Heroes of tales unsung, untold [Reika]



Sujets Communs

La soirée... - District Glitannai

Partagez | 
 

 Heroes of tales unsung, untold [Reika]

STAR WARS - RISE OF THE FORCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi


I am a broken mirror

Etait-ce bien, être ici ? La chambre petite et obscure, le silence, les couloirs du vaisseau dans lesquels, seul, il ne saurait se retrouver. Parce que son cerveau était ainsi, différent, mal programmé, mal branché, qu'il y avait trop d'erreurs à l'intérieur pour espérer le réparer. Des choses pouvaient parfois simplement ne pas être adaptées, une vie aussi. Gauche, droite... des concepts qu'il comprenait dans leurs définitions, mais qu'il ne pouvait appliquer, de même que l'espace, pas celui des étoiles et des galaxies, mais l'environnement propre dans lesquels tous, ils avaient à évoluer.
Il jouait la comédie, faisant semblant que tout allait bien, assez pour convaincre les autres, assez pour ne pas demander de l'aide, assez pour avoir honte aussi parce que si c'était facile de faire semblant, pourquoi ça ne l'était pas en vrai ?
Chasseur de Primes, il n'avait réussi que par chance, avec l'aide de compagnons parfois ou bien tout simplement par sa simple présence imposante qui suffisait à intimider. Alors même que niveau tir au blaster, c'était moyen, voir catastrophique.
Et personne n'avait vraiment remarqué, car il avait tué aussi, trouvant d'autres moyens que le blaster. Et puis il y avait eu le code d'honneur, celui qui justifiait les raisons pour lesquelles il prenait si peu de contrats ou bien tout simplement ne les exécutait pas. Avait-il caché son impossibilité à effectuer une action derrière de quelconques valeurs ? Peut-être, son handicap se nourrissait de beaucoup de choses, son désir de survie aussi. Peu importe les raisons de ses choix néanmoins, Seth avait convenu très tôt avec lui-même de les assumer cependant. Les morts et les vies.

Alors, assumait-il d'être ici ? Il pensa à la Force, il pensa à Elle, cette énergie qu'à présent l'homme pouvait laisser libre. La Force s'en foutait de la droite ou de la gauche, elle s'en foutait que ses sens lui mentent et que ses membres soient incertains, parce qu'elle répondait à bien d'autres lois. Avec la Force, s'il était assez concentré, ses instincts sauraient prendre le dessus, l'aider et le guider. Mais alors, n'était-ce pas tricher également, porter un autre masque quant à son état ?
Très tôt, Seth avait dû apprendre à ne pas se définir par rapport à d'autres, raison pour laquelle la solitude ne le dérangeait que peu, néanmoins il ne pouvait échapper à leurs jugements. Des blessés, des handicapés, il y en avait d'autres, il y en aurait toujours, fallait-il comparer les souffrances et les mal-êtres ? Non, il fallait aider, voilà tout. Dans la mesure des moyens, dans la mesure des cœurs et des vies. Et chaque personne devait être aidée différemment également...

Alors, avait-il des amis, ici ? Il avait des frères et des sœurs, bien que peut-être certains ne le considèrent lui que comme un demi-frère bâtard un peu particulier, ce en quoi il ne pouvait leur en vouloir. Mais après ? Oui, oui il en avait, et cela il le martelait à son cœur fatigué car la Lumière en avait besoin. Besoin qu'il sente en lui des émotions positives, même s'il choisissait de rester seul encore un peu.
Seul.

Il avait fait envoyer une transmission à Agheera, à la jeune femme de choisir de lui répondre ou non. Mais, conformément à ses souhaits à elle, il continuerait à être debout. Quant aux Siths... L'idée de vengeance le brûlait encore de temps en temps quand il repensait à tout ce qu'il avait failli perdre, mais telle n'était pas la Justice pourtant. Balance, équilibre... S'ils s'affrontaient, que cela soit dans une guerre capable d'en valoir le coup plutôt que le bruit et la fureur. Commencer à redonner un sens à chaque chose, une valeur...

Des coups à sa porte soudain, il n'attendait personne. Depuis que Kilian l'avait mené au vaisseau, Seth se mêlait peu aux autres, cherchant à retrouver d'abord seul un calme intérieur plutôt que de leur imposer des peurs et des doutes sur lesquels ils ne pourraient agir. Il savait se maîtriser, lui, ses émotions, il savait passer outre. Une vie de frustration, une vie à savoir que l'on serait toujours coupé des autres, anormal, cela aidait à comprendre que la peur ne pouvait rien vous enlever puisque, de nature, vous étiez sans valeur.

Encore une série de coups : peu importe son visiteur, il ne partait pas. Alors Seth ouvrit la porte, découvrant à son seuil la jeune fille bien décidée. Elle ressemblait peu à son père, Reika, une bénédiction pour elle. Kilian lui avait dit bien des choses de leur lien, mais Seth n'avait pas besoin de cela pour apprécier la gamine.
Il se souvenait du temple jedi après tout, de la voix de Reika s'élevant sans hésitation, sage et décidée, pour le défendre lui face à ses propos que l'on déformait. Il se souvenait, oui, il n'oubliait pas, et cela traduisait toute la lumière que la jeune fille portait, elle capable à un si jeune âge de pendre parti pour rétablir des injustices minimes ou non.

 « Bonsoir princesse, qu'est-ce que tu caches dans ton dos ? « 



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 24 ans
Messages : 760
Occupation : Padawan, Chevalier Jedi en devenir, et rebelle.
Localisation : En refuge sur l'Egide, anéantie, brisée par la perte de son dernier parent, de son père, Kilian.
Race : Humaine
DC : Athea Rhane

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi


I am a broken mirror

Les entraînements se succèdent, toujours plus, toujours plus loin, avec tous les Jedi à bord. Sa détermination contraste parfaitement avec la douceur dont elle fait preuve à l’égard de tous. Mais Reika a fait une promesse à son père, depuis un certain temps déjà : Celle d’apprendre de ses échecs, et de s’en servir pour progresser. Ne plus seulement se battre, mais surtout, apprendre à combattre en vue de son prochain face à face avec des Siths. Depuis le District 1313, les cauchemars avaient diminué avec le temps, son face à face avec un sith s’était fait moins présent dans son esprit fragile et torturé. Cependant, il lui arrivait toujours d’émerger en sursaut, à tel point qu’elle en réveillait Elyas, aux aguets toutes les nuits pour s’assurer d’être présent auprès d’elle. Elyas. Leur relation n’affichait aucune ombre au tableau, si ce n’est le tempérament protecteur du brun. Mais pouvait-elle le blâmer ? Elle savait bien qu’il avait peur pour elle, autant qu’elle avait peur pour lui. L’attentat, Coruscant, tout ça avait fait une accumulation qui les forçait à être vigilants. A cela s’ajoutait leur relation fraîchement admise, quand bien même la brune en était amoureuse depuis plus de dix ans. Lorsqu’ils étaient des enfants sans histoire sur Coruscant, c’était simple. De jeunes Jedi susceptibles de basculer du côté obscur à tout moment, c’est plus délicat. Alors, ils se donnaient du temps, apprivoisaient leur couple sans se cacher au reste de l’Ordre, et pour l’instant… les choses se déroulaient plutôt bien. Néanmoins, méfiante, la jeune Amnell demeurait sur ses gardes. L’histoire funeste de Padme Amidala et Anakin Skywalker lui reste en tête.

Mais aujourd'hui, elle n'a pas le courage de se battre, ni même l'envie. Après avoir passé un certain temps avec son homme, puis à embêter son père qui ne manquait toujours pas de lui rappeler son arrivée fracassante sur l'Egide avec Jayden, elle avait entrepris de faire une surprise à un autre Jedi. Seth. Quand bien même ce dernier se considérait différent des autres, Reika lui portait une affection particulière. C'est pourquoi en fin d'après midi, elle se décida à aller dans le couloir des cabines, pour trouver la chambre de Seth. Elle frappa à la porte, d'abord une première fois. Le savoir confiné dans cette petite chambre ne lui plaisait guère. Son père avait ramené le jeune homme au vaisseau, et depuis, c’est à peine si elle l’avait vu, et quand bien même elle peut respecter ce besoin d’isolation, d’adaptation à la masse, elle n’entend pas le laisser faire sans efforts. Elle patiente, adossée contre le mur juste en face de la porte, et n’obtient pas de réponse dans un premier temps. Ses yeux verts disparaissent derrière ses paupières closes, inspirant profondément, écoutant les moindres bruits dans l’espoir d’entendre un simple bruit de pas, de percevoir une présence à l’approche. Le silence plane toujours lorsqu’elle ouvre les yeux pour se redresser à nouveau. Mais elle est coriace, la jeune Jedi, et elle tape encore une fois à la porte, patiente, elle pourra rester ici durant des heures s’il le faut.

Heureusement, à la seconde tentative, la porte s’ouvre, dévoilant Seth alors que la jeune brune, de son côté, garde les mains dans son dos, avec un sourire satisfait, ravie de sa petite victoire. Elle connaît le caractère peu enclin à la conversation du jeune homme, et pourtant, elle ne s’en formalise pas. Elle est comme ça, Reika, et lorsqu’elle découvre la grande silhouette du brun,  son sourire s’agrandit. Elle ne le connaît pas particulièrement, et pourtant, c’est de façon totalement naturelle qu’elle s’est attachée au Jedi reclus qu’elle sait ami avec son père. Les choses semblent avoir démarré sur Coruscant, lors de leurs retrouvailles secrètes dans le temple Jedi. Une prise de défense innée, spontanée venant de Reika, alors qu’elle avait jugé certaines accusations injustes envers Seth. Et naturellement, l’attachement était resté. « Bonsoir princesse, qu'est-ce que tu caches dans ton dos ? » Un sourire énigmatique plane sur ses lèvres, alors qu’elle garde ses mains derrière elle, penchant simplement la tête sur le côté avec une expression enfantine sur le bout des lèvres. Haussant les épaules, elle dit d’abord, doucement : « Bonsoir Seth, j’ai cru que tu allais me laisser dehors. » Pas une once d’animosité ne perce dans sa voix tandis qu’elle dit ces mots, ne faisant qu’une simple observation amusée. Puis, dénouant ses mains de derrière son dos, elle dévoile une petit sachet soigneusement emballé, agrandissant le sourire fier de la padawan. « Je ne t’ai pas vu sortir de la journée, et je me suis dit que tu aurais peut-être faim. » D’un geste délicat, du bout des doigts, elle ouvre le sommet du paquet pour dévoiler des gateaux aux parfums divers et variés, aux senteurs encore nettes, puisqu’encore chaud. Elle venait de passer quelques heures dans la cuisine du vaisseau, à vraie dire. C’est ça d’être une des rares femmes à bord de l’Egide. « Bon, je l’avoue, j’en ai gardé quelques-uns pour moi. Et peut-être que les autres en auront, c’est encore en débat dans ma petite tête. » Avec un rire bref, elle tend d’avantage les mains vers le jeune homme, puis son expression redevient sérieuse, quoique demeurant empreinte d’une douceur certaine à son égard. « Comment vas-tu ? Ton installation se passe comme tu le souhaite … ? » Sa porte est ouverte, pour une fois, elle le tient, alors elle ne va pas le laisser filer.


   
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi


I am a broken mirror

D'un geste, il l'invita à entrer. En pleine méditation, oui Seth aurait pu laisser la jeune fille sur le seuil, érigeant de nouvelles barrières entre lui et le monde, à la recherche d'une conscience inconsciente capable d'apporter cet état d'esprit entre réponses et apaisement. La gamine est bavarde bien sûr, véritable pendant diabolique de son père à son sujet. Enfin, de son père sobre, parce qu'après quelques verres, Seth était souvent témoin silencieux des monologues de Kilian sur sa vie passée, ses choix et ses erreurs. Ses doutes aussi, bien que le jedi ne mette pas de mots particuliers dessus, il fallait lire entre les lignes, écouter. Ne pas juger, ne jamais juger, car cela était la mort de l'âme, la mort de l'empathie.
Et lorsque écouter, Seth ne le pouvait plus, il se réfugiait dans le calme et le silence, coupé du monde et des autres. Certains ne comprenaient pas, aussi Reika semblait-elle inquiète, soucieuse, craignant peut-être d'avoir fait elle-même quelque chose de mal, il ne savait pas. Sa nature même, lumineuse et éclatante, était à l'opposée de celle de l'homme. Il ne cherchait pas à lui imposer sa propre vision des choses pour autant, chaque vie possédait une singularité propre que leur devoir même en tant que jedi leur interdisait de nier. Certains étaient fait pour les bavardages, d'autres pour l'exclusion.
En douceur, Seth referma la porte derrière eux, sa chambre montrait tout d'un confort rudimentaire, celui d'un homme acceptant de prendre place quelque part, d'y poser sa marque sans pour autant trop s'y étaler. Peut-être manquait-il quelque chose d'intime, non pas que l'espace soit trop froid, trop rangé, mais pouvait on y imaginer quelque chaleur ?
Non.

 « J'ai appris à ne plus avoir trop faim, tu sais... »

Coruscant, les jours sans manger, les premiers, lorsqu'il ne savait réellement comment accorder le chasseur en lui avec le reste de sa personnalité. Et puis il avait appris à jouer la comédie un peu, se faire des amis, des faux, profiter de leur vie, de leurs crédits, ne pas crever de faim trop souvent. Sauf que la faim devenait nécessaire parfois pour ne pas devenir bête sauvage, tuer à tout va pour de l'argent. Le prix de la faim devenait alors celui de sa propre humanité....

 « Ils ont l'air délicieux je te remercie, lesquels sont à l'arsenic ? J'ai toujours eu un faible pour eux »

Parfois, il était malaisé de savoir si Seth plaisantait ou non, comme le reste de sa personne, son humour était particulier, à l'écart, presque en rejet de sa propre personnalité. Il plaisantait pourtant, parfois sous l'ombre d'un masque, parfois à visage découvert.
Il y avait une chaise, une pour lui, une pour Reka. L'homme s'assit, invitant sa visiteuse à faire de même.

 « Et toi, Reika, est-ce que tu vas bien aujourd'hui? Beaucoup de choses se sont passées, parfois la douleur remonte sans que l'on ne s'en aperçoive, et c'est difficile de donner le change alors, de rester souriante pour montrer que tout est normal. Encore plus quand son propre père est sur le vaisseau... »

On ne venait pas à lui sans raison, les gens prenaient pour agent comptant le désir de solitude de Seth, aussi le dérangeait-on peu à part sous couvert d'excuses parfois, lorsque l'on avait besoin de conseils. Des conseils que l'homme savait donner, lui capable d'écouter. Il n'avait pas le grade de maître, ne le réclamait pas vraiment car sa philosophie était toute autre, mais Seth était Jedi, pire peut être, un Chasseur qui plus est. Il pistait, il traquait non pas les proies mais les détails et les stratégies, un mot en moins, un mot de trop, quelque chose capable de faire pencher un avis ou éclater une personnalité même.
Mais il savait reconstruire aussi, et la part d'ombre qu'il portait en lui demeurait invisible aux yeux de bien des gens encore....



‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 24 ans
Messages : 760
Occupation : Padawan, Chevalier Jedi en devenir, et rebelle.
Localisation : En refuge sur l'Egide, anéantie, brisée par la perte de son dernier parent, de son père, Kilian.
Race : Humaine
DC : Athea Rhane

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi


I am a broken mirror

Reika pénétra dans la pièce en silence, précisant la raison de sa visite, accompagnée de ses quelques biscuits. Etant une des rares présences féminines sur l’Egide, la jeune fille prenait soin de tous les Jedis, même les plus reclus comme Seth. Récemment arrivé, elle préférait annoncer la couleur et commencer les visites dès maintenant. Si elle respectait le besoin de silence des autres, elle se permettait de temps à autres des visites, jaugeant aux réactions des autres si elle était la bienvenue ou non. Seth ne semblait pas particulièrement embêté par la présence de Reika, aussi, précisa-t-elle qu’il avait peut-être faim. « J'ai appris à ne plus avoir trop faim, tu sais... » Doucement, elle hoche la tête, une lueur compréhensive dans le regard. Elle sait ce que c’est, sans vraiment l’avoir vécu. Reika a toujours eu la chance d’être bien entourée, aimée, couvée. A la mort de sa mère, elle a eu son beau-père pour veiller sur elle au sein de la Rébellion. Après la bataille d’Endor et donc, la mort de son beau père, Luke l’a trouvée, et a commencé l’apprentissage de la jeune Jedi. Et après l’attentat, Ashleigh avait trouvé la jeune fille, blessée, et l’avait ramenée sur D’Qar où elle avait été prise en charge avec soin. Elle n’a jamais manqué de rien, et pourtant, elle comprenait Seth. « Je sais bien, mais maintenant, il faudra que tu fasses avec une gamine qui a tendance à gaver les Jedi à bord. Je préfère te prévenir. » Et elle lui tend son cadeau, toujours bercée de lumière et de douceur à l’encontre du brun. Reika a toujours aspiré à rendre ceux autour d’elle heureux, et maintenant que Seth était à bord de l’Egide, il n’échappait pas à la règle. « Ils ont l'air délicieux je te remercie, lesquels sont à l'arsenic ? J'ai toujours eu un faible pour eux » L’humour de Seth a toujours été assez délicat, et progressivement, Reika apprenait à l’apprivoiser. Penchant la tête avec une expression intriguée dans ses grands yeux verts, la jeune padawan fit néanmoins un sourire amusé, décidant de prendre la chose avec le sourire, qu’il rigole ou non. « Je suis contrainte de t’apprendre que je n’en ai pas ajoutés. Mais je retiens l’ingrédient pour la prochaine fois, si c’est là ton péché mignon ! » De sa démarche légère, elle suit le grand brun à travers la salle, dont la disposition est, à peu de choses près, la même que la chambre qu’elle partage avec le jeune Drake. Plus d’objets, et Reika avait pris la peine de déplacer certains meubles, sans trop en bouger la disposition. Elle tourna à nouveau la tête vers son interlocuteur lorsque celui-ci reprit la parole :

« Et toi, Reika, est-ce que tu vas bien aujourd'hui? Beaucoup de choses se sont passées, parfois la douleur remonte sans que l'on ne s'en aperçoive, et c'est difficile de donner le change alors, de rester souriante pour montrer que tout est normal. Encore plus quand son propre père est sur le vaisseau... » C’est vrai, avec tout ce qu’elle a traversé récemment, les sourires de Reika pourraient tout à fait être feints, empreints d’une tristesse immense, et pourtant, aujourd’hui, bien que parfois torturée encore par les images de son face à face avec un sith, elle allait étrangement bien. Et c’était certes, grâce à l’amour qu’Elyas lui porte, mais également grâce à cette famille qu’elle a retrouvée. Un doux sourire illumine les lèvres de la jeune femme, alors que, gracieusement, elle prend place sur la seconde chaise disponible dans la chambre du Jedi, s’installant avec calme tandis que sa voix résonne à nouveau après un bref silence. « Peut-être seras-tu étonné de savoir que justement, c’est mon père qui me donne la force de me dépasser. Quand bien même ai-je Elyas, ce n’est pas la même chose, et Kilian me donne de précieux conseils pour m’apprendre à dépasser cette peur qui m’a saisie sur Coruscant. Je suis déterminée à combattre les Siths, Seth. Alors aujourd’hui, je vais bien. Aujourd’hui, je me sens forte. Et je me sens chanceuse, assez chanceuse pour partager cette force avec les autres. » Une nouvelle fois, elle sourit. Elle est en paix, elle n’est pas seule, et ce simple fait est d’une valeur inestimable. D’un mouvement du menton vers les biscuits, elle reprend : « Allez, goute ! Je veux savoir si je peux les améliorer d’une façon ou d’une autre. »

___

Et aussi rapidement, tout avait explosé, laissant Reika en morceaux. Une semaine s'était écoulée depuis sa dernière visite à Seth, accompagnée de ses éternels gâteaux. Et au delà de cette semaine, une mission, aussi, s'était produite. Kilian, Ashleigh, Reika, allés trouver Kael, aux mains des Siths... Le combat qui s'en était suivi, aboutissant sur une fuite, et surtout... L'explosion des lieux. Kilian, resté à son bord, pour protéger ses compagnons. Protéger sa fille. La déchirure était là, lancinante, et Reika n'avait plus rien de cette enfant chaleureuse venue vanter les bienfaits de la famille au Jedi. Non, aujourd'hui, elle n'est plus qu'une ombre, un fantôme errant dans les couloirs du vaisseau, furtive, n'adressant que quelques mots à ceux qui veulent savoir comment elle se porte. Il n'y a qu'Elyas qui arrive à l'avoir à peu près normale, et encore, la nuit, il arrive à Reika de pleurer au point d'en réveiller le jeune homme, qui la berce jusqu'à ce qu'elle se rendorme.

Elle frappe deux coups contre la porte. Sa main tremble, et elle hésite à repartir aussi vite qu'elle est venue devant la porte de la chambre de Seth. Son visage ne dégage aucune expression. Deux jours depuis son retour. Le premier jour, elle a choisi de rester seule avec Elyas. Et maintenant, elle a besoin de voir Seth. De voir celui qu'elle estimait être l'ami le plus proche de son père, en dehors de Jerick. Mais Jerick aussi, était parti. Finiraient-ils donc tous par abandonner Reika ? Par mourir, partir, s'éloigner d'elle pour la laisser seule avec elle-même ? Elle déglutit, et lève les yeux au ciel pour retenir des larmes à cette pensée. La dernière fois qu'elle était venue en face de cette même porte, elle se portait bien, elle rayonnait. Elle n'avait besoin que de perfectionner des petits gâteaux, et aujourd'hui, ce dont elle a besoin, c'est Seth. Plus que jamais.



   
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jedi

Age : 32 ans
Messages : 199
DC : Chani Atriides

Information
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Jedi


I am a broken mirror

 « Pourquoi serai-je étonné ? Il est ton père, pas ton ennemi, et son rôle est bien de te guider. »

Le poids d'une filiation pouvait cependant être torture, peu importe le chemin choisi. Et jusqu'à quel point un père pouvait-il souhaiter quelque chose pour son enfant ? Des questions douces, des questions tristes, un zeste d'amertume aussi pour quiconque comprenait que les réponses n'existaient pas. Il pensa à Kilian en face de lui, à la simplicité dont il avait paré ses mots pour partager un secret, comme si cela les préserverait du malheur, le rendrait plus facile à accepter. Sa fille, Reika était sa fille, et à la tendresse que Seth avait déjà pour la gamine s'ajoutait également celle qu'il portait à son père.
Il goûta les biscuits, pomme et cannelle, et de quelle planète venait la pomme alors, de quel couleur avait été le soleil sous lequel les femmes avaient récolté l'épice ? Pour un instant, un instant seulement, il eut alors la nostalgie d'un monde imaginaire qu'il rêva comme l'on rêve d'un foyer. Le biscuit était bon, simplement pour cela, parce qu'il aimait les mains les ayant préparé, qu'il savait la pureté du cœur en face de lui, les qualités de l'âme, les qualités des yeux.
Il la laissa entrer dans sa solitude, prenant garde à ne pas la blesser par ses propres ténèbres, car s'il savait les dompter, elles pouvaient attaquer les autres toujours. Seth n'avait pas besoin de cela, tout comme il préférait le simple questionnement au doute, la solitude à l'abandon...
Et il était heureux bien sûr, heureux d'imaginer qu'à bien des distance de cela, Agheera s'éveillait peut-être, un goût de cannelle sur les lèvres, un goût de cannelle comme s'il avait été là.

***

Il n'avait pas pleuré, inconscient, égoïste. Il n'avait pas pleuré car le présent n'appartenait pas aux morts. Jamais. Perdre un ami, c'était porter un gouffre en soi qui ne se refermerait pas. Seth avait cru fuir l'Egide, fuir oui, comme toujours il l'avait fait, avant de comprendre qu'en partant, non, il ne faisait que se ramener lui-même. Assez, assez de masques et de faux-semblants, assez de préférer croire en la lâcheté plutôt qu'en son propre reflet. Alors il était parti, oui, parti chercher le dernier cadeau de Kilian à son égard : son sabre. Son sabre qu'il avait gardé, caché, pour le jour où enfin son cadet serait prêt. L'était-il ? Oh, maintenant Seth s'en foutait, et l'âme pesait à sa ceinture. Un poids qui lui avait manqué.
L'homme n'était rentré que depuis quelques heures à peine, retrouvant le silence et la solitude que petit à petit il aménageait en foyer. Il avait dans ses placards une bouteille qu'il ne désirait plus rouvrir, une paire de verres dont il ne savait s'il devait en briser un, puisqu'un ami n'y boirait plus. Pour tenir, l'esprit aimait s'attacher à des rituels et superstitions, un moyen de retrouver l'ordre auquel leur nature profonde appartenait. Car ils n'étaient pas les enfants du chaos, tous, car ils ne le seraient jamais.

Deux verres qu s'entrechoquent pour partager histoires, secrets et promesses, et qu'en restait-il ? Deux verres oui, et deux coups à sa porte aussi. Alors bien sûr, l'homme alla ouvrir, car il avait un univers à donner encore, un univers auquel s'accrocher, même pour y tomber, même pour y vomir tripes et pensées. La jeune fille était là, fragile, intangible presque. Il devina dans ses yeux le sommeil monstrueux et les larmes, il devina le chaos et tant d'autres choses aussi.

 « Lab'eï »

Le mot étranger roula de sa gorge à sa langue, plein d'une vie désespérée, évoquant la musique même du sang en leurs veines ; Il hocha la tête, invitant Reika à s'asseoir non pas sur une chaise mais sur le lit, prenant place à ses côtés évidemment, l'enlaçant par le bras même capable de tenir le sabre. Le bras fort.

 « Quand j'étais jeune, j'me faisais engager sur différents vaisseaux cargos pour voyager et m'échapper. C'état toujours une catastrophe, j'pouvais pas faire la moitié des choses qu'ils me disaient. Non, pas les trois quart en fait, mais je voyais pas mal de planètes, des assez éloignés parfois. J'adorais étudier leurs histoires, leurs mythes, leurs cultures.... c'est comme ça que Luke a entendu parler de moi. Je me souviens d'une cérémonie funéraire sur l'une d'entre elles... Une mère avait perdu son enfant, et elle hurlait ce mot en levant le poing au ciel : Lab'eï. »

Il revoyait la lueur du bûcher, il entendait le feu, il entendait les cœurs. Les cœurs …

 « C'est un mot étrange, dérivé de toute une prière. Une prière tellement contracté qu'il n'en reste plus que deux syllabes désormais, mais le sens reste. Ainsi disait la prière : cœur de mon ennemi, tu n'es point mon cœur, cœur de ma haine, tu n'es point mon cœur... Coeur de mon deuil, tu n'es point mon coeur »

La porte était restée entrouverte, les yeux mi-clos on pouvait imaginer se mouvoir les ombres du couloir, silhouettes sombres, fantômes de l'esprit.

 « Une prière pour dire que toutes ces choses peuvent nous habiter, nous peser... Mais que nous serons plus, toujours plus que cela. Ton cœur n'est pas un deuil, tu es la vie, Reika. On va trinquer, tu boiras dans son verre à lui, et ce sera juste l'alcool que nous avions l'habitude de partager. Il arrache un peu mais on s'en fiche, pas vrai ? On trinquera et on dira le mot tous les deux. Lab'eï. »

Les verres furent sorti, les verres furent rempli, un pour Reika, un pour lui.

 « Tu vas dire autre chose aussi, jeune fille. Parce que les mots ont de l'importance. Kilian est mort, cela laisse de la colère, cela laisse de la tristesse. De l'absence... Mais une chose n'a pas disparu,. Alors tu le diras, je veux l'entendre. Tu diras ça simplement : je t'aime encore. »

Prononcer les mots, accepter leur vérité, qu'on se sente idiot ou non à espérer fantômes et réponses. Qu'importe le vide, qu'importe, si les mots ont été dit. Alors ils trinquèrent, Lab'eï.... et Seth attendit qu'elle exécute son ordre simplement.
Reconnaître une douleur comme l'on peut reconnaître une peur, non pas la chasser d'un coup car cela est impossible, mais se rappeler ce qu'elle est et par dessus tout, ce que l'on est aussi.
Une fille orpheline, une fille qui aime son père, et si l'amour reste, alors la haine n'est plus.

La haine des survivants.




‟you dreamed to be a warrior, once„
Put the Bounty Hunter aside, become who you were born to be. It is time....
I give hope to my brothers and sisters, I keep none for myself. I ride to war but not to victory.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Heroes of tales unsung, untold [Reika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Software] Besoin d'Aide pour Bionicle Heroes
» [Software] Bionicle Heroes ou Bionicle The Game ?
» [Fan-Fiction] Tales of a Member of the Order of Mata-Nui IV - Projet Destiny
» Présentation de Conflict of Heroes
» Heroes of normandie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars, Rise of the Force :: L'Egide [Jedi]-