Eisenhorn et Roth - Destiny of an Empire



Sujets Communs

La soirée... - District Glitannai

Partagez | 
 

 Eisenhorn et Roth - Destiny of an Empire

STAR WARS - RISE OF THE FORCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Eisenhorn et Roth - Destiny of an Empire   15/3/2016, 01:38


Dernière édition par Dex Roth le 15/3/2016, 20:51, édité 5 fois



Palais Impérial de Bastion - Quartiers de l'Amiral Dex Roan Roth - 11h.

Une odeur intense de sueur flotte dans le salon de l'Amiral, ou une douce lueur tamisée transperce les volets entrouverts des fenêtres et tranche son corps , torse nu, en pleine série de pompes. Cela fait déjà trois heures qu'il s'est mis à l'entrainement. Il a peu dormi cette nuit. A vrais dire, cela fait plusieurs jours que le sommeil ne vient pas. Sans doute parce que son esprit fonctionne à un rythme effréné depuis que son plan est passé de la phase préparation à la phase recrutement. Creed, Solaris, et pas plus tard que dans une heure, Eisenhorn.

L'éminence grise et patron des renseignements Impériaux n'a pas hésité une seconde à répondre positivement à sa proposition de repas sur Bastion. Il est même question d'impatience, c'est dire. Si Creed et Solaris représentent des bras armés, Eisenhorn lui incarne les 5 sens qui permettront l'émergence d'une puissance imbattable.. Connaitre son ennemi, c'est déjà gagner la guerre à moitié. Cet homme représente un pilier indispensable à toute tentative de prise de pouvoir, car, ne nous le cachons plus, l’Amiral Dex Roan Roth est déterminé corps et âme à réformer massivement les Vestiges de l'Empire. De la tête dirigeante aux protocoles militaires en passant par les relations extérieures.

Dex est survolté. Cela n'est pas visible de l'extérieur, il a déjà désobéit aux ordres plus d'une fois, mais ce projet fou, c'est une sorte de défi dont il avait besoin. Il est joueur, et ceci est le plus grand jeu qu'il se soit proposé à lui même faute de stimulation extérieur. L'Amiral termine sa série d'exercices et prend une douche glacée. Il a besoin d'être frais et éveillé, autant que ne l'est Eisenhorn, dont il connait les lignes de dossier personnel par cœur, ainsi que des informations moins officielles, imprimées dans sa tête.

Au delà du constat des psychologues et officiers qui ont rédigés son dossier et n'ont déclarés que des états de service et un engagement exemplaire, Dex a décelé un homme nostalgique de la puissance, mais pas de l'ancien fonctionnement de l'Empire. Un homme qui rêve plus grand pour la galaxie que des dirigeants dépenaillés ou amateurs de basses politiques. Un homme joueur également, qui recherche, peut être tout comme l'Amiral Roth, un défi à la hauteur de ses capacités, fussent-ils obligés de le créer eux mêmes.

Roth, une fois la douche terminé, s'habille comme toujours réglementairement, et se dirige d'un pas qu'il s’efforce de maintenir calme. C'est la première fois que ses jambes réclament une démarche bondissante, que son cœur semble accélérer, que ses poumons brassent plus d'air que la normale, semblants réclamer autre chose que de l'oxygène. Serais-ce le frisson de la conspiration ? Il avait entendu dire que c'était une sale sensation, qui vous paralyse, vous étouffe, vous détruit de l'intérieur en vous maintenant dans l'angoisse, la crainte, le méfiance.

Eh bien, il sembleraient que les autres soient fous. Dex a l'impression de respirer la vie à l'état brut, de penser, de vivre, réellement vivre consciemment, pour la première fois de sa vie. C'est non pas une découverte émotive, c'est une véritable renaissance, la découverte de sa vie. Plus rien ne serais jamais pareil désormais, et il ne pourrait plus jamais rentrer dans le rang l'esprit vide.

Le temps de l'action est venue.

L'Amiral s'installe dans un restaurant d'officiers peu fréquenté. Peu de gens l'apprécie, se plaignant de la qualité des aliments. Cependant, c'est le genre d’établissement à l'ancienne ou le Chef sert ce qu'il a de meilleur à ceux qu'il porte dans son cœur, et laisse aux autres ce qu'ils méritent. Et il se trouve que Dex et le chef sont en d'excellents termes. C'est bien pour cela que Cyrus Eisenhorn, qui semble gourmet, vas être comblé.

Roth, installé devant la meilleure table, située au sommet de l'établissement avec une superbe vue sur l'extérieur, dépourvue de voisins vient de repenser à une anecdote amusante. Le fait est que le chef lui a, depuis qu'ils se sont trouvés en excellentes relations, dit que s'il avait une affaire officieuse à régler, un jour, il n'avait qu'a demander cette table.

Un brin insouciant et risqué dirait-vous ? Voici une des composantes de l'esprit de Dex: Le poids et l'influence que les rapports humains les plus élémentaires peuvent avoirs sur la vie, toutes échelles confondues. C'est bien pour ça qu'il est amusé, sincèrement amusé, sans aucun cynisme ou quelconques arrières pensés. Le simple amuse beaucoup Dex. Et en l’occurrence l'idée que ses plans reposent en partie sur la sincérité d'un cuistot l'émerveille littéralement, à la limite de la jubilation du ridicule. Rendez vous compte, même le cuisinier du restaurant le moins réputé des officiers auras participé à l'éveil du Nouvel Ordre. Il y a de quoi rire. D'ailleurs, Roth, dos à la table et face à la fenêtre, est frappé d'un rictus incontrôlable en pensant à la situation.

Mais, les bruits de pas parcourant la passerelle qui mènent à l'unique table de cet étage sonnent le coup d'envoi de la rencontre au sommet, sans l'ombre d'un doute, des deux plus grands cinglés ambitieux de tout les Vestiges de l'Empire. Pourquoi les deux plus grands ? Parce que ces deux hommes ont compris lorsque leurs regards se sont croisés au centre de cette passerelle que vouloir, c'est pouvoir, et Pouvoir, c'est Vouloir. Et ces deux hommes, ensembles, Pouvaient. Il est donc tout naturel qu'ils veulent.

Un regard extérieur pourra parler de caprices de deux mégalomanes, mais ceux qui aurons réussis à préserver leurs esprits suffisamment longtemps pour l'éveiller pleinement dirons, simplement et sobrement: Ces hommes ont choisis de vivre.

C'est donc plein de vie que Cyrus Eisenhorn, penchant vers l'avant comme un animal pris d'une curiosité alimentaire ,les mains dans les poches, la démarche bondissante, le regard affamé, un sourire impatient fiché sur les lèvres, se dirigeais vers un Amiral Roth, ayant troqué son dos bien droit pour un dos plus courbé, plus humain, bestial, trahissant une résurgence de sa nature profonde, un sourire étrange sur le visage, un regard ouvert et pétillant, que personne ne pouvait se vanter de lui avoir déjà volé un jour, jusqu'à aujourd'hui.

Ici, dans l'espace d'un regard entre deux hommes, dans un restaurant de mauvaise réputation, le destin de milliards de vies venait de changer.
Revenir en haut Aller en bas
 

Eisenhorn et Roth - Destiny of an Empire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars, Rise of the Force :: Bastion [Vestiges de l'Empire]-