts se refermèrent en un poing sans qu’elle n’appuie sur la commande, elle soupira. Quelle idée stupide. Elle ne savait même pas quoi dire, quoi faire une fois à l’intérieur. Et si son instinct était faux, s’il dormait encore ? Elle ne voulait pas le déranger, et puis…

« Si dur que ça, de pendre une décision ? »

Elle se crispa, coupée dans ses pensées. L’avait-il entendu soupirer devant sa porte ? Agheera se mordit l’intérieur de la joue, prise la main dans le sac. Et elle appuya sur la commande de la porte qui s’ouvrit dans un souffle. La chambre était baignée dans une lumière suffisamment tamisée pour qu’elle puisse distinguer sa silhouette plus loin, entre les draps. L’avait-elle réveillé ? Elle resta un peu là, dans l’encadrure de la porte, sa silhouette dessinée par l’obscurité de la chambre et les couloirs lumineux. Silencieuse, le fixant sans dire un mot. Que dire, que faire. Elle entrouvrit la bouche mais rien ne lui venait, alors elle se ravisa.

Puis elle fit un pas en avant, deux, trois.

« Seth, je… » ses mains s’agitaient. « Je suis désolée d’être comme ça. » souffla-t-elle presque dans un murmure, entrelaçant ses doigts nerveusement. Ce n’était pas son genre de parler, plus encore de se livrer à quelqu’un. Même à lui.

« Je suis juste fatiguée. » et elle savait qu’elle n’était pas la seule, alors elle fit un autre pas en avant, s’empressa de continuer car les mots elle ne les filtrait plus. « De tout. De faire toujours les mauvais choix, dire les mauvaises choses. » elle posa sa main sur son front, soupirant. « J’ai l’impression de ne jamais avoir eu de choix, ou d’avoir toujours pris les mauvaises décisions… Et je le sais, je le sais tout ça. » ses doigts glissèrent dans ses cheveux et retombèrent vers ses hanches, las. « Tout le monde me le rappelle. Tout le temps, partout. D’être moins comme ça, plus comme ceci. Et j’essaie. Vraiment. »

Elle se sentait sans espoir, un sentiment qui la prenait à la gorge et la lui nouait.

« Mais c’est dur. » peina-t-elle à admettre. Agheera se pinça les lèvres un instant, la gorge trop nouée pour parler. « Un instant je suis sur Qi Lozar, et l’autre je me retrouve dans la résistance. Alors on me demande de changer du tout au tout, comme ça. Du jour au lendemain. » elle balaye de la main l’espace devant elle, les yeux humides. « Mais moi, ça fait des années que je ne sais plus ce que ça fait que… » une courageuse larme lui perle du bout des cils et elle la cueille avant qu’elle ne puisse rouler sur sa joue. « de ne pas avoir à se battre pour un oui ou pour un non. Plus depuis qu’ils sont partis. » Et elle prononce ce dernier mot d’une voix terriblement triste, puis elle soupire le coeur serré.

« Je changerais avec le temps. Mais pour le moment je suis celle que je suis. » elle inspire bruyamment. « Je sais que je suis difficile à vivre. Je le vois, je l’entends tous les jours. Je l’ai entendu dans ta voix. Et je suis désolée d’être comme ça. » Elle l’est, vraiment. Ça se voit dans ses yeux, s’entend dans sa voix qui commence à trembler.

« Je sais pas quoi faire… Je suis perdue. » elle rabat une mèche derrière son oreille, les mots lui manquent enfin. Eux qui lui échappaient des lèvres si facilement au début. « Et tu es la seule personne qui m’ait donné l’impression d’être à ma place. Aussi petite soit-elle. » Agheera soupire, crispée. « Je suis désolée, tu voulais peut-être te reposer et moi, je viens te déranger pour dire n’importe quoi… Pardon. »

À nouveau, elle se mure dans un silence. Le coeur lourd, si lourd qu'elle se demande s'il ne finirait pas par lui tomber de la poitrine. Elle reste là, les mains nouées, attendant un signe de la part de Seth. Quelque chose, n’importe quoi. Qu’il ne la laisse pas aussi bas.



« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Elle l'avait blessé, cela était vrai, lui faisant comprendre combien il était inutile pour elle malgré ses mots, malgré la place qu'il lui ouvrait là, au creux de ses bras. Elle, lui en donnait-elle seulement une ? Oui, il devait être là voilà tout, la porter, la récupérer au sortir de ses guerres et de ses colères, seulement Seth savait fuir lui aussi, un peu trop même.
Le silence enveloppait ses mots, enveloppait ses phrases, elle était jeune Agheera, pleine d'espoir aussi à sa manière. Cela la déservait, parce qu'elle ne voulait pas attendre, parce qu'elle voulait tout arracher de ses mains fébriles pour posséder ce qu'on menaçait de lui enlever. Calme et tempérance, deux tristes qualités qui lui manquaient, et comment lui dire ?
Comment lui dire que survivre, c'était s'adapter toujours, porter des masques, les retirer parfois, s'écorcher le visage plutôt que de se brûler au soleil d'un cœur malheureux ?
C'était se taire, ne pas écouter, ne pas s'écouter. Le serpent dans les dunes, le sifflement du sable au clair de lune alors que le désert mouvait, bougeait....
Il ferma les yeux, las, désespéré. Parce que depuis le début avec elle, Seth jouait avec son ombre, se conduisait comme l'homme qu'elle aurait aimé regarder. A présent il en était là, nu, écorché, à porter masques et costumes, à se faire renier son reflet.
Et que préférait-elle en cet instant ? Un homme debout bien sûr, elle n'avait plus besoin de l'handicapé que l'on peut chasser comme un enfant, elle voulait l'homme, le vrai, capable de la porter et de la protéger, de la plaquer contre le mur aussi un peu, juste assez pour l'embrasser, l'embrasser comme elle l'aimait.

 « Non tu ne changeras pas, tu ne changeras jamais.... Nous ne pouvons redéfinir ce que nous sommes, nous pouvons juste survivre, faire des concessions, comprendre aussi parfois. Savoir ce que l'on veut, blesser l'autre ou le protéger, mais chaque décision engendre des conséquences, bonnes ou mauvaises. L'univers est en équilibre constant, et nous avec... c'est ce que te dirais un jedi, c'est ce que je te dis moi. »

Et L'univers même sembla s'écrouler alors que lui, lui il se relevait, rempli de ses colères et de ses frustrations, le corps crispé de sentiments refoulés, mais il les ravalerait encore pourtant, il les ravalait toujours. Grand, bien trop grand face à la tendre silhouette d'Agheera, qu'est-ce qui le séparait alors de l'autre homme, celui qui lui avait tenu les hanches, qui lui avait embrassé les lèvres ?
Pour un monstre, elle avait dénoué ses cheveux, et elle était là, tremblante, désireuse aussi, désireuse de lui, d'autre chose que son silence, et il l'attira à lui un peu plus, les mains sur ses hanches, les mains qui ne la tenaient pas, qui l'effleuraient seulement, car son ordre était tout autre, loin des gestes, loin des corps.

Viens à moi... 

Les yeux dans les yeux, était-ce trop, franchissait-il une barrière lui aussi ? Oui, assurément, car il avait soif de lui montrer ce qu'il était au delà de l'ombre, au delà de l'homme. Il veillait sur ses nuits, il veillait sur sa vie mais il y avait autre chose aussi, cette nature ambiguë et profonde pour le couper du reste de l'humanité et qui en même temps lui donnait comme un pouvoir propre. Un pouvoir qui le terrifiait, alors pourquoi lui parler, c'était vouloir être jedi à nouveau ?

 « Et qu'attends tu de moi alors, qu'attends tu de mes réponses ? Il n'y a pas de vérité profonde à donner, on vit ou on meurt c'est tout. Dans les deux cas, cela demande de faire des efforts... On peut courir, c'est bien de courir, mais fuir....plus jamais. »

Fuir, se détourner un jour du regard d'une enfant, là dans une ruelle quelconque. Ne pas la tuer nous-même, simplement s'éloigner, s'effacer, laisser les autres loups s'approcher. Il aurait pu faire cela, il avait refusé. Pas sa nature finalement, et s'en rendre compte faisait presque mal, mais Agheera en était la preuve. Il lui tenait les poignets, il lui tenait les bras, là, au dessus du visage...

 « Alors, où veux-tu être ? Dans ton cockpit ? Devant un miroir à simplement regarder ton reflet ? Ici ? »

Et qu'elle était belle avec ces lèvres d'un rouge si particulier, comme un soleil couchant. Qu'elle était belle alors qu'elle se laissait noyer peut-être, là, prisonnière. Parce que l'homme la porta soudain, et c'était ça ce qu'elle voulait, non ? Quelqu'un de fort simplement, les points noirs dansaient devant ses yeux, la Force chantait en ses veines un chant d'agonie, il ne la déploya pas pourtant.

 « je l'ai senti t'embrasser...Alors, déjà prête à me quitter? »
made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Citoyen

Age : 26 ans, orpheline depuis 6 ans.
Messages : 491
Occupation : Ancienne mécanicienne pour la résistance, excellente pilote et combattante. Sensible à la force, mécanicienne sur la Watchtower à présent.
Localisation : Coruscant, précedemment D’Qar, originaire de Qi Lozar.
Race : Humaine, sensible à la force. Née dans un vaisseau en direction de Qi Lozar.

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen


seth & agheera
(codage by anaëlle)
Elle tremblait un peu, les muscles crispés et fatigués, la peur au ventre. Celle d’être rejetée car trop impulsive, trop bornée. La peur simplement d’être jugée coupable, alors que là était la première fois qu’elle se confiait à quelqu’un depuis bien trop longtemps. Et même Jayden et Ashleigh n’en avaient pas eu l’honneur. Même Ray n’en avait pas eu le loisir. Il n’y avait que Seth, maintenant, qui était témoin de son naufrage, du vent qui ne cessait de changer de direction, qui l’avait poussé jusqu’en dehors de ses limites. Il n’y avait que Seth pour lui donner l’impression d’avoir le droit, enfin, de baisser sa garde et d’attraper une main tendue, sans avoir honte, sans se sentir redevable.

Alors le coeur lourd elle attendait.

Qu’il se lève, qu’il dise quelque chose. Qu’il lui fasse comprendre que tout irait bien, maintenant, toujours, plus tard. Qu’il comprenne, aussi, qu’elle avait besoin de temps pour s’adapter aux autres, qu’il s’agisse de personnes, de coutumes, de cultures, de planètes. Tout lui était nouveau, tout était source autant d’angoisse que d’émerveillement. Et avec un pincement au coeur elle se rendit compte que de tout le temps qu’ils avaient passé sur Bryndar, elle n’avait même pas eu l’occasion d’ôter ses gants et toucher la neige. Si elle n’avait pas été si têtue, peut-être en aurait-elle eu le temps. Il avait raison, en continuant ainsi elle n’irait qu’à sa perte. Son regard se perdit sur le sol dans un soupire, triste soudain. Mais il remonta rapidement jusque vers le lit duquel Seth se leva sans un mot. Agheera se crispa un peu tandis qu’il s’approchait, grand et silencieux, elle recula d’un pas puis de deux avant de sentir les mains de Seth sur sa taille la pousser contre le mur derrière elle, l’y plaquer. Et sous son contact, elle finit par se détendre, n’attendant pas qu’il soit à sa hauteur pour se hisser sur la pointe des pieds et l’embrasser à pleine bouche. Un baiser qui se voulait salvateur, promesse interdite aussi. Que l’un soit toujours là pour rattraper l’autre lorsqu’il chute. Son dos se colla contre le métal du mur, froid, mais Agheera l’oublia rapidement. Car déjà elle venait encadrer le visage de Seth de ses mains, le tirant plus encore vers elle, renforçant leur baiser dans un soupire. Soulagée, apaisée un peu aussi.

« Non tu ne changeras pas, tu ne changeras jamais.... Nous ne pouvons redéfinir ce que nous sommes, nous pouvons juste survivre, faire des concessions, comprendre aussi parfois. Savoir ce que l'on veut, blesser l'autre ou le protéger, mais chaque décision engendre des conséquences, bonnes ou mauvaises. L'univers est en équilibre constant, et nous avec... c'est ce que te dirais un jedi, c'est ce que je te dis moi. »

Elle l’écoutait, ses lèvres effleurant les siennes, laissant leurs souffles se croiser, se mêler l’un à l’autre. Sa main contre son buste, plaquée là contre son coeur brûlant qui battait aussi vite que le sien. Les jedis, voilà qu’il parlait à nouveau de ces légendes qu’elle reniait car elles n’étaient que des contes pour enfants, des histoires au coin du feu, au fond des draps. Des histoires pour des oreilles faibles et endormies. Qu’elle même racontait à Scipio lorsqu’il était plus jeune, alors que ses yeux s’éclairaient d’une lueur maligne et admirative.

Mais c’est ce qu’il lui disait, lui.

Son coeur se serra, sa gorge aussi. Parce que soudain il n’y avait plus qu’eux et c’était à peine si elle sentait le sol sous elle. Il n’y avait que ses mains sur ses hanches qui parfois remontaient vers sa taille dans des caresses qui lui arrachaient des frissons. Et autour d’eux le vaisseau n’était plus, il n’y avait que l’air brûlant et électrique, que le bourdonnement et les mouvements lents. Plus que la tempête et le vent, les vagues et la marée.

Au milieu, il y avait lui pourtant.

Et pourquoi faisait-il toujours allusion aux jedis ? N’étaient-ils pas des légendes, des mythes ? Des histoires qu’on craint autant qu’on admire. Car pour tout héros il y a vilain, et ceux des jedis Agheera en avait fait de nombreux cauchemars. Alors accepter leur existence, c’était accepter la leur aussi. Sous ses mains, elle se tendit un peu, lui arrachant un autre baiser plus craintif, plus hésitant.

Elle doutait, un peu.

Il avait eu raison avant, pourquoi avoir tord maintenant.

Mais elle n’y arrivait pas, pas totalement. Il avait réussi à installer le doute là où avant il n’y avait eu qu’une certitude erronée, et pour le reste, elle continuait à vouloir avoir tord. Pourtant son instinct lui disait de le croire, de le suivre où qu’il aille. Mais cet instinct, Agheera l’avait combattu toute sa vie, pourquoi faire exception maintenant ?

Viens à moi…

Une voix, la sienne, alors que ses yeux se plantent aux siens. Noirs et profonds, plus encore qu’auparavant. Sa main sur son buste agrippe le tissu de son vêtement dans une poigne tremblante car elle reconnait cette même voix. Celle des couloirs, celle de souffle. La sienne ? Ses yeux s’écarquillent un peu, et elle veut s’écarter mais son corps semble ne plus lui appartenir, étranger.

Elle lutte, évidemment.

Car elle a peur, car elle ne comprend pas. Et si oui, elle veut plus que tout au monde réduire la distance qui les sépare, elle ne le veut pas comme ça. Pas alors que son esprit et son corps se battent la notion même de mouvement. Le dos d’Agheera se plaque violemment contre le mur derrière elle alors qu’elle réussit à se défaire de cette étrange emprise, loin de Seth, loin de… ça ? Et qu’était-ce alors, que venait-il de se passer ? Est-ce que cela venait de lui ?

Il avait eu raison avant, pourquoi avoir tord maintenant.

Mais les jedis n’existent pas, ils ne sont pas réels. Ils ne sont que des histoires, celles de ses parents. Mais ses parents lui ont mentis, des années et des années. Sur eux, sur la prime, celle qui la condamne à présent. Lui avaient-ils aussi menti quant aux jedis, quant à la Force ?

« Et qu'attends tu de moi alors, qu'attends tu de mes réponses ? Il n'y a pas de vérité profonde à donner, on vit ou on meurt c'est tout. Dans les deux cas, cela demande de faire des efforts... On peut courir, c'est bien de courir, mais fuir....plus jamais. »

Ses mots sont durs, encore. Ils s’ancrent avec violence ça et là. Et elle sent sa colère, la fait sienne sans savoir comment alors que quelque chose en elle se réveille, un feu peut-être, une tempête, qui sait. Et même si elle a mal, elle fronce les sourcils, se fait droite contre ce mur de métal.

« Je ne veux pas fuir, Seth, plus de toi, plus jamais. »
dit-elle. « J’essaie, crois moi.» Une colère étrangère dans sa voix alors qu’elle lève les mains pour les plaquer contre sa nuque, le tirer vers elle, car elle perd pieds doucement. Elle se sent sombrer, car l’air se fait trop lourd pour respirer. « J’ai fuis toute ma vie, mais je ne le veux plus, même si c’est difficile… »

Et au lieu de s’accrocher à elle comme elle s’accroche à lui, il lui attrape les poignets et la plaque plus encore contre le mur, les bras haut, piégée comme un vulgaire animal. Son nom s’échappe d’entre ses lèvres dans un souffle alors qu’elle l’interroge du regard. Mais elle ne rencontre que des yeux noirs de colère, aveuglés peut-être. Agheera reste silencieuse, le souffle court tandis que le bourdonnement se fait plus intense, plus menaçant. Le coeur fébrile, car elle a l’impression de n’être plus qu’un rien au milieu d’un tout. Et elle aurait eu peur si elle n’avait pas connu l’homme derrière l’ombre.

« Alors, où veux-tu être ? Dans ton cockpit ? Devant un miroir à simplement regarder ton reflet ? Ici ? »

Encore des mots durs, des reproches auxquels elle ne répond pas, blessée. La vérité c’est qu’elle ne sait pas, elle ne sait plus. Elle devrait être sur D’qar, aider la résistance, combattre pour une cause qu’elle savait noble mais qui lui était étrangère. Elle aurait dû rester sur Qi Lozar, s’occuper de ses rares proches, protéger Scipio des pilleurs et des bandits de passage. Mais elle voulait être là, aussi, juste ici. Pas dans le cockpit, pas sur Bryndar, pas même sur ce vaisseau. Elle voulait être quelques centimètres plus loin, le visage dans le creux de son cou. Alors de ses yeux humides roulèrent quelques larmes, chaudes et salées, tandis qu’elle détournait le regard et la tête, fixant le sol le visage crispé.

Ses épaules ployèrent sous le poids de l’air.

Mais elle ne disait rien, d’abord. Se contentant de se perdre les yeux fermés dans le coeur d’une tempête qui la terrifiait. Las de la combattre, elle se calma doucement la gorge animée par de rares sanglots qu’elle réfrénait.

« S’il te plait Seth… » se contenta-t-elle de souffler faiblement.

Elle ne voulait pas de ses mots durs, elle ne voulait pas de ses bras forts au dessus d’elle. Elle ne voulait pas de son regard noir ni de sa poigne, ni de la cage qu’il était devenu quelques instants. Et cela sembla suffisant pour qu’il la lâche, et qu’elle reste un peu là contre le mur, loin de lui. Les bras le long du corps et le regard vers le sol. Penaude, triste, las. Moitié de rien.

Jusqu’à ce qu’elle le sente s’approcher, la hisser contre le mur alors qu’elle entourait sa taille de ses jambes dans un geste presque trop naturel. Silencieuse, elle faisait couler ses doigts de sa nuque vers ses cheveux, les perdant dans ses boucles brunes, pensive. Rassurée d’être là, même si là était également le coeur de l’orage.

« Je l'ai senti t'embrasser...Alors, déjà prête à me quitter? »

Elle ne demanda pas comment, car Seth disait beaucoup de choses qui lorsqu’elle posait des questions engendrait bien des réactions. Et tous ces détails mis bout à bout commençaient à faire sens, amplifiant le doute qu’il avait immiscé plus tôt dans son esprit. Elle se concentra sur sa question, à la place.

« Comment pourrais-je... » murmura-t-elle doucement, la voix presque triste.

Et peut-être que de là se nourrissait sa colère aussi, ce baiser, ces mains. Elle posa son front contre le sien, frissonnante, se demandant comment pouvait-il penser une telle chose, s’imaginer qu’un jour elle déciderait de partir et ne jamais lui revenir. Pour lui montrer que non, elle se pencha et piégea ses lèvres des siennes dans un baiser qui se voulait tendre, rassurant. Mais qui vite s’incendia, et lorsqu’elle se sentit au bord du gouffre, près du point de non-retour, elle se recula. Une question sur le bout des lèvres, brulantes.

« Pourquoi ? » demanda-t-elle soudain. « Pourquoi est-ce que tu es si dur avec moi ? Qu’ai-je fait de mal ? »

Alors oui, elle le désirait. Plus que de l’eau au milieu du désert. Plus qu’une ombre entre les dunes. Mais elle ne pouvait pas s’empêcher de penser à ses mots, à son ton, à la colère dans sa voix et celle de ses yeux.

« Je… » commença-t-elle, hésitante soudain alors que son coeur peinait à se calmer. « Je sais que j’ai fait des erreurs, je me suis confiée, je me suis excusée, et toi, » elle fronça des sourcils discrètement « toi, tu m’as attaqué ? »

Autour de la taille de Seth, ses jambes glissèrent jusqu’à ce qu’elle ne soit plus que debout devant lui, toujours piégée, mais bien debout, le visage levé vers celui de Seth. Un peu défiante, un peu surprise par ses propres paroles par la réaction de Seth toujours, un peu perdue aussi.

« Est-ce que tu m’en veux à ce point ? »

Et dans sa voix, de l’inquiétude, et une blessure encore.



« soon enough my time will come
and all who stood in my way will fall. »


.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi

Let me be the ony one

Be near me when my light is low,
     When the blood creeps, and the nerves prick
     And tingle; and the heart is sick,
And all the wheels of Being slow.




Et sa colère était ce serpent alors, ce long corps sinueux, glacé comme la mort, invisible comme la vie, qui coulait hors de son cœur à lui jusqu'à s'enrouler à la gorge blanche et fine tendrement refusée, tendrement offerte aussi.
Il y avait des larmes entre leurs baisers, nul ne les essuya, pas lui, pas elle. Elles coulaient, voilà tout, cela devait en être ainsi...
Il y avait un combat, il y avait un chagrin, et combien de fois encore Agheera refuserait-elle de le regarder ? En lui, la bête agonisait, et la Force lui semblait un poison soudain. Comme s'il n'avait le droit de la posséder, de l'utiliser. Alors son cœur manqua un battement un peu, parce qu'il était à l'agonie, lui, l'handicapé, et ses mains tremblèrent, ses bras, son corps tout entier. Il la lâcha, il la lâcha et se recula, et là encore ses pas étaient maladroits, incertains, ceux d'un handicapé. Lui aussi il s'était confié pourtant, à elle, parce qu'elle l'avait dit grand, qu'il voulait le croire également.
Seth ne croyait plus en rien désormais, il sentait la douleur, celle qui était sienne, il sentait son propre silence aussi, celui de son âme écorchée, et peut-être en partagea-t-il un peu alors ?

 « Je ne veux pas te rendre dépendante d'un homme qui n'existe pas. »

Des mensonges et des espoirs, assez pour lui faire tourner la tête un peu, et cela faisait mal bien sûr. Alors l'homme, celui qui aurait voulu être debout, celui qui avait arrêté, abandonné, gisait ainsi, gisait assis, il se prit a tête entre les mains, assez pour étouffer un cri. Celui d'un animal que l'on abat. C'était la folie aussi, car il doutait trop, car il doutait de lui.
La main de Luke sur son épaule, un autre souvenir, une autre douleur, et les mots qu'il trouvait toujours aussi pour faire vivre son idéal, pour le donner à d'autres, transmettre une flamme. Une flamme qui à présent le brûlait de l'intérieur, car à Agheera il voulait l'offrir pourtant, lorsque la jeune femme refusait de tout son cœur.
Elle avait réussi à lui faire face un peu, les yeux dans les yeux, cela au moins était bien. Et il y avait de l'amour en lui, un amour qu'il ne savait comment lui offrir, comment lui donner. Les mensonges et les secrets, ils semblaient comme se dessiner sur le visage de l'homme, l'os de ses pommettes, la ligne de ses paupières, les ombres....

 « Là est ma colère....Tu peux te confier à moi, je t'écouterai, je te consolerai si j'y parviens et tu as raison pour la place que tu as au moins dans mes bras. Mais moi....pourquoi ne m'écoutes-tu pas ? »

Car le Chasseur de Primes ne pouvait exister sans le Jedi, là était un autre secret. Et le Jedi avait veillé sur la nuit d'Agheera, l'avait serré contre lui, l'avait porté lorsque le simple rôle du Chasseur avait été de l'épargner. Peut-être le Chasseur était-il mort en cet instant, Seth ne saurait dire, il devinait le poids des décisions passées, de celles à venir, il devinait le cœur battant de la jeune femme et les larmes qu'elle cachait encore, qui couleront un jour. Lui-même ne pleurait pas, à la recherche d'un calme qu'il ne possédait plus, celui des lâches peut-être.

 « Je t'attaque pour ne pas mourir... »

Et ses lèvres se tordirent alors en un triste sourire, celui qu'il avait toujours eu. Les cheveux en bataille de l'avoir serré ainsi contre lui, le cœur sombre, les yeux fatigués, et la Force lui chatouillait encore le bout des doigts pourtant, sauvage, affamée lorsque Seth ne pouvait s'en emparer. Il avait appris la leçon, les doutes et les peurs d'Agheera, et sa propre place dans le monde lui sembla changée, comme si l'on pouvait encore creuser plus bas. Son corps tremblait, il peinait à lever les bras pour simplement lui faire signe d'approcher, de venir. De venir à lui. Et ses pensées étaient vides, vides pour ne plus partager, lui faire entendre cette voix qu'elle détestait.

 « Ne me tues pas, s'l te plait... »

Trop tard, disait son âme en tourment, trop tard, battait son cœur amoureux, ainsi donc il y avait déjà un prix à payer ? Et s'ils partaient, s'ils se quittaient, se retrouveraient-ils alors ? Imaginer une vie sans elle, une vie entière, ah n'avait-il déjà pas eu assez de souffrances pourtant ?! Non,murmurait la voix de la femme qu'un jour il avait tué, non tu n'en auras jamais assez.

 « Ou alors fais le, mais fais le maintenant, j'en ai assez et je t'aime »
made by roller coaster



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

[Espace] -Each man is a little war - Agheera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'espace OL Saison 2010-2011
» Espace, frontière de l'infini vers laquelle voyage notre...
» Présentation de Maxime [Espace-Detente Sur Habbo] !
» Les orks et l'espace...
» UFO alerte dans l'espace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars, Rise of the Force :: RPs-