Tris et l'Amiral Roth.



Sujets Communs

La soirée... - District Glitannai

Partagez | 
 

 Tris et l'Amiral Roth.

STAR WARS - RISE OF THE FORCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

MessageSujet: Tris et l'Amiral Roth.   4/4/2016, 01:22




Orbite de Bastion, Vaisseau Amiral de classe Imperator.

L'Amiral Roth est arrivé hier sur ce vaisseau afin d'accueillir de nouvelles troupes. En général, les Amiraux et autres hauts-officiers délèguent ce genre de tâches à leurs subordonnés, mais Dex est un commandant qui aime être proche de ses troupes. Il est de la vieille école, toujours prêt à aller au charbon avec ses hommes, et à faire le nécessaire pour établir une vraie relation de confiance avec ces derniers. De ce fait, l’accueil effectué, l'Amiral s'est dirigé vers sa cabine de fonction afin de s'entretenir physiquement. Le voici donc en pleine série de pompes/abdominaux sur le sol de sa cabine.

Aujourd'hui, il reçoit une officier de renseignements, la dénommée Feht'ris'sharo, une Chiss.  C'est un cas assez atypique. En effet, les non-humains ne sont que rarement acceptés au sein de l'Empire à moins d'être très doués, et encore, on en fait des sous-officiers au mieux. Dex n'a pas de problèmes avec ça, la curiosité balayant les préjugés habituels. C'est donc avec grande impatience qu'il attend la venue de cet officier qui vient lui faire son rapport, fraîchement revenue de Coruscant.

Habituellement, ce n'est pas lui qui est responsable de ce genre de rapports, mais sans doute qu'un carriériste xénophobe de première main a préféré déléguer son entrevue avec la Chiss en jouant avec ses relations. Pleutre. Cela dit, c'est une aubaine pour Dex qui est toujours assoiffé de nouvelles rencontres qui sortent de l'ordinaire. De surcroît, Déjà en de bons termes avec Cyrus Eisenhorn, le patron des renseignements, si cette petite est douée, il pourrait bien l'orienter vers ce dernier, un brin raciste mais il sait faire la part des choses. Et si ça ne lui convient pas, Roth s'occuperas personnellement de l’ascension de cette Chiss.

Il pourrait d'ailleurs avoir grand besoin de ses capacités dans ses projets personnels. Si cette fille est conforme à ce que Dex a décelé, elle pourrait même le suivre dans son entreprise officieuse. Mais nous n'en sommes pas encore là.

L’Amiral se redresse et se dirige vers le salon, situé juste devant l'entrée. Il tourne la tête vers la salle d'eau, mais se décide à retourner au sol pour une nouvelle série d'exercices. Il a le temps d'en faire quelques-une avant que l'on frappe à la porte. Effectivement, il était déjà l'heure de la rencontre.
L'Amiral, un brin surpris par la vitesse du temps, se redresse et se sert un verre d'eau tandis qu'il déclare " Entrez ".

Tandis qu'il boit, debout, en treillis et torse nu, humide et un brin balafré, il passe une serviette autour de son cou.

La porte s'ouvre et l'officier Feht'ris'sharo entre, se place au garde à vous, et s'annonce, réglementairement.. Roth, de profil, déclare immédiatement " Repos, venez donc vous asseoir Lieutenant ", désignant un fauteuil confortable, face à un autre.
Cette dernière ferme la porte et se dirige vers le fauteuil. Roth lui tourne le dos, la tête dans le bar " Vous désirez peut être un rafraîchissement ? " tourne la tête de profil, la contemplant tranquillement, droit dans les yeux, un léger sourire poli aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Empire

Age : 29 ans
Messages : 1068
Occupation : Capitaine de la Flotte Impériale - Le Percutant - Ligne de surveillance du Vigilant
Localisation : Flotte Impériale - Bastion - Coruscant
Race : Chiss

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Empire



Triss et l'Amiral Roth
Triss et l'Amiral Roth

L'alarme raisonna dans les quartiers des officiers, tirant la chiss du sommeil où elle avait fini par plonger.

- Nous approchons du secteur Braxant, sortie de l'hyperespace dans 30 minutes -
- Toutes les équipes regagnent leur poste -

Triss ouvrit les yeux alors que la lumière se faisait progressivement dans l'habitacle. Elle se redressa difficilement et se frotta le visage. Combien ? Trois heures à peine… Ce n'était pas encore un temps de sommeil digne de ce nom, mais c'était mieux que rien ; elle pourrait bien faire avec. Elle enfila rapidement son uniforme et rattacha ses cheveux tout en passant mentalement en revue la situation. Le voyage avait duré près d'une journée standard complète, elle était restée à son poste une bonne partie du trajet, les rapports et notes venant de Coruscant arrivaient sans trêve et, vue la situation elle n'avait voulu prendre aucun retard dans le traitement de ce fouillis de données. Depuis le départ de Coruscant, elle ne s'était que rarement éloignée de son terminal et jamais pour bien longtemps, sa plus longue pause avait été son déplacement obligatoire à l'antenne médicale pour vérifier l'avancée de sa guérison. Les trois heures qu'elle venait de s'offrir sur la fin du périple était le mieux qu'elle ait pu s'offrir jusque-là. Mais ça lui suffirait, elle se sentait suffisamment alerte pour l'arrivée et se surpris même à se sentir parfaitement reposée alors qu'elle traversait le vaisseau d'un pas vif. Son pied était loin d'être guérit mais les anti-douleurs fonctionnaient à merveille et contribuaient sans doute à son impression de forme.

Quelques minutes plus tard, elle prenait son poste sur la passerelle, activa son terminal et s'identifia. C'est avec un certain soulagement qu'elle constata qu'elle n'avait pas trop de nouvelles données à ajouter à son rapport et sourcilla quand elle vit la notification d'une communication prioritaire. Et non des moindres, l'officier se félicita d'avoir pris le temps de vérifier les dernières nouvelles avant l'arrivée, car elle venait d'apprendre que son debriefing se ferait, non plus sur Bastion, mais à bord du Vaisseau Amiral. Elle pesta en silence et s'empressa de changer son plan de route. Ce n'était pas la première fois qu'on lui faisait le coup du changement de dernière minute, elle l'avait toujours vu à temps, mais ce genre de plaisanteries avait tout de même le don de l'exaspérer. Elle finalisait son transfert quand ils sortirent de l'hyperespace, la baie vitrée de la passerelle laissant voir la surface de Bastion, si proche et si lointaine, tournant lentement suspendue dans le vide spatial. Le croiseur pivota en achevant son ralentissement et ils passèrent dans l'ombre d'un bâtiment autrement plus massif : le vaisseau amiral. Sa destination. Elle verrouilla son poste et quitta le pont.

A l'heure prévue, elle se tenait devant la porte des quartiers où elle avait été convoquée. Sur la route, elle avait été surprise d'apprendre qu'elle serait reçue par un Amiral en personne, Dex Roth, un nom qu'elle connaissait, tout naturellement. Des amiraux, elle en avait surtout croisé de loin, son travail l'amenant régulièrement à superviser les manœuvres spatiales, sa place était bien souvent sur les passerelles ; mais jamais elle n'avait directement eu affaire à l'un d'eux. Elle n'était tout de même que Lieutenant, après tout. De souvenir, il avait la réputation d'être quelqu'un d'assez atypique, elle en eut la confirmation à l'instant même où elle passa la porte pour se présenter dans les quartiers de l'Amiral Roth. Seuls plus de dix ans comme militaire et une impressionnante maitrise d'elle-même l'empêcha d'afficher un air interloqué qui se serait pourtant justifié en le découvrant, torse nu, la peau luisante de celui qui vient de se livrer à quelques exercices sportifs, et qui la reçu comme si tout ceci était la normalité même. Sans se laisser démonter, l'officier salua son supérieur.

- Amiral Roth, je suis le Lieutenant Triss, je vous apporte le rapport de la reprise de Coruscant.

Il l'invita à s'asseoir, semblant préférer les approches moins formelles, l'officier n'y était pas des plus habituée mais elle s'exécuta sans marquer le moindre signe de surprise. Elle en avait vu des olibrius dans sa carrière et c'était loin d'être la situation la plus étrange dans laquelle elle s'était trouvée. "Avec plaisir. C'est du brandy Corellien ? C'est parfait." Répondit-elle en prenant place, optant elle aussi pour une attitude informelle. N'ayant pas encore bien cerné l'homme devant elle, elle préférait s'en tenir à un comportement neutre et répondit à son regard par un sourire respectueux, notant qu'il n'avait pas l'air hostile, méfiant ni montrant une quelconque pensée négative face à elle. Cela faciliterait les choses, combien de fois n'avait-elle pas été spontanément ramenée à sa nature non-humaine dès le premier instant face à un haut gradé de l'Empire. C'était un détail qu'elle avait appris à voir comme un avantage : bien souvent l'ouverture d'esprit accompagnait une certaine intelligence et donc des gens enrichissants, ça lui permettait de faire très vite un tri entre ceux qui auraient peut-être un intérêt, et les autres. Elle déposa son dossier comportant la synthèse des rapports de l'occupation de Coruscant sur le bureau qu'elle ouvrit d'une main, l'autre étant toujours immobilisée et bandée de l'épaule au bout de la main, manque de chance, sa main gauche était sa main d'usage.




Cette Chiss était décidément loin d'être dupe ou naïve, ça ne fait plus aucun doute. Pas difficile de remarquer qu'elle sait dans quelle cour elle joue, et elle sait exactement ce qu'elle risque, ou pas. C'est étonnant que les services n'en ait pas déjà fait une taupe, à moins que ce ne soit déjà le cas, mais pour ça, il faudrait qu'ils aient revus leurs positions sur les non-humains, ce qui n'est pas pour demain la veille aux dernières nouvelles.

Elle se bat, parce que c'est ce qu'elle fait de mieux hein ? Intéressant. Je pourrais lui donner l'occasion de se battre pour quelques choses de plus grisant que de se contenter d'être utile, mais ce n'est pas encore l'heure. Pour le moment, il va falloir manœuvrer finement pour attiser sa curiosités, sans l'effrayer. Ce serait vraiment bête de se faire avoir par les services maintenant, car il n'y a pas de doutes qu'elle y est affiliée un minimum. Ce Lieutenant pourrait bien représenter sa réussite ou sa chute définitive. C'est grisant, et l'Amiral compte bien jouer le jeu sans restrictions aucune. Cependant pour rallier ce type de profil, la procédure est particulièrement simple sur le papier, mais excessivement complexe dans sa réalisation. Cela fait longtemps que Dex n'a pas eu à faire à ce  genre de cas. Il espère ne pas être trop rouillé.

La première étape, c'est la destruction de la confiance, et pour une nostalgique, ce n'est pas une mince à faire. C'est pourquoi Dex a posé la question de sa raison de combattre, avant d’enchaîner avec son souhait de la compter parmi ses troupes. Evidemment qu'elle va être soupçonneuse, mais c'est justement l'occasion de troubler son schéma de réaction pré-établi, et de la traîner sur le terrain de Dex: Le fond des Tripes.

Ici, toute la formation des commandos ou autre corps de renseignements est inopérante. Fidèle à elle-même, la Chiss demanda à Dex de définir ce qu'il entendait par "quelqu'un comme moi", ainsi que ce qu'il attendrait d'elle. Prévisible, et c'est bien le moment d'en profiter.

Dex répond donc après s'être tourné vers elle: "Comme vous, cela signifie doté de certaines caractéristiques que beaucoup considéreraient comme des défauts. Vous faites ce que l'on vous demande, et vous le faite bien. Dans le même temps, vous analyser, et vous constatez que le résultat finale pourrait être bien meilleur si l'on changeait quelques paramètres de l'équation. Cependant, il est interdit de modifier l'équation. Et, voilà le résultat." Il aspire une bouffée qu'il expire en même temps qu'il répond. "La stagnation. Or, en biologie, il est établit que stagner c'est le début de la mort. Et comme vous l'avez dit, ce qui reste de l'Empire stagne depuis longtemps maintenant. Combien de temps pensez-vous qu'il reste avant qu'une coalition inter-système, stimulée par les occupations sauvages de nombreux mondes, ne se forme et détruise définitivement le peu qui a été sauvé ? Combien de temps avant qu'un ennemi plus dangereux encore que celui que je viens de citer ne se réveille, et s'approprie ceci ?" Tendant un bras vers la fenêtre, Bastion et la flotte en orbite.

Dex reporte son regard vers Triss. Plongeant son regard dans le sien, quelques secondes, avant de déclarer d'une voix résolut qui plonge directement dans le ventre "Ce que j'attendrais de vous, Lieutenant, c'est que vous fassiez votre devoir. M'aidez à préserver nos hommes, nos ressources, et préparer la guerre qui s'annonce, mais que personne ne semble voir se profiler au loin."

Dex s'avance droit vers elle et se stoppe à un mètre d'elle. "Ce que j'attends de vous, Lieutenant, c'est d'appliquer le pragmatisme dont vous êtes dotée, dans l’intérêt de la flotte. Ni plus, ni moins."

Il conclut en portant la cigarette à sa bouche une nouvelle fois, tout en la regardant, puis se dirige lentement vers un fauteuil ou il s'installe, non loin. Il croise une jambe en observant la pièce, à nouveau en réflexion passive.

Il pose, sans avoir à aucun moment laissé la Chiss répondre, une dernière question, sur un ton paisible et énigmatique: "Vous les entendez Lieutenant, les tambours qui approchent ? Des tambours, qui ont disparus depuis Endor. Des tambours, qui sont sortis de leurs silence depuis les attentats de Yavin." Il fume à nouveau et conclut: "Ils reviennent".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Empire

Age : 29 ans
Messages : 1068
Occupation : Capitaine de la Flotte Impériale - Le Percutant - Ligne de surveillance du Vigilant
Localisation : Flotte Impériale - Bastion - Coruscant
Race : Chiss

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Empire
MessageSujet: Re: Tris et l'Amiral Roth.   16/4/2016, 20:25


Triss et l'Amiral Roth
Triss et l'Amiral Roth

Il y avait deux types de hauts-gradés dans la flotte : les premiers étaient de ceux qui avaient toujours suivi scrupuleusement les règles de l'Empire. Souvent arrogants, fermés, n'avaient parfois jamais rien accompli, ayant obtenu leurs grades par l'influence ou l'usure, agrippés à leurs privilèges comme s'ils leurs étaient dus et, surtout, fermement opposés au moindre changement qui aurait alors impliqué une certaine prise de risque pour leur position ou leur vie.
Les autres étaient de ceux dont les noms marquaient régulièrement l'histoire, qui faisaient la différence dans l'issue d'une bataille. Ils étaient reconnaissable par leur singularité, là où les autres ne semblaient que des purs produits impériaux et difficilement discernables les uns des autres. Ce qui unissait le second groupe était cette capacité à réinterpréter les choses, se mettre en danger dans le but d'apporter leur pierre à l'édifice qu'était l'Empire.  Bien sûr, tous ne faisaient pas cela par pure abnégations et leur niveau de divergence face aux règles étaient également très variable. Tarkin par exemple compensait sa rigidité dans les règles par une mégalomanie qui à elle seule justifiait son entrée dans l'Histoire par la grande porte. Et il y avait les meneurs admirables aussi, ceux qui se détachaient du lot par une certaine sagesse et un dévouement exemplaire, dans le cas de Pellaeon envers qui Triss nourrissait un profond respect.

Pour le moment, elle ne parvenait pas à placer de manière stable Roth sur l'échelle Tarkin-Pellaeon. Il était évident qu'il n'était pas conventionnel, c'était même surprenant qu'il ait atteint un telle grade sans faire d'avantage de vagues. Il l'affichait clairement et ce bien avant qu'elle n'ait elle-même partagé son avis sur la nécessité de bousculer certaines habitudes, ce qui la poussait à penser qu'il manquait peut être de prudence. D'ailleurs, elle nota dans son argumentaire certaines formulations choc, la notion d'un ennemi puissant, la rhétorique de ses questions, elle commençait à y entrevoir une personnalité impulsive et qui cherchait à agir vite. Pourtant, son nom n'avait jamais été bien remarqué, jusqu'à présent, noyé dans le nombre d'amiraux de la flotte malgré leurs effectifs de plus en plus restreints. Il avait le caractère de quelqu'un qui aurait dû se démarquer, pourtant il ne l'avait pas fait, pas encore. Elle prit pensivement une nouvelle gorgée de son verre et remarqua qu'elle venait de le finir.
L'empressement de Roth ne pouvait signifier qu'une chose : il s'était contenu durant toute sa carrière et passait seulement à l'action, il s'était comporté de manière conventionnelle, attendant le bon timing pour se révéler. Selon ses réelles intentions, cela pouvait soit aboutir à quelque chose d'excellent, soit au contraire causer de très grands dégâts.

Et Triss avait tendance à se méfier de ceux clamant haut et fort leur non-conformité pour le bien commun.

Mais dans l'état actuel de l'Empire, ils auraient bien eu besoin de quelques enthousiastes pour remettre l'ensemble sur les rails, à condition de savoir bien orienter lesdits rails. Chez ce type de personnes, affichant la volonté la plus louable et une détermination évidente, il ne fallait que peu pour faire la différence entre un héros ou un traitre. La grande question qui restait alors en suspens dans l'esprit de la chiss était : serait-elle capable de canaliser pareille personne à elle-seule afin que cette énergie soit effectivement orienté dans le sens de l'Empire ? Elle n'avait que peu le choix, il avait dévoilé ses intentions et semblait décidé à la convaincre, elle n'était pas acculée mais si elle écoutait son bon sens, ce qu'elle faisait toujours, elle aurait été bien bête de refuser tout net cette opportunité.

Il acheva son argumentaire par une formulation de rhétorique pure et imagée sur une menace liant Endor à Yavin, faisant hausser un sourcil circonspect à la chiss qui, une fois de plus, n'avait que méfiance pour les orateurs compulsifs.

- Mon pragmatisme, comme vous dites, pourrait aussi bien ne pas aller dans votre sens. Nota-elle d'une voix posée.

Elle marqua un silence, à son tour, l'air pensive. Il n'avait pas pu faire référence à Yavin sans que cela ne soit intentionnel. Officiellement, l'Empire ne démentait pas les accusations quant à leur implication, mais personne ne semblait réellement au courant de ce qui s'y était passé. Triss avait capté les communications républicaines faisant état de troubles à Yavin, elle avait rapporté ces sources au commandement qui lui avait alors semblé tout aussi surpris qu'elle, les mesures prises alors l'avaient été de manière efficace mais néanmoins hâtives, qui l'incitaient à penser que si l'attaque de Yavin avait été prévue et provoquée, l'attaque de Coruscant aurait pu être bien mieux coordonnée. S'il y faisait référence, c'était qu'il comptait sur sa curiosité, en cela elle voulait bien aller dans son sens de son plein grès.

- J'imagine que vous comptez m'éclairer sur ce "ils" et sur cette fameuse menace. J'ai bien peur de ne connaitre que la version officielle de l'affaire de Yavin. Elle inclina légèrement la tête. Vous avez ma curiosité, Amiral Roth. Plus de grandiloquence ne me semble pas nécessaire. Dit-elle, reposant son verre vide sur la table.